Contrôler la maladie du foie par l'alimentation


Le régime alimentaire a une importance capitale pour les patients ayant une maladie du foie. Il doit être équilibré, et leur apporter en quantités adéquates les calories, les glucides, les graisses et les protéines nécessaires. Un tel régime permettra aux cellules du foie de se régénérer. Certaines maladies du foie sont traitées essentiellement par une intervention sur le plan de l'alimentation visant à faciliter la régénération des cellules.

Par exemple, les patients ayant une cirrhose et qui sont mal nourris, ont besoin d'un régime riche en protéines et fournissant de 2 000 à 3 000 calories par jour, de manière à permettre au foie de se reconstruire. Toutefois certains cirrhotiques ont une intolérance aux protéines. Trop de protéines aura comme résultat un accroissement de l'ammoniac dans le sang, alors que trop peu de protéines aura pour effet une guérison incomplète du foie. Le médecin doit donc prescrire une quantité de protéines telle que le niveau d'ammoniac dans le sang ne s'élèvera pas. Deux médicaments peuvent faciliter le maintien de l'ammoniac au niveau souhaité : le lactulose et la néomycine.

Il est généralement admis qu'en évitant les aliments à haute teneur en graisses et en cholestérol et en prévenant l’obésité, on peut réduire le risque de troubles de la vésicule biliaire. La vésicule biliaire est un sac où la bile produite par le foie est emmagasinée. Au cours de la digestion, la bile de la vésicule est relâchée dans le petit intestin par le canal biliaire commun. La plupart des problèmes de la vésicule biliaire sont causés par des calculs (pierres) et 80 à 90% de ces calculs sont produits par un excès de cholestérol qui se cristallise sous forme de petites pierres. En se tenant à un régime bien équilibré et en évitant les excès de cholestérol, il est possible de réduire l'incidence de la formation de calculs.

Quand une diète restrictive spécifique est-elle nécessaire ?

Cependant, au delà d'un bon régime équilibré, plusieurs conditions hépatiques exigent une planification nutritive spécifique.

L'encéphalopathie hépatique
L'encéphalopathie hépatique est une complication résultant d'une altération de la  fonction hépatique associée à une altération des fonctions mentales. On la rencontre souvent lorsque la formation de tissus cicatriciels (cirrhose) empêche la circulation normale du sang dans le foie. Le sang qui contient des toxines est alors refoulé vers la circulation systémique et arrive au cerveau sans avoir pu passer par le foie pour y être détoxifié. La cirrhose avec hypertension portale (une élévation de la pression portale due à l'impossibilité pour le sang de circuler à travers le foie) peut  être traitée par une intervention chirurgicale qui consiste à rediriger une partie du sang autour du foie en reliant le système portal à la circulation systémique. Ce sang détourné contient de fortes concentrations d'acides aminés et d'ammoniac, et probablement d'autres substances toxiques non encore identifiées qui peuvent donner lieu à une dégradation des fonctions mentales chez certains patients.

Le traitement  de l'encéphalopathie hépatique a comme objectif premier de réduire les toxines qui sont la cause de cette condition. Tout comme les patients cirrhotiques ayant une intolérance aux protéines, les patients souffrant d'encéphalopathie hépatique doivent réduire l'apport en protéines dans leur alimentation. Une importante réduction (20 grammes par jour ou moins) est difficile à soutenir pour une thérapie à long terme. Les médecins recommandent plutôt à leurs patients de prendre environ 40 grammes de protéines par jour, auxquels s'ajouteront les prescriptions de lactulose et de néomycine pour diminuer la production d'ammoniac dans l'intestin. Certains acides aminés spécifiques sont peut être moins susceptibles de causer une encéphalopathie et ont parfois été suggérés comme thérapie (hépatamine). Certains aliments (légumes, lait) contiennent des protéines riches en ces acides aminés et sont recommandés aux patients affectés comme source de protéines, de préférence à la viande. Il existe un supplément diététique riche en ces acides aminés (hepatic aid) que beaucoup de centres de traitement du foie utilisent.

Les ascites et l’oedème
On désigne sous le nom d'ascites les fluides qui s'accumulent dans la cavité abdominale. Un oedème est une accumulation de fluides dans les tissus, habituellement les pieds, les jambes, ou le dos. Ces deux conditions sont le résultat d'une accumulation de sodium associée à une hypertension portale et à une maladie du foie. La plupart des patients affectés n'ont pas besoin de se soumettre à une restriction sévère des liquides. On réduit souvent l'apport en sodium chez les patients cirrhotiques pour éviter la rétention des liquides dans l'organisme. Un régime restreint en sel permet seulement de 2 à 4 grammes de sodium par jour, ce qui exclut les légumes et les soupes en boîtes, la charcuterie, les condiments tels que la mayonnaise et le ketchup, les produits laitiers, le fromage et la crème glacée. La plupart des aliments frais contiennent peu de sodium.  Le meilleur substitut du sel est le jus de citron (qui ne contient pas de sel).

La cholestase
La cholestase désigne l'incapacité du foie à excréter la bile. Elle peut entraîner une stéatorrhée (malabsorption des graisses due à une insuffisance de bile pour dissoudre les graisses dans l'intestin); la stéatorrhée peut passer inaperçue par le patient ou peut être associée à une perte de poids due à l'insuffisance de calories. Les selles peuvent être très malodorantes et flotter sur l'eau. Des suppléments de gras sont disponibles; le plus courant est l'huile TCM (triglycérides à chaînes moyennes) et l'huile de carthame qui dépend moins de la bile pour être absorbée. On peut les utiliser comme suppléments caloriques. L'huile TCM est utilisée comme n'importe quelle autre huile, pour la cuisson ou dans les salades. Les patients atteints de stéatorrhée peuvent également avoir de la difficulté à absorber les vitamines liposolubles. Toutefois les vitamines solubles dans l'eau sont absorbées normalement. Il est possible de prendre des vitamines liposolubles de remplacement, mais uniquement sous surveillance médicale.

La maladie de Wilson
On appelle maladie de Wilson un défaut du métabolisme du cuivre. Les patients qui en sont atteints présentent une accumulation de cuivre dans leur organisme causée par l'incapacité du foie à l'excréter. Ces accumulations se retrouvent dans plusieurs organes: d'abord dans le foie, ensuite dans le cerveau et dans la cornée de l'oeil. Le traitement consiste à utiliser un agent anti cuivre, la pénicillamine, qui élimine l'excès de cuivre. Le régime alimentaire pour cette maladie consiste à éviter les aliments contenant du cuivre, tels que le chocolat, les noix, les fruits de mer et les champignons.

L'hémochromatose
L'hémochromatose est une maladie causée par une absorption excessive de fer à partir de l'intestin. L'excès de fer s'accumule dans le foie, dans le pancréas, et dans d'autres organes. Les patients atteints ne doivent pas utiliser de suppléments de fer ni de préparations minéralo-vitaminiques renfermant du fer. Mises à part cette précaution, les personnes atteintes d'hémochromatose peuvent suivre un régime normal. Le traitement consiste à retirer fréquemment du sang d'une grosse veine.

La stéatose
La stéatose est liée à l'alcool, à l'obésité, au manque de nourriture, à certains médicaments, et à d'autres facteurs. Elle n'est pas causée par les aliments à haute teneur en graisses et elle se soigne en adoptant un régime bien équilibré ou en éliminant la substance chimique ou le médicament responsable.

Les personnes malades du foie devraient être prudentes en matière de suppléments à leur régime alimentaire, en particulier ce qui est commercialisé sous le nom de "suppléments nutritifs". Ces aliments peuvent contenir beaucoup de sel et de potassium, ou des mélanges protéiques inappropriés. Ceux qui ne présentent aucun danger devraient être pris uniquement sur le conseil du médecin traitant.

BÉNÉVOLE
DON
Votre histoire