Des évolutions technologiques pour un meilleur diagnostic des troubles métaboliques du foie

Des évolutions technologiques pour un meilleur diagnostic des troubles métaboliques du foie

Quand des réactions chimiques anormales perturbent le métabolisme du foie, les effets se font ressentir sur un grand nombre d’organes vitaux tels que le cœur et bien sûr, le foie. Ces troubles restent difficiles à diagnostiquer, mais la recherche subventionnée par la Fondation canadienne du foie procure aux médecins et aux spécialistes les outils dont ils ont besoin pour offrir aux patients des solutions plus efficaces et plus rapides.

Dans son projet de recherche, Kyle Hennig, un étudiant en génie informatique de l’Université de l’Alberta, a travaillé avec grande détermination afin de concevoir une application pour téléphone intelligent qui facilitera l’interprétation de résultats provenant d’IRM et l’élaboration de diagnostics par les utilisateurs. Cette application a été spécialement conçue pour répondre aux besoins d’un éventail de spécialistes tels que des radiologues, des pédiatres, des chirurgiens et autres ainsi que pour simplifier le diagnostic de troubles métaboliques.

Kyle sits with hands clasped smiling for the camera.
Kyle Hennig is a computer engineering student at the University of Alberta who with CLF funding, developed a smartphone application to help medical professionals better read and diagnose metabolic diseases.

Nous avons rencontré Kyle récemment, qui nous a expliqué pourquoi ce projet le passionne et qui a souligné la raison pour laquelle la recherche comme celle-ci est déterminante pour l’avenir du système de soins de santé au Canada.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans un projet de recherche portant sur la maladie du foie?

Il s’agit d’une combinaison d’expérience antérieure, au cours de laquelle j’ai développé un logiciel pour l’unité des soins intensifs pédiatriques de l’hôpital des enfants Stollery à Edmonton et où j’ai eu l’occasion d’effectuer de la recherche sur l’efficacité de ce que l’on appelle un réseau neuronal (un système informatique qui recueille l’information et la traite) dans l’imagerie cardiaque.

Avant tout, je crois que les nouvelles technologies ont un potentiel croissant pour avoir une influence positive sur le système de santé et je veux faire partie du développement d’un logiciel qui va améliorer la vie des professionnels de la santé mais aussi celle des patients.

Comment vous est venue l’idée de cette étude?

Notre étude a été principalement inspirée par la recherche antérieure de mon superviseur, le Dr Ravi Bhargava, effectuée au cours des bourses de stages d’été. Le Dr Bhargava avait chargé ses élèves d’enregistrer des centaines de troubles métaboliques du cerveau ainsi que les étapes généralement suivies dans l’établissement d’un diagnostic pour chacune de ces maladies.

On m’a confié la responsabilité de transformer cette information en format lisible par machine qui pourrait à son tour être accédé par une application mobile avec interface simple et épurée. Il était indispensable pour nous de concevoir une application facile à actualiser dans le futur, pour que l’on puisse ajouter de nouvelles maladies à notre base de données et optimiser les informations disponibles à leur égard.

A man stands to the side of a large machine with an opening at the center. The man is wearing a labcoat and blue latex gloves. His left hand is resting on a panel of buttons that control the machine.

Pourquoi choisir de développer une application pour téléphone intelligent au lieu d’un autre moyen de communication?

Non seulement cela demande un minimum d’effort de télécharger et d’installer une application sur son téléphone, mais l’utilisateur peut s’en servir à sa guise, quel que soit l’endroit où il est, à l’hôpital ou à la maison. La plupart des divers diagnostics contenus dans l’application se trouvaient auparavant dans des livres médicaux et sur papier.

La centralisation de toutes ces maladies apparentées en un seul et unique endroit, permet d’éviter les interminables recherches dans des douzaines de ressources, rendant les réponses rapidement accessibles pour les médecins.

Pouvez-vous décrire votre expérience quotidienne au cours de ce projet?

Le Dr Bhargava et moi partagions des idées lors de réunions régulières, permettant aux utilisateurs d’identifier la configuration qui offrirait la meilleure expérience utilisateur. À partir de ces précieuses contributions, nous avons pu intégrer des fonctionnalités telles que l’option de faible éclairage pour réduire la fatigue visuelle des utilisateurs en environnement sombre (un problème commun de nos jours puisque la technologie fait partie intégrante de notre quotidien).

J’ai consacré une grande partie de mon temps à écrire du code pour améliorer la convivialité de l’application en élaborant une structure organisée et en recevant de la rétroaction visuelle. Nous avons passé du temps à créer des versions simplifiées de l’application en guise de démonstration pour que les professionnels de la santé puissent partager leurs impressions et suggestions et guider nos mises à jour ultérieures.

A screenshot of the app
A screenshot of Kyle and Dr. Bhagrava’s app called « Metabolic Brain »

Comment une enquête comme la vôtre peut-elle avoir une incidence sur le Canadien moyen?

Notre application est accessible partout au Canada. Cela veut dire à présent que nous pouvons augmenter le nombre de professionnels de la santé et leur permettre de mieux interpréter les résultats des IRM des patients potentiellement atteints de troubles métaboliques, y compris la maladie du foie, et leur offrir les réponses qu’ils recherchent désespérément.

La maladie du foie constitue un enjeu important (parfois négligé) du système de santé et le soutien de la Fondation canadienne du foie envers des projets de recherche comme le mien permet de favoriser un meilleur diagnostic de ces maladies, ainsi que la prévention et le développement de traitements et remèdes qui sont à l’avantage de tout le Canada.

J’encourage vivement la poursuite d’une recherche entrecroisant la santé et la technologie à l’avenir. Il reste encore beaucoup à découvrir sur la maladie du foie et le potentiel est énorme pour des technologies novatrices qui donneront un coup de pouce à ces efforts.

Kyle Hennig, étudiant en génie informatique de l’Université de l’Alberta, a obtenu la Bourse de stage d’été du prix commémoratif Raj Bhargava en 2018—une bourse octroyée à un(e) étudiant(e) de premier cycle poursuivant des recherches liées au foie sous la supervision des chercheurs les plus éminents dans ce domaine. Visitez notre site Web pour plus de renseignements sur les projets de recherche subventionnés par la FCF et pour découvrir comment le soutien des donateurs facilite les avancées en termes de diagnostic, de traitement et de remèdes pour tout type de maladie du foie.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *