Chercheurs

A microscope

Vous pouvez nous aider à donner vie à la recherche sur le foie.

Comment une greffe de foie influe-t-elle sur le développement d’un enfant? Existe-t-il un moyen de rendre les tests d’hépatite C plus faciles et plus pratiques? Comment peut-on démanteler les défenses du cancer du foie?

Toute recherche commence par une question ou un problème qui doit être résolu. Les réponses viennent rarement rapidement; elles sont l’aboutissement d’un processus progressif qui s’étale sur des années, voire des décennies. Les chercheurs s’appuient sur ce que d’autres ont appris, jusqu’à ce que les réponses surgissent.

La Fondation canadienne du foie comprend cela et elle est fière d’être en mesure de soutenir les meilleurs spécialistes du foie au Canada ainsi que de nouveaux chercheurs et stagiaires prometteurs qui perpétueront l’héritage de recherche national. Ensemble, nous répondons à des questions; ensemble, nous donnons vie à la recherche sur le foie.

CLF grant competition

Concours de subventions de recherche

CLF grant opportunities

Concours de subventions

CLF funded projects

Projets financés par la FCF

CLF research partnerships

Partenariats de recherche

Concours de subventions de recherche

La Fondation canadienne du foie est fière d’aider des chercheurs comme vous à travers le Canada, des scientifiques qui ont fait de la recherche sur le foie une priorité dans leurs laboratoires et cliniques. Afin de soutenir de nouvelles avancées et découvertes, la FCF finance la recherche de chercheurs d’expérience, de nouveaux chercheurs et d’étudiants en médecine grâce à son programme de subventions de recherche et à des projets de partenariat. Nous proposons actuellement trois catégories de subventions:

  • Subventions d’exploitation. Nous offrons un financement pouvant atteindre 60 000 $ par année, pour un maximum de deux ans, à des chercheurs qui réalisent des projets majeurs de recherche hépatobiliaire. Il s’agit de la plus importante subvention accordée par la FCF. Par conséquent, elle est offerte aux chercheurs qui s’intéressent principalement à la recherche hépatobiliaire et qui enseignent dans des universités canadiennes ou des établissements affiliés. Les candidatures de chercheurs cliniques et de spécialistes de sciences fondamentales seront prises en considération.
  • Bourses de stage de recherche aux cycles supérieurs. Nous offrons un financement de 20 000 $ par année, pour un maximum de deux ans, à des scientifiques en formation qui sont en voie d’obtenir leur maîtrise ou leur doctorat en recherche hépatobiliaire.
  • Bourses de stage d’été Nous offrons des bourses de 4 000 $ à des étudiants de premier cycle pour leur permettre de réaliser des projets de recherche liés au foie sous la direction de chercheurs de premier plan.

Grâce à son programme de subventions de recherche, la FCF appuie le travail de chercheurs et de scientifiques éminents au Canada. La FCF est fière d’avoir joué un rôle indispensable dans plusieurs avancées scientifiques importantes, y compris la découverte de gènes responsables de la maladie de Wilson et de l’hémochromatose ainsi que de nouveaux traitements pour l’hépatite C et d’autres formes de maladie du foie.

Le concours de subventions 2019 est maintenant ouvert.

La Fondation canadienne du foie (FCF) est heureuse d’annoncer un appel de propositions pour :

  • deux subventions d’exploitation
  • deux bourses de stage d’été

Subventions d’exploitation

  • Une subvention d’exploitation pourrait être octroyée à un chercheur au Canada dont le projet de recherche est lié au cancer du foie.
  • Une subvention d’exploitation pourrait être octroyée à un chercheur au Canada dont le projet de recherche est lié à la greffe du foie.

Bourses de stage d’été

  • Deux bourses commémoratives Raj Bhargava pourraient être accordées à des étudiants de l’Université de l’Alberta dont les projets de recherche sont liés à la radiologie hépatique.

Si vous avez des questions au sujet du programme de subventions, veuillez communiquer avec par courriel ou par téléphone au 1-800-563-5483.


Autres financements pour la recherche

La Fondation canadienne du foie est fière de fournir des fonds pour appuyer le travail incroyable de la communauté canadienne de la recherche sur le foie et de réaliser ainsi sa mission : donner vie à la recherche sur le foie. Outre le programme de subventions de recherche de la FCF, des bourses de recherche sont offertes par d’autres institutions et elles peuvent contribuer à élargir notre compréhension collective des maladies du foie et à améliorer la vie des Canadiens qui en sont atteints. Pour plus d’informations sur les programmes de subventions ci-dessous, contactez directement l’administrateur du programme ou cliquez sur les liens fournis.

Le concours de subventions du Programme de recherche en don et transplantation (PRDTC) vise à appuyer de nouveaux projets pilotes examinés par des pairs qui sont axés sur la greffe d’organe solide (y compris le foie), la greffe de cellules hématopoïétiques et les dons et qui cadrent avec la vision du PRDTC « Un transplant pour la vie », qui vise à répondre à chaque opportunité de don et à transformer la transplantation en une solution de guérison.

La date limite pour participer au concours est le 13 février 2019.

Pour en savoir plus sur le concours, cliquez ici.

L’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète (INMD) des IRSC, en partenariat avec l’Association canadienne pour l’étude du foie (ACEF) et la Fondation canadienne du foie (FCF), accordera du financement pour des projets jugés pertinents dans les domaines prioritaires de recherche ci-dessous :

  • Propositions de projets de recherche clinique et/ou fondamentale qui feront progresser la compréhension des maladies du foie et, au bout du compte, contribueront à la prise en charge et aux soins des patients au Canada.

Pour en savoir plus, cliquez ici ou visitez le site Web de l’INMD-IRSC.

Directeur du programme : Dre Leslie Lilly
Personne-ressource du programme : Danielle Arends
Téléphone : (416) 340-4800, poste 6821
Courriel : TxHepatologyFellowship@uhn.ca

Dates clés :
Date limite d’inscription : avril de l’année précédant la date de début de la bourse
Date de début : 1er juillet de chaque année
Durée du programme : 1 ou 2 ans

Vous trouverez de plus amples renseignements ici. (Attention : il s’agit d’un site externe dont le contenu est en anglais.)

Projets financés par la FCF

La recherche continue est d’une importance cruciale dans la lutte contre les maladies du foie.

Grâce à la recherche, nous sommes en mesure d’améliorer les méthodes de prévention, le dépistage, le diagnostic et le traitement afin de réduire l’incidence et l’impact des maladies du foie. Plus de recherches conduisent à plus de percées médicales, à de meilleurs traitements avec moins d’effets secondaires négatifs et à plus de remèdes. La Fondation canadienne du foie est fière d’appuyer le travail de chercheurs canadiens qui partagent sa mission de donner vie à la recherche sur le foie.

Voici nos bénéficiaires de subventions de recherche 2019

Subvention de recherche désignée pour la transplantation hépatique au Canada

Améliorer la prévisibilité de l’état de santé des patients avant, pendant et après une transplantation hépatique en analysant leur masse musculaire.

Profile image of Dr. Montano

Dr Aldo Montano-Loza

Université de l’Alberta

Codemandeurs : Dre Vera Mazurak et Dre Maryam Ebadi

Les patients souffrant d’une cirrhose sont souvent affaiblis par une perte musculaire. Cette perte, ainsi que d’autres anomalies musculaires, sont associées à des risques plus élevés de problèmes comme des infections, une durée de rétablissement plus longue après une chirurgie et une probabilité de décès plus élevée avant et après une transplantation hépatique.

Le Dr Aldo Montano-Loza et son équipe cherche à comprendre la relation entre les anomalies musculaires et les effets indésirables potentiels avant, pendant et après une transplantation hépatique. La masse musculaire et l’état des muscles seront évalués à l’aide de tomographie assistée par ordinateur (CT) chez les patients atteints de cirrhose en attente d’une transplantation hépatique.

Cette recherche aidera à préparer le terrain pour une meilleure évaluation individualisée de chaque patient et à terme, facilitera l’élaboration de stratégies de traitement personnalisé pouvant améliorer les taux de réussite des transplantations ainsi que la qualité de vie des patients.

« Les transplantations hépatiques sont des interventions qui sauvent des vies mais qui présentent aussi de nombreux risques et complications, » explique le Dr Montano-Loza. « Grâce à l’aide financière de la FCF et de ses donateurs, nous espérons réussir encore plus de transplantations hépatiques à court et à long terme. »

La recherche sur le foie innovatrice, tout comme le projet du Dr Aldo Montano-Loza et de son équipe, est possible grâce à une subvention provenant de donateurs généreux voulant faire avancer la recherche sur le foie pour offrir une lueur d’espoir aux millions de Canadiens qui sont présentement touchés par la maladie du foie.

Subvention de recherche désignée pour le cancer du foie au Canada

Profile picture of Dr. Woo

« Explorer le rôle d’un gène connu de susceptibilité au cancer du sein (BRCA1) en relation à la stéatose hépatique et au cancer du foie. »

Actuellement, le cancer du foie est la troisième cause des décès attribuables au cancer dans le monde. Même si l’obésité a été identifiée comme facteur de risque pour le cancer du foie, les mécanismes exacts sous-jacents du cancer du foie restent flous.

Des recherches récentes montrent qu’un gène connu, le gène 1 de susceptibilité au cancer du sein (ou gène BRCA1), peut avoir une incidence sur le métabolisme du corps. La Dre Woo et son équipe disposent d’informations préliminaires convaincantes suggérant que le BRCA1 peut jouer un rôle critique sur le développement de la stéatose hépatique et du cancer du foie.

Le projet de recherche prometteur de la Dre Woo permettra d’éclaircir leur compréhension de la manière dont la stéatose hépatique peut potentiellement entraîner un cancer du foie. En conséquence, ces connaissances leur permettront d’élaborer de nouveaux traitements pour cette maladie dévastatrice, incurable à ce jour.

« La stéatose hépatique est une des principales causes émergentes de cancer du foie. Grâce à la subvention et au soutien de la FCF, nous entamons des recherches qui investigueront de nouvelles méthodes de traitement pour lutter contre la stéatose hépatique et le cancer du foie. »

Les dons reçus par des Canadiens généreux et des entreprises animées par l’esprit de communauté, aident des scientifiques comme la Dre Mina Woo, à découvrir de nouveaux traitements qui profiteront à des millions de Canadiens atteints d’une maladie du foie.

 

Bourse commémorative Raj Bhargava pour stage d’été

Développement d’une application pour téléphone intelligent qui analyse les images d’IRM ciblant les maladies métaboliques du foie

Kyle Henning CLF Grant recepientKyle Hennig
Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Ravi Bhargava

Les maladies métaboliques du foie, ou troubles causant des réactions chimiques anormales dans le corps qui dérèglent le métabolisme, touchent beaucoup d’enfants et de jeunes atteints de maladies du foie. Avant de mettre les enfants qui requièrent une transplantation hépatique sur la liste d’attente, il est souvent nécessaire d’avoir recours à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour dépister ces troubles.
Kyle Hennig, étudiant en médecine de l’Université de l’Alberta, a reconnu la nécessité pour les professionnels de la santé de disposer d’un outil permettant d’évaluer les IRM et les analyses détaillées de substances accumulées dans le cerveau.
Sous la supervision du Dr Ravi Bhargava, Kyle va concevoir une application pour téléphone intelligent basée sur un algorithme qui facilitera l’interprétation de résultats provenant d’IRM. Grâce à cet outil, différents spécialistes, notamment des radiologues, pédiatres, gastroentérologues, chirurgiens et neurologues, pourront diagnostiquer plus facilement les troubles métaboliques.

« La Fondation canadienne du foie, explique Kyle, nous a permis de rendre les connaissances sur les troubles métaboliques touchant le foie et le cerveau accessibles à un plus grand nombre de personnes. »

Obtenir du soutien financier lorsqu’on est étudiant peut se révéler difficile, mais grâce à l’appui de nos généreux donateurs, le programme de bourses de stage d’été de la FCF offre l’occasion à un petit nombre d’étudiants hautement motivés et affichant d’excellents résultats scolaires de participer à la recherche sur le foie. Au bout du compte, cela peut mener à la reconnaissance et à la formation des prochains experts canadiens en recherche sur le foie.

Subventions d’exploitation

Résolution du mystère qui entoure l’atrésie biliaire grâce aux cellules souches

Dre Binita Kamath 
Hospital for Sick Children (Toronto)
Codemandeurs : Drs Anand Ghanekar et Saul Karpen

La Dre Kamath et ses collaborateurs estiment qu’un gène défectueux dans les cils des canaux biliaires (ou structures cellulaires) entraîne chez l’enfant une inflammation du foie, des cicatrices et une maladie hépatique grave appelée atrésie biliaire, sans cause connue ni traitement curatif.
L’atrésie biliaire survient lorsque le canal biliaire qui mène du foie à l’intestin est endommagé et empêche la bile de quitter le foie.
La Dre Kamath et son équipe utiliseront une nouvelle technologie pour transformer les cellules souches créées à partir du sang des patients en cellules du canal biliaire afin d’étudier comment cette mutation génétique mène à la création de cellules défectueuses du canal biliaire.

« L’atrésie biliaire est la cause la plus fréquente de transplantation hépatique chez les enfants, explique la Dre Kamath. Ce financement de la FCF est crucial pour assurer l’étude d’un gène perturbant la fonction ciliaire comme cause potentielle d’atrésie biliaire. »

Avec l’appui des donateurs de la Fondation canadienne du foie, cette incroyable recherche pourrait permettre de découvrir, de concevoir et de mettre à l’épreuve dans le cadre d’essais cliniques de nouvelles thérapies et, espérons-le, de trouver un traitement curatif.

Recherche hépatobiliaire sans restriction

Perturbation du fonctionnement des cellules responsables du cancer du foie

Dr. Naglaa Shoukry CLF grant recepient

Dre Naglaa Shoukry
Université de Montréal
Codemandeur : Dr Simon Turcotte

Le cancer du foie est une maladie mortelle et un problème de santé publique qui prend rapidement de l’ampleur au Canada, et les options thérapeutiques offertes aux patients sont limitées. L’inflammation et la cicatrisation du foie comptent parmi les facteurs de risque du cancer du foie. L’inflammation est causée en partie par les globules blancs qui produisent des cytokines (protéines qui envoient des messages au système immunitaire au site du dommage ou du traumatisme).
La Dre Shoukry et son équipe ont choisi d’étudier une protéine appelée IL-17, celle-ci étant bien connue comme agent amplificateur de l’inflammation et de la cicatrisation qui mènent au cancer du foie. L’équipe aura pour objectif de déterminer quelles cellules produisent l’IL-17, à quel moment les cellules cancéreuses reçoivent le signal de pénétrer le foie, et comment les traitements efficaces peuvent bloquer l’entrée des cellules cancéreuses.

« Le soutien financier offert par la Fondation canadienne du foie, indique la Dre Shoukry, permet à mon équipe d’analyser et de comprendre des mécanismes jusque-là peu étudiés qui font en sorte que les patients atteints de maladies du foie avancées développent un cancer. À l’heure actuelle, les traitements pour le cancer du foie sont loin d’être nombreux. Nos efforts de recherche nous permettront d’identifier de nouvelles cibles pour limiter la progression de la maladie du foie, dans le but de prévenir le cancer du foie. ».

Des dons de toutes sortes ont ouvert des perspectives prometteuses pouvant guider la mise au point de nouveaux traitements et ainsi prévenir le développement du cancer du foie.

Mise à l’épreuve des nouveaux traitements pour la maladie du foie la plus répandue au Canada

Dr John Ussher
Université de l’Alberta

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) se caractérise par une accumulation de graisses dans le foie sans l’influence de l’alcool. Selon les estimations actuelles, un Canadien sur cinq souffre de stéatose hépatique non alcoolique, ce qui le rend susceptible de développer une cirrhose, un cancer du foie et une insuffisance hépatique. Les traitements actuels n’arrivent pas à contrer cette épidémie croissante.
Le Dr Ussher et son équipe ont découvert récemment qu’un médicament employé dans le traitement des maladies du cœur, la ranolazine, pourrait également réduire la gravité de la SHNA. La ranolazine est prometteuse, car elle stimule le métabolisme des glucides (l’efficacité du foie dans la conversion d’aliments en énergie utilisée par le corps) et permet ainsi de réduire les effets de la SHNA.
Cette nouvelle étude s’appuiera sur des modèles de la maladie pour déterminer si la ranolazine peut directement réduire les effets de la SHNA en stimulant le métabolisme des glucides dans le foie, validant ainsi la théorie que la ranolazine est un traitement approprié pour la SHNA.

« Le financement de la FCF et de ses donateurs, dit le Dr Ussher, aide mon laboratoire à élucider les mécanismes par lesquels le métabolisme énergétique est régulé dans le foie, et à déterminer si la modification du métabolisme énergétique hépatique peut représenter une stratégie intéressante pour améliorer et inverser les effets de la stéatose hépatique. »

 

Subvention de recherche désignée pour le cancer du foie en Ontario

Comprendre la relation complexe entre le cancer du foie et le système immunitaire

Dr. Bhat CLF Grant recipientDre Mamatha Bhat
Université de Toronto
(Toronto General & Western Hospital Foundation)
Codemandeurs: Drs Daniel de Carvalho et Anand Ghanekar

Le diagnostic du cancer du foie est souvent établi lorsqu’il est bien trop tard pour offrir des traitements pouvant guérir la maladie. Puisque les récidives de cancer du foie se produisent dans jusqu’à 20 % des cas de transplantations hépatiques, il est primordial que l’on trouve une façon de diagnostiquer et de traiter cette maladie plus tôt.

La recherche actuelle suggère que les cellules immunitaires jouent un rôle dans le développement du carcinome hépatocellulaire (CHC), la forme la plus fréquente du cancer du foie ayant commencé dans cet organe. Afin de reconnaître en quoi consiste ce rôle exactement, l’équipe de recherche de la Dre Bhat va analyser la composition génétique de deux types de tumeurs : les cancers récurrents qui évoluent dans un environnement où le système immunitaire est « dépassé » par les tumeurs, et les cancers récurrents qui surviennent après une chirurgie visant à retirer un cancer (appelée résection) où le système immunitaire n’est pas « dépassé » par les tumeurs.

Cette occasion unique d’explorer l’interaction entre le cancer du foie et le système immunitaire permettra de mettre au point de meilleures thérapies pour vaincre le cancer du foie.

« Je suis une chercheuse en début de carrière, dit la Dre Bhat, et le soutien financier de la FCF me permet de poursuivre mes travaux sur le CHC. Au fil des années, j’ai étudié le CHC sous divers angles et à l’aide de divers outils relevant notamment de l’épidémiologie, de la biologie moléculaire fondamentale ou de la bio-informatique, et le projet financé par la FCF fait appel à ces différentes compétences. »

Pour faire un don en faveur de la recherche sur la santé du foie, cliquez sur ici

Subvention désignée pour l’Ontario (parrainée par F. Pauline Spence)
Dr Morgan Fullerton
Université d’Ottawa

Titre du projet : La régulation de la synthèse du cholestérol dans les cas de stéatose hépatique provoquée par l’obésité.

L’obésité a pris l’ampleur d’une épidémie mondiale et elle touche présentement des millions de Canadiens (coûtant presque 10 milliards de dollars par année). L’obésité est non seulement la principale cause de nombreux troubles métaboliques, mais elle est désormais la cause la plus fréquente de stéatose hépatique au Canada. Bien qu’il soit responsable de la fabrication et de la transformation des graisses et du cholestérol, le foie peut devenir saturé de graisses, ce qui constitue le premier pas vers la stéatose hépatique. Il est reconnu que le cholestérol produit dans le foie peut jouer un rôle important dans le développement de la stéatose hépatique. Cela dit, le Dr Fullerton estime que les voies métaboliques qui limitent la production de cholestérol dans l’organisme ne fonctionnent pas correctement dans les cas d’obésité. Ce projet de recherche vise à mieux comprendre comment l’obésité reprogramme le foie, l’incitant à produire un surplus de cholestérol, en espérant qu’un jour nous pourrons prévenir et corriger la stéatose hépatique provoquée par l’obésité.


Subvention de recherche désignée pour le cancer du foie
Dr Anand Ghanekar
Université de Toronto
Toronto General & Western Hospital Foundation

Titre du projet : Le rôle et la régulation de la phosphatase 9 à double spécificité (DUSP9) dans les cas de carcinome hépatocellulaire chez l’être humain.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC), le cancer hépatique le plus commun ayant ses origines dans le foie, se situe au cinquième rang parmi les cancers les plus courants dans le monde et représente la troisième cause la plus importante de décès lié au cancer. Une meilleure compréhension de l’évolution et de la progression du CHC devrait conduire à l’amélioration des traitements. La recherche du Dr Ghanekar a révélé la présence de niveaux élevés d’une molécule appelée phosphatase 5 à double spécificité (DUSP3) dans les tumeurs de CHC chez l’être humain. Les molécules comme la phosphatase 9 à double spécificité (DUSP9) jouent un rôle important dans le contrôle de la croissance des cellules dans d’autres cancers, mais jusqu’à présent, elles n’ont pas fait l’objet d’études dans les cas de CHC. Le but de cette recherche est de comprendre le rôle de la DUSP9 dans les cas de cancers du foie en étudiant les cellules hépatiques cancéreuses dans des cultures ainsi que dans des souris, d’observer comment leurs comportements changent en réponse à des modifications au niveau de DUSP9 et d’identifier les mécanismes moléculaires et les protéines dans les cellules hépatiques cancéreuses qui contrôlent les niveaux de DUSP9. Les résultats de cette étude devraient améliorer notre compréhension du CHC et mener à des possibilités de traitements novateurs.


Subventions de recherche hépatobiliaire sans restrictions
Dr Christopher Rose
Université de Montréal CRCHUM

Titre du projet : Les mécanismes physiopathologiques sous-jacents du continuum de l’encéphalopathie hépatique : de latente à déclarée et de récurrente à persistante.

L’encéphalopathie hépatique (EH) est une complication neurologique grave qui se révèle fréquemment chez les patients atteints d’une maladie chronique du foie. La forme la moins grave de cette maladie est connue sous le nom d’EH latente et elle se manifeste par des signes de confusion, des troubles de la mémoire et des problèmes de concentration. Ces symptômes peuvent avoir une incidence significative sur la qualité de vie des patients souffrant d’une maladie de foie. Quand des signes cliniques évidents, tels que la stupeur et le coma, se présentent chez un patient, il s’agit d’une EH déclarée. On estime que jusqu’à 80 % des patients atteints de cirrhose (cicatrisation du foie) souffrent d’une EH latente et présentent un risque considérable pour le développement d’épisodes récurrents d’EH déclarée, pouvant provoquer ultérieurement des lésions cérébrales permanentes. L’EH latente est associée à une augmentation d’eau dans le cerveau (œdème) et il n’est pas clair comment et pourquoi cela se produit. On estime qu’une accumulation d’ammoniac dans le cerveau est susceptible de jouer un rôle capital puisqu’un foie en bonne santé régule les niveaux d’ammoniac dans le sang. Quand le foie est cicatrisé, une hausse d’ammoniac dans le sang entraîne des niveaux toxiques d’ammoniac dans le cerveau. L’objectif de ce projet de recherche est d’étudier comment une hausse des niveaux d’ammoniac dans le sang et de l’inflammation peuvent provoquer une augmentation d’eau dans le cerveau, et comment cela influence la progression vers une EH déclarée. Le Dr Rose va également étudier l’impact de multiples épisodes d’EH déclarée sur le cerveau, y compris les lésions cérébrales permanentes.


Dr Daniel Winer
Université de Toronto
Toronto General & Western Hospital Foundation

Titre du projet : Les mécanismes d’immunité du dysfonctionnement du glucose hépatique dans les cas d’obésité liée au régime alimentaire et de stéatose hépatique non alcoolique.

L’obésité a de multiples conséquences y compris des niveaux élevés de graisses à l’intérieur du foie. La stéatose hépatique joue un rôle important dans la hausse des niveaux de sucre dans le sang, bien que les mécanismes exacts soient mal définis. La recherche du Dr Winer a démontré que les cellules immunitaires, connues sous les noms de lymphocytes B et T, peuvent provoquer de l’inflammation dans les tissus adipeux, ce qui entraîne des troubles métaboliques. Le Dr Winer a découvert que les lymphocytes T dans le foie s’activent en présence d’une stéatose hépatique, provoquant de l’inflammation et des complications métaboliques. Toutefois, les rôles des cellules immunitaires additionnelles dans ce type d’inflammation du foie sont en grande partie inconnus. Ce projet de recherche s’appuie sur les travaux existants et compte investiguer comment les cellules immunitaires, appelées lymphocytes B, deviennent des contributeurs importants au développement de la maladie du foie dans les sujets atteints d’obésité. Plus précisément, le Dr Winer va étudier comment les lymphocytes B dans le foie aggravent la stéatose hépatique et s’il est possible d’entraver leur progression grâce à des approches novatrices. Les résultats de cette recherche permettront de trouver de nouvelles manières de prévenir, de diagnostiquer et de traiter la stéatose hépatique et ses complications.


Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur :
subvention désignée pour l’Alberta
Rachelle Davis
Université de Calgary
Superviseur : Dr Craig Jenne

Titre du projet : Évaluation de l’efficacité du vaccin contre l’hépatite B dans le contexte de la stéatose hépatique non alcoolique.

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) devient rapidement la cause la plus courante de cicatrisation du foie, en partie attribuable à un régime alimentaire médiocre et à un style de vie sédentaire. Alors que les taux d’obésité au Canada frôlent les 50 %, il est primordial d’obtenir plus d’information sur la manière dont la SHNA influence la réponse immunitaire. Les patients atteints de SHNA sont encouragés à se faire vacciner contre l’hépatite B, toutefois, l’efficacité du vaccin ou la réponse immunitaire à une hépatite virale dans le contexte de la stéatose hépatique ne sont pas actuellement connues. À l’aide de la microscopie avancée, l’équipe du Dr Jenne étudiera des modèles de foies provenant d’animaux pour visualiser comment un foie graisseux réagit au virus, et déterminer si les vaccins peuvent protéger adéquatement un patient atteint de stéatose hépatique. Les résultats de cette recherche pourraient mener à des changements aux politiques et aux lignes directrices concernant la vaccination afin de mieux protéger les patients souffrant de SHNA.


Bourses de stages d’été :
subvention de recherche hépatobiliaire sans restrictions
Sarah Lépine
Université de Montréal
Superviseur : Dr Massimiliano Paganelli

Titre du projet : Caractérisation des hépatoblastes humains pendant la différenciation d’un endoderme définitif à un hépatocyte à l’aide d’un modèle 3D du foie dérivé de cellules souches pluripotentes impliquées dans le développement du foie.

Ce que nous savons sur le développement du foie dans les embryons est principalement basé sur des études effectuées sur des rongeurs. Les modèles actuellement disponibles utilisant des cellules humaines ne sont pas représentatifs de la complexité du foie humain. Grâce à des cellules souches humaines, l’équipe du Dr Paganelli peut générer des modèles 3D du foie composés de différents types de cellules impliqués dans le développement du foie. Dans le cadre de ce projet, l’étudiante se servira d’un des modèles 3D mentionnés pour identifier les gènes concernés dans le développement de différents types de cellules hépatiques. Les résultats de cette recherche permettront de valider une fois pour toutes l’hypothèse actuelle sur le développement du foie humain.


Subvention désignée pour l’Ontario (commanditée par l’Ontario Association of Gastroenterology) [Association ontarienne de gastroentérologie]
Kanwar Sahdra
Université de Toronto
Superviseur : Dr Jordan Feld

Titre du projet : Détermination de la stratégie de vaccination optimale pour l’hépatite B.

L’infection par le virus de l’hépatite B (VHB) est un problème de santé publique majeur à l’échelle planétaire, car 240 millions de personnes sont infectées mondialement.

Les façons les plus courantes de transmettre l’hépatite B sont de mère à enfant pendant l’accouchement et à travers des rapports sexuels. Fort heureusement, il existe un vaccin hautement efficace offrant une protection contre l’infection sur toute une vie. La plupart des pays vaccinent les enfants à la naissance, y compris plusieurs provinces au Canada. En Ontario, les enfants sont vaccinés au cours de la septième année, l’objectif étant de prévenir l’infection par transmission sexuelle. La recherche du Dr Feld s’appuiera sur un modèle établi d’infection par le VHB afin de déterminer quelle stratégie de vaccination (enfance ou adolescence) est la plus rentable pour l’Ontario. Ces résultats seront très utiles pour guider les responsables de politiques au Canada quant à l’adoption d’une stratégie de vaccination optimale pour pallier cet enjeu majeur de santé publique.


Subvention désignée pour l’encéphalopathie hépatique

Charlène Blanchette
Université de Montréal
Supervisor : Dre Chantal Bémeur

Titre du projet : L’incidence de l’exercice sur la protection du cerveau dans les cas de maladie chronique du foie dans un contexte expérimental.

La maladie du foie toucherait 1 Canadien sur 4 et se situe au cinquième rang des causes de décès. La perte de masse musculaire et la malnutrition sont les complications les plus fréquentes de la maladie chronique du foie (MCF) et de la cirrhose. L’encéphalopathie hépatique (EH), une autre complication grave de la cirrhose, pourrait être l’une des conséquences de perte de masse musculaire. L’équipe de recherche de la Dre Bémeur examinera l’impact de l’exercice sur la prévention de perte de masse musculaire et d’EH dans les modèles animaux. Les résultats de ce projet mettront en lumière les raisons pour lesquelles des complications graves comme l’EH surviennent chez les patients atteints de cirrhose, et pourraient mener à l’élaboration d’interventions pouvant améliorer la qualité de vie du nombre croissant de personnes souffrant d’une maladie du foie.

Subvention d’équipe pour la recherche sur le carcinome hépatocellulaire (CHC)
Dr Ian McGilvray 
Réseau universitaire de santé, Université de Toronto
Fonds de contrepartie fournis par la Toronto General & Western Hospital Foundation
Codemandeurs : Drs Warren Chan, Thomas Michalak, Markus Selzner, Sean Cleary et Jennifer Knox

Titre du projet : Amélioration par nanoparticules de l’immunité de l’hôte au carcinome hépatocellulaire

Le cancer primaire du foie (un cancer qui se développe dans les cellules du foie) est non seulement l’un des cancers affichant la hausse la plus rapide au Canada, mais aussi le plus meurtrier. En raison d’un diagnostic tardif et de la gravité de la maladie, plus de la moitié de tous les patients atteints d’un cancer du foie ne peuvent faire l’objet de traitements efficaces avec les thérapies actuellement mises à notre disposition. Cela est en partie attribuable au fait que les cancers contiennent des cellules qui les protègent du système immunitaire du corps. Ces cellules portent le nom de macrophages associés aux tumeurs (TAM). S’il était possible de cibler et de détruire ces cellules, les cancers seraient plus vulnérables et plus facilement éliminés par le système immunitaire du corps ou par la chimiothérapie régulière. Dirigée par le Dr McGilvray, cette équipe multidisciplinaire emploiera la nanotechnologie pour cibler et détruire les macrophages associés aux tumeurs. La nanotechnologie se sert de particules minuscules (appelées nanoparticules) conçues pour le transport et l’administration de médicaments. À l’aide de cette technologie, ils espèrent mettre au point et tester un nouveau traitement pour les patients atteints d’un cancer du foie.

Pour en apprendre plus sur cette recherche novatrice, regarder cette vidéo.

Titulaire d’une subvention d’exploitation en 2016
Dr Hemant Shah
Réseau universitaire de santé, Université de Toronto
Codemandeurs: Drs Len Kelly, Rachel Sacks-Davis, Davis Smookler et John Kim

Titre du projet : Accroître le dépistage dans les collectivités éloignées des Premières nations pour contrôler la transmission du VHC.

Le virus de l’hépatite C (VHC) est une des principales causes de décès dus à une infection au Canada, et depuis 2007, il a même surpassé le VIH en tant que cause de décès. Des remèdes efficaces sont disponibles; le défi qui se pose est d’établir un lien entre les individus infectés et les services de soins de santé (dépistage et évaluation à des fins de traitement). Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir le VHC. Traiter l’hépatite C afin de prévenir la transmission de la maladie parmi les populations vulnérables pourrait constituer le seul moyen d’éradiquer la maladie. Cette approche a connu du succès avec le VIH et la tuberculose, mais n’a pas encore fait l’objet de tests pour l’hépatite C. Toutes les données probantes suggèrent que la transmission du VHC est supérieure dans les collectivités des Premières Nations, cependant elles ont des difficultés à accéder aux services de soins de santé. Dans cette étude, les chercheurs développeront un modèle pour augmenter considérablement le nombre de tests dans les collectivités éloignées des Premières nations à l’aide de trousses d’analyse innovantes avec prélèvement par piqûre au doigt. En outre, les données recueillies seront alors disponibles pour un essai ultérieur de traitement comme modèle de prévention.


Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur en 2016:
Prix attribué pour «La lutte contre la CSP»
Dre Amanda Ricciuto
The Hospital for Sick Children Toronto, Ontario
Superviseure : Dre Binita Kamath

Titre du projet : CSP-MICI pédiatrique : Optimiser les stratégies de surveillance de la colite pour améliorer les résultats de la maladie du foie.

Chez les adultes, la CSP-MICI (maladie inflammatoire chronique de l’intestin cooccurrente avec la CSP) semble être une forme unique de MICI, caractérisée par une inflammation généralisée du côlon avec des symptômes légers. On reconnaît de plus en plus l’importance grandissante de guérir l’intestin des gens atteints de CSP-MICI pour améliorer l’issue de la maladie du foie. On sait peu de choses sur la CSP-MICI chez les enfants, même si ce segment de la population est particulièrement important, car il présente des possibilités d’intervention précoce. Étant donné les symptômes légers de la CSP-MICI chez l’adulte, un simple contrôle des symptômes dans les cas de CSP-MICI pédiatrique pourrait être insuffisant. Une approche plus agressive de guérison de l’intestin, guidée par une coloscopie et d’autres examens comme le prélèvement d’échantillons de selles, pourrait s’avérer nécessaire et pourrait être associée à de meilleurs résultats quant à la maladie du foie. Les objectifs de cette étude sont de décrire la nature de la MICI chez les enfants atteints de CSP-MICI et de définir quels symptômes et échantillons de selles peuvent servir à la détermination de la sévérité de la MICI chez les enfants atteints de CSP-MICI, en comparaison avec un groupe témoin d’enfants souffrant de MICI sans la cooccurrence d’une maladie du foie.


Subventions de recherche hépatobiliaire sans restrictions

M. Kaveh Farrokhi
Université de Toronto
Superviseur : Dr Gary Levy

Titre du projet : L’inhibition du parcours immunosuppresseur FGL2-FcγRIIB/RIII rétablit l’immunité antivirale innée et l’immunité acquise lors d’une infection virale chronique.

Plus de 500 millions de personnes dans le monde sont infectées chroniquement avec une hépatite B ou une hépatite C. Les deux maladies peuvent entraîner une cirrhose et un cancer du foie. Plus de 60 % des cancers du foie sont associés à une hépatite B ou C chronique. Le VHB et le VHC persistent dans le corps en forçant celui-ci à fabriquer des protéines qui vont empêcher le système immunitaire de se défendre contre ses virus envahisseurs. Le laboratoire du Dr Levy a identifié une de ses protéines, pour laquelle on note des quantités élevées à la fois dans une infection par le VHB ou par le VHC. Ce projet de recherche implique l’examen de cette protéine comme cible potentielle pour l’élaboration d’un nouveau traitement de l’hépatite virale chronique.


Mme Celeste Lavallee

Université de l’Alberta
Superviseur : Dre Justine Turner

Titre du projet : Mécanismes de la maladie du foie néonatale avec insuffisance intestinale : une étude de l’axe intestin-foie.

La maladie du foie est un problème sérieux pour les bébés nés avec un syndrome de l’intestin court. Le plus souvent, ces bébés requièrent des transplantations hépatiques, mais beaucoup d’entre eux meurent alors qu’ils sont encore sur la liste d’attente pour une transplantation. Les bébés ayant un syndrome de l’intestin court doivent être nourris par voie intraveineuse. On appelle cette méthode l’alimentation parentérale. Jusqu’à présent, la seule cure certaine pour leur maladie du foie est de mettre fin à l’alimentation parentérale. Mais ceci est impossible pour les bébés qui comptent sur l’alimentation parentérale pour survivre et grandir. Nous devons trouver d’autres manières de traiter leur maladie du foie et, à cet effet, il est primordial de mieux comprendre les facteurs responsables. La plupart des bébés ayant un syndrome de l’intestin court ont perdu une partie de leur intestin appelé iléon. Il est estimé que cela a pour effet de changer la composition des bactéries dans la flore intestinale, qui est liée aux lésions du foie. Ce projet de recherche va explorer de nouveaux traitements pour les bébés ayant un syndrome de l’intestin court et souffrant d’une maladie du foie grave.


Titulaires d’une bourse de stage d’été en 2016 :
Subventions désignées pour l’Alberta

Nikolas Ewasechko
Université de Calgary
Superviseur : Dre Carla Coffin

Titre du projet : Évaluation de l’immunité du virus de l’hépatite B de référence et des réponses au vaccin contre le VHB chez les patients atteints d’une stéatose hépatique non alcoolique.

L’hépatite B affecte plus de 240 millions de personnes à l’échelle mondiale, dont plus de 240 000 au Canada. L’hépatite B chronique peut mener à une cicatrisation du foie (cirrhose) et au cancer du foie, ce qui rend l’infection par hépatite B un problème de santé urgent à l’échelle mondiale. L’épidémie d’obésité, un mode de vie sédentaire et des régimes à haute teneur en matières grasses ont également contribué à l’émergence de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) comme une autre cause majeure de cirrhose. Tandis que la coexistence de l’hépatite B et de la stéatose hépatique non alcoolique est présumée accélérer les lésions du foie, le mécanisme par lequel le phénomène se produit n’est pas connu. Quoiqu’il existe un vaccin efficace contre l’hépatite B, l’effet de la stéatose hépatique non alcoolique sur l’efficacité du vaccin contre l’hépatite B est également inconnu. Avec l’obésité à la hausse, Nikolas Ewasechko, sous la supervision de la Dre Carla Coffin à l’Université de Calgary, va observer les réponses immunitaires à l’hépatite B chez les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique.


Amber Hager

Université de l’Alberta
Superviseurs : Drs Diana Mager et Jason Yap

Titre du projet : Composition corporelle chez les nourrissons et les enfants avant et après la transplantation hépatique.

La malnutrition est très courante chez les nourrissons et les enfants atteints d’une maladie chronique du foie et en attente d’une transplantation hépatique. Généralement, ceci est dû à leur incapacité à digérer et à absorber des nutriments importants qui sont nécessaires pour leur croissance et leur développement. Même si leur capacité à absorber ces nutriments peut s’améliorer après une transplantation hépatique, des preuves substantielles ont démontré que les nourrissons et les enfants peuvent faire l’objet d’une croissance retardée pendant plusieurs années après une transplantation hépatique. Une des principales raisons pour ce phénomène pourrait être le résultat de l’utilisation à vie de médicaments immunosuppresseurs après une transplantation hépatique. On sait très peu de choses sur les modifications de la composition corporelle des nourrissons et des enfants après une transplantation hépatique. Sous la supervision de la Dre Diana Mager et du Dr Jason Yap à l’Université de l’Alberta, Amber Hager va étudier la masse maigre et la masse grasse à l’aide d’ostéodensitométries (examens de la densité minérale osseuse), qui sont fréquemment effectuées chez les nourrissons et les enfants souffrant d’une maladie du foie. Amber va également étudier le poids et la taille pour mesurer les taux de croissance des nourrissons et des enfants. Cette information servira à développer des traitements cliniques pour résoudre les problèmes de croissance retardée chez les nourrissons et les enfants après une transplantation hépatique.


Emma Hjartarson

Université de l’Alberta
Superviseure : Dre Puneeta Tandon

Titre du projet : Une étude prospective chez les patients atteints de cirrhose pour évaluer la préparation aux discussions sur la planification des soins.

Le stade final commun de plusieurs formes différentes de la maladie du foie est la cirrhose, un état dans lequel le foie est cicatrisé de manière permanente, ne répond plus aux traitements et continue à se détériorer jusqu’à entraîner potentiellement la mort si une intervention n’a pas lieu. La transplantation hépatique est une option pour sauver une vie. Toutefois, un grand nombre de personnes ne peuvent pas bénéficier d’une transplantation hépatique en raison d’une pénurie critique de donneurs d’organes à travers le pays. Sous la supervision de la Dre Puneeta Tandon, Emma Hjartarson effectuera un sondage auprès de patients souffrant de cirrhose et prendra en note leur disponibilité pour la planification préalable des soins, leur compréhension du programme et leurs attentes. Les résultats de cette étude mèneront à des améliorations dans la délivrance de soins aux patients.

Youngkee (Jake) Hong
Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Andrew Mason

Titre du projet : Réponses pro-inflammatoires des lymphocytes T aux peptides du bêta-rétrovirus humain.

Le laboratoire du Dr Andrew Mason à l’Université de l’Alberta a découvert un nouveau bêta-rétrovirus humain (HBRV) chez les patients atteints d’une maladie du foie auto-immunitaire appelée cholangite biliaire primitive (CBP). Les études s’efforcent de déterminer si le virus est impliqué dans le développement de la maladie. À l’aide de méthodes de séquençage de l’ADN, l’équipe de chercheurs a découvert que l’ADN du virus s’introduit par lui-même dans l’ADN des canaux biliaires. Cela se produit dans environ 75 % des patients. L’équipe du Dr Mason a également découvert que la thérapie antirétrovirale combinée aboutit en une charge virale diminuée et coïncide avec une amélioration de la maladie. Cette constatation suggère que le virus joue un rôle dans le développement de la CBP. Son étudiant attitré pour l’été, Youngkee (Jake) Hong, va observer les réponses immunitaires aux infections virales chez les patients atteints de CBP. Les résultats de cette étude peuvent mener au développement de nouveaux traitements pour la CBP.


Subventions désignées pour l’Ontario

Alexander Anagnostopoulos
Université McMaster
Superviseur : Dr Gregory Steinberg

Titre du projet : Démêler les liens entre l’obésité, le NAFLD et la metformine pour le traitement du carcinome hépatocellulaire.

Le cancer du foie est l’un des quelques types de cancers touchant plus de personnes aujourd’hui qu’il y a 40 ans. Le diagnostic est souvent posé à un stade très avancé de la maladie, se soldant en un mauvais pronostic, le taux de survie sur cinq ans n’étant que de 20 %. La metformine est le médicament le plus prescrit au monde pour le diabète et il existe des preuves comme quoi elle peut réduire le risque de développement de cancer du foie chez les patients souffrant de diabète. Ce projet de recherche permettra de faire la lumière sur les raisons qui expliquent l’efficacité de la metformine à réduire le risque de développer un cancer du foie et d’aider les médecins à traiter les patients susceptibles de développer cette maladie mortelle.


Leah Burkovsky

Université d’Ottawa
Superviseur : Dr Morgan Fullerton

Titre du projet : La régulation de la synthèse du cholestérol dans une stéatose hépatique non alcoolique.

L’obésité est maintenant la principale cause de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD). Les chercheurs reconnaissent que la quantité de cholestérol fabriquée dans le foie est un facteur crucial du début de la maladie et de sa progression. La protéine métabolique (AMPK) régule plusieurs parties du métabolisme, y compris la production de cholestérol ainsi que l’enzyme essentiel à la réduction du cholestérol. Évidemment, cette même protéine est la cible de médicaments hypocholestérolémiants communément utilisés, appelés statines. Même si l’AMPK et son lien au cholestérol ont été identifiés il y a plus de 40 ans, nous ne connaissons toujours pas son rôle exact et ne savons pas si elle a un quelconque effet sur le fonctionnement du médicament. À l’Université d’Ottawa, l’étudiante attitrée de l’été du Dr Morgan Fullerton, Leah Burkovsky, mène un projet de recherche qui déterminera l’importance de l’AMPK sur la stéatose hépatique non alcoolique dans l’espoir d’identifier de nouvelles thérapies pour traiter cette maladie.


Shirley (Xue) Jiang

Institut de recherche de l’hôpital général de Toronto
Superviseur : Dr Harry Janssen

Titre du projet : Application de la réponse aux dommages à l’ADN de l’hôte par le virus de l’hépatite B pour établir une infection chronique.

À l’heure actuelle, il n’y a aucun remède pour l’hépatite B chronique et cette maladie du foie entraîne la cirrhose et le cancer du foie. Le virus de l’hépatite B modifie le fonctionnement cellulaire qui détecterait normalement la présence de matériel génétique endommagé, un processus appelé « réponse aux dommages à l’ADN ». On ne dispose pas beaucoup d’information sur le fonctionnement de ce processus, car il n’y a pas assez de modèles expérimentaux appropriés. Cette recherche vise à se servir des cellules hépatiques obtenues auprès de patients présentant une infection chronique et de les étudier pour mieux comprendre comment l’hépatite B se développe. Sous la supervision du Dr Harry Janssen au Toronto General Hospital Research Institute (Institut de recherche de l’hôpital général de Toronto), Shirley (Xue) Jiang va infecter des cellules hépatiques avec le virus de l’hépatite B et examiner les changements qui auront lieu lors du processus de réponse aux dommages à l’ADN. La prochaine étape consistera à bloquer ces changements pour arrêter l’infection. Le but de cette recherche est de découvrir de nouvelles thérapies et de trouver un remède à l’hépatite B chronique.


Curtis Quan

Université d’Ottawa
Superviseur : Dr John Pezacki

Titre du projet : Le rôle du microRNA dans la réponse antivirale innée et la pathogenèse du virus de l’hépatite C.

Le cancer du foie est l’un des types de cancer les plus courants et le diagnostic dans plus d’un demi-million de personnes dans le monde. L’une des principales causes de cancer du foie est l’hépatite C. L’hépatite C conduit à une cirrhose, un cancer et une insuffisance hépatique. Dans le but de comprendre comment cette maladie mène au cancer du foie, le projet de recherche explorera comment la première ligne de défense de notre corps, le système immunitaire inné, réagit à une infection de l’hépatite C et tente de la confiner. Dans ce projet, l’étudiant travaillera à identifier les microARN produits dans le foie qui sont impliqués dans la réponse immunitaire à l’hépatite C. L’objectif du projet est de développer de nouvelles thérapies contre l’hépatite C.


Subvention désignée pour l’encéphalopathie hépatique

Kim Phat Pham
Université de Montréal
Superviseur : Dr Christopher Rose

Titre du projet : L’impact des épisodes récurrents d’encéphalopathie hépatique manifeste sur la mort de cellules neuronales chez des rats atteints d’une maladie chronique du foie.

L’encéphalopathie hépatique (EH) est un état de santé complexe ainsi qu’une complication majeure des maladies du foie chroniques et de la cirrhose. L’encéphalopathie hépatique entraîne des épisodes de confusion, de léthargie, de désorientation, et pourrait même mener à un coma. Une étude a démontré qu’un cas d’encéphalopathie hépatique sévère peut provoquer des lésions cérébrales permanentes. Des complications neurologiques persistantes ont été observées dans une proportion pouvant atteindre 45 % chez les patients ayant subi une transplantation hépatique. Sous la supervision du Dr Christopher Rose à l’Université de Montréal, Kim Phat Pham étudiera un modèle en laboratoire de l’encéphalopathie hépatique induite par de l’ammoniac afin d’évaluer si les crises d’encéphalopathie hépatique peuvent provoquer une détérioration des activités cérébrales et des changements de comportement. Comprendre les crises d’encéphalopathie hépatique est primordial afin de trouver des manières de prévenir les lésions cérébrales permanentes chez les patients en attente d’une transplantation hépatique.

Titulaires d’une subvention d’exploitation en 2015
Dr Marc Bilodeau
Université de Montréal

Titre du projet : Le rôle de la matrice extracellulaire des foies cirrhotiques dans l’hépatocancérogenèse.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) occupe le cinquième rang des cancers les plus fréquents à l’échelle mondiale et est actuellement la troisième cause de décès par cancer. Le CHC est en hausse en Amérique du Nord en raison de la prévalence croissante de l’hépatite C chronique et de la stéatose hépatique. La cicatrisation du foie (fibrose) est le résultat de toutes les maladies hépatiques chroniques et est fortement associée au cancer du foie. Quatre-vingt-dix pour cent des CHC surviennent chez les patients atteints d’une cirrhose. Les travaux de recherche du Dr Bilodeau ont pour objectif de mieux comprendre le rôle de la fibrose dans le développement du cancer du foie. Pour y arriver, le Dr Bilodeau créera un modèle permettant de montrer les changements qui se produisent dans le foie durant la fibrose. Ce modèle lui permettra d’étudier comment les différentes composantes de la fibrose favorisent le développement des cellules hépatiques cancéreuses et la résistance de ces dernières au traitement. Ces travaux aideront à mettre au point de nouvelles approches pour traiter le cancer du foie.


Dr Binita Kamath

The Hospital for Sick Children
Codemandeur : Dr Anand Ghanekar

Titre du projet : Des maladies des voies biliaires dans une boîte de laboratoire : modélisation de maladies des voies biliaires à l’aide de cholangiocytes dérivés de cellules souches.

Une nouvelle technologie nous permet d’obtenir des cellules souches à partir de l’échantillon de peau d’un patient. Ces cellules souches peuvent se transformer en tout type de cellule et sont uniques au patient. À l’aide de ces cellules, les chercheurs peuvent créer un modèle cellulaire propre au patient afin de comprendre sa maladie et de tester de nouveaux traitements personnalisés. Cette approche a fonctionné avec les cellules du cœur et du foie, et la Dre Kamath veut maintenant recourir à cette nouvelle technologie afin de créer des cellules de canal cholédoque. Les maladies du canal cholédoque représentent une charge de morbidité importante. L’atrésie des voies biliaires, par exemple, est la principale cause de greffe du foie chez les enfants. Un autre exemple est la cholangite sclérosante primitive (CSP), qui touche les enfants et les adultes et qui ne comporte pas de traitement efficace. L’étude de ces maladies a été limitée jusqu’à maintenant. La Dre Kamath et son équipe créeront en laboratoire des modèles de maladie des voies biliaires dérivés des patients qui leur permettront de comprendre les mécanismes de ces maladies et de tester de nouveaux traitements. Les résultats de ces travaux pourraient réduire le besoin de greffes du foie.


Dr Andrew Mason

Université de l’Alberta
Codemandeur : Dr Michael Houghton

Titre du projet : Études de prévalence de l’infection par le bêta-rétrovirus humain chez les patients atteints d’une maladie du foie.

Les patients atteints de la cirrhose biliaire primitive (CBP) développent un cancer du foie avancé. La cause de la CBP n’est pas connue, mais la maladie semble se manifester à la suite d’une infection chez les personnes ayant une prédisposition à développer cette maladie. Les recherches en laboratoire du Dr Mason ont permis de démontrer la présence d’une infection virale chez les patients atteints d’une CBP. Le Dr Mason a isolé le virus en culture afin de prouver que les patients sont véritablement infectés par le virus. En clinique, le Dr Mason a découvert que les patients atteints de la CBP qui avait reçu une combinaison d’antirétroviraux ont observé des améliorations notables de leur maladie du foie. Il s’agit là de preuves circonstancielles qu’un rétrovirus est responsable de cette maladie. Grâce à ces travaux de recherche, le Dr Mason et son équipe espèrent développer des outils de diagnostic permettant de détecter l’infection virale et de surveiller la réponse à l’administration d’antiviraux.


Subvention de recherche sur le cancer du foie – Ontario

Dr Sean Cleary
Université de Toronto
Codemandeurs : Drs Anand Ghanekar et Trevor Pugh

Titre du projet : Évaluation complète des altérations somatiques du carcinome hépatocellulaire.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est la forme du cancer du foie primaire la plus fréquente. À l’échelle mondiale, le CHC occupe le cinquième rang des cancers les plus fréquents et est la troisième cause de décès par cancer. Malgré l’incidence en baisse de la plupart des cancers, le CHC est le deuxième cancer à connaître la plus forte croissance au Canada, avec un taux d’incidence et de mortalité en hausse de 40 % à 50 % au cours des dix dernières années. Actuellement, les décisions quant au traitement du cancer du foie sont prises en fonction des caractéristiques de la tumeur, de sa taille et du nombre de lésions. L’équipe de recherche du Dr Cleary a démontré que les mutations génétiques du cancer du foie ont une importante capacité à prédire la façon dont la tumeur peut être traitée, le risque de récurrence et la survie des patients. Ces travaux de recherche étudieront les modifications de l’ADN (matériel génétique) qui peuvent causer le cancer du foie. Ces recherches fourniront une perspective unique sur le cancer du foie, ses causes et de nouveaux traitements plus efficaces.


Subvention de recherche sur l’hépatite C

Dr Jordan Feld
Université de Toronto
Codemandeurs : Drs Markus Selzner et Nazia Selzner

Titre du projet : Inhibition du miARN 122 durant la perfusion hépatique ex vivo afin de prévenir la réinfection par l’hépatite C après une greffe du foie.

Le virus de l’hépatite C (VHC) est une cause importante de maladies du foie et du cancer du foie, et la principale cause de greffe du foie au Canada. Le VHC réinfecte toujours le foie après une greffe. Les travaux de recherche du Dr Feld ont pour objectif de rendre impossible l’infection du nouveau foie. Le VHC utilise un petit ARN (matériel génétique) dans les cellules hépatiques appelé « micro-ARN 122 » (miARN 122) pour son cycle de vie. Le miravirsen est un médicament qui prévient la reproduction du VHC. Le Dr Feld et son équipe feront pénétrer le miravirsen dans les foies prélevés grâce à un nouveau système qui permet d’oxygéner le foie à l’extérieur du corps avant de procéder à la greffe. Le miravirsen détruira le miARN 122 dans le foie prélevé, rendant impossible son infection par le VHC une fois greffé au patient infecté par le VHC. Ces travaux de recherche permettront de mettre au point un remède contre l’infection par l’hépatite C chez les greffés du foie.


Titulaires d’une bourse de stage d’été en 2015 :
Subventions désignées pour la Colombie-Britannique
Domnick Singh Manhas
Université du nord de la Colombie-Britannique
Superviseur : Dr Paul Winwood

Titre du projet : Le rôle des perlecans dans la fibrose du foie.

Lors d’une fibrose du foie (cicatrisation du foie), les cellules appelées cellules stellaires hépatiques forment et génèrent des dépôts menant au développement de tissu cicatriciel. Les perlecans sont des protéines prenant part à la stimulation de la croissance et à la régénération des cellules hépatiques et on les trouve en plus grande quantité chez les patients atteints de fibrose du foie. Sous la supervision du Dr Paul Winwood de l’Université du nord de la Colombie-Britannique, Domnick Singh Manhas étudiera le rôle des protéines perlecans, ce qui pourrait mener à la mise au point de traitements contre la fibrose du foie et la cirrhose.


Shraavan Raveendran

Université de la Colombie-Britannique
Superviseurs : Drs Orlee Guttman et Richard Schreiber

Titre du projet : Améliorer le diagnostic de la maladie hépatique liée à la fibrose kystique.

La fibrose kystique (FK) est la maladie génétique potentiellement mortelle la plus répandue, affectant une naissance vivante sur 2 500. La maladie hépatique associée à la FK survient chez 30 % des patients FK. Dans 90 % des cas, la maladie hépatique se développe avant l’âge de 18 ans et constitue la troisième cause principale de décès chez les patients FK. Le diagnostic et la surveillance de la maladie hépatique associée à la FK sont difficiles puisque les tests spécifiques de détection précoce de fibrose chez les patients pédiatriques atteints de la maladie n’existent pas encore. Les Drs Orelee Guttman et Richard Shreiber de l’Université de la Colombie-Britannique superviseront Shraavan Raveendran au titre de stagiaire d’été qui examinera diverses techniques de diagnostic et de surveillance de patients pédiatriques atteints d’une maladie hépatique associée à la FK. Les résultats de cette étude pilote serviront de base à une étude canadienne de plus grande envergure sur la maladie hépatique associée à la FK en pédiatrie.

Subvention désignée pour le Canada atlantique
Ayush Ray
Université Dalhousie
Superviseur : Dr Ian Alwayn

Titre du projet : Hépatoprotection in vivo d’une lésion par ischémie-reperfusion (IRI) à l’aide d’une protéine pecturante de cellules hépatiques.

Faisant face à une pénurie permanente d’organes, les médecins cherchent des façons d’augmenter le nombre d’organes disponibles pour la transplantation, y compris en considérant les organes de donneurs âgés et de donneurs souffrant de stéatose hépatique et dont le cœur a cessé de battre. Sauf que ces organes sont plus susceptibles de subir des lésions une fois que l’apport en sang est interrompu (en raison du manque d’oxygène). Une protéine s’est révélée prometteuse quant au prolongement de la vie de greffons entre le moment où ils sont retirés du donneur et celui où ils sont greffés au receveur. Sous la supervision du Dr Ian Alwayn de l’Université Dalhousie, Ayush Ray examinera le rôle que cette protéine joue dans la protection contre les lésions d’ischémie-réperfusion (I/R). Une lésion d’I/R est un dommage tissulaire survenant lors de la restauration du flux sanguin à l’organe après une période sans oxygène. La capacité de protection du foie contre les lésions d’I/R laisse entrevoir des espoirs thérapeutiques pouvant servir à augmenter le taux de réussite des greffes du foie. Les effets bénéfiques pourraient également se produire à long terme pour ce qui est des rejets aigu et chronique après une greffe du foie.

Subventions d’exploitation
Dre Jennifer Estall
Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM)

Titre du projet : Rôle de la PGC-1 alpha dans le développement du cancer du foie attribuable à la stéatose hépatique non alcoolique.

La stéatose hépatique non alcoolique touche un tiers de la population nord-américaine. L’accumulation de gras dans le foie entraîne une inflammation et peut causer une détérioration permanente du foie, ce qui augmente le risque d’insuffisance hépatique, de diabète, de maladie du cœur et de cancer du foie. Nous savons que l’alimentation et le mode de vie, combinés à la génétique, influent sur le développement du cancer du foie, mais nous savons peu de choses sur la façon dont les gènes sont influencés par ce que nous mangeons et l’effet que cela peut avoir sur le risque de développer un cancer. L’équipe de la Dre Estall a établi que de faibles taux de la protéine appelée « PGC-1 alpha » aggravent la stéatose hépatique. La Dre Estall examinera si les propriétés protectrices nouvellement découvertes de cette protéine influent également sur le risque de cancer du foie associé à une mauvaise alimentation et à l’obésité. Ces travaux pourraient mener à de nouveaux moyens de prévention du cancer du foie.


Dr Denis Grant

Université de Toronto

Titre du projet : Effet d’une déficience en arylamine N-acéthyltransférase sur le cancer du foie attribuable au virus de l’hépatite B.

L’un des principaux facteurs de risque associés au cancer du foie est l’hépatite B chronique. Cette maladie du foie chronique entraîne une détérioration et une inflammation du foie, ce qui fournit un environnement propice à la prolifération incontrôlée de cellules endommagées et, ultimement, au développement d’un cancer du foie. L’équipe de recherche du Dr Grant a récemment découvert que le retrait chez la souris d’une enzyme spécifique pouvant transformer des produits chimiques en agents cancérogènes protégeait la souris contre le cancer du foie lorsque celle-ci était exposée à un produit chimique particulier contenu dans la fumée de cigarette et certaines teintures. Toutefois, l’effet protecteur n’était pas lié au rôle habituel de cette enzyme dans la production de sous-produits toxiques. Les travaux de recherche du Dr Grant permettront de déterminer si l’élimination de cette enzyme peut prévenir le développement du cancer du foie attribuable au virus de l’hépatite B. Le cas échéant, les travaux de recherche du Dr Grant pourraient mener à la mise au point de nouveaux traitements contre le cancer du foie.


Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur
Zhen Lin
Université de l’Alberta
Dr Andrew Mason

Titre du projet : Est-ce que les micro-ARN travaillent de concert pour moduler l’expression de l’oncogène VEGF-A dans le développement du carcinome hépatocellulaire?

L’Organisation mondiale de la Santé estime que le cancer du foie est la deuxième cause des décès dus au cancer à l’échelle mondiale. Bien des patients ne peuvent être traités au moyen des thérapies actuellement offertes, et bon nombre ne peuvent se qualifier pour une greffe du foie. Par conséquent, d’autres avenues pour traiter le cancer du foie doivent être envisagées. Les recherches en laboratoire du Dr Mason ont porté sur l’identification des petites molécules régulatrices appelées « micro-ARN » qui ont joué un rôle dans le développement du cancer du foie. Il a ainsi été démontré que ces micro-ARN pouvaient agir ensemble afin de prévenir l’apparition du cancer en régulant une protéine appelée «VEGF-A» qui favorise la croissance du cancer du foie. La poursuite des travaux servira à déterminer si l’augmentation du taux de ces micro-ARN peut empêcher la production de la protéine VEGF-A et, par le fait même, limiter le développement du cancer du foie.


Bourses de stages d’été
Jennifer Liang
Université de la Colombie-Britannique
Drs Orlee Guttman and Richard Schreiber

Titre du projet : Cholestase néonatale en Colombie-Britannique: une étude sur la qualité des soins.

Bien des nourrissons sont atteints de la jaunisse du nouveau-né (coloration jaune du blanc des yeux) durant leurs trois à cinq premiers jours de vie parce que leur foie n’est pas entièrement développé. Ce type de jaunisse disparaît généralement de lui-même et n’est pas symptomatique d’une maladie du foie. Toutefois, une partie des nouveau-nés qui ont la jaunisse (environ un cas sur 2 500) souffrent également de cholestase (une condition qui empêche la bile d’être évacuée du foie). Cette condition peut être le signe d’une grave maladie du foie sous-jacente qui nécessite un traitement dans les plus brefs délais. En 2009, la Colombie-Britannique a instauré une politique qui oblige les laboratoires provinciaux à tester le taux de bilirubine des nourrissons ayant la jaunisse afin d’identifier ceux qui sont atteints d’une maladie du foie. Cette recherche a pour but d’évaluer la conformité des laboratoires à cette politique, de déterminer combien de nourrissons développent une cholestase et d’évaluer les résultats auprès de ces patients.


Gregory Heymann
Université de Toronto
Dr Jordan Feld

Titre du projet : Le nanodiagnostic à un point de service afin de déterminer l’exposition à l’hépatite C et l’infection active à l’œil nu.

On estime que 250 000 Canadiens souffrent d’hépatite C, et bon nombre ne le savent pas. Cette situation s’explique par le fait que le virus de l’hépatite C détruit lentement le foie en ne provoquant que peu de symptômes, voire aucun, jusqu’à ce que la maladie entraîne une cirrhose (cicatrisation du foie) ou un cancer du foie. L’hépatite C est la raison la plus courante de procéder à une greffe du foie au Canada. Établir un diagnostic d’hépatite C est un processus complexe qui exige un test pour confirmer l’exposition au virus et un deuxième test pour confirmer que le virus est encore présent dans le sang. À ce stade, le génotype du virus est également établi, étape essentielle au choix du traitement curatif. Ces tests coûtent cher et nécessitent un personnel formé ainsi que de l’équipement sophistiqué. Le Dr Feld développe actuellement deux nouvelles approches qui permettront de déterminer l’exposition au virus, l’infection active, le génotype viral ainsi que la meilleure option de traitement. Ces tests à un point de service pourraient révolutionner le dépistage de l’hépatite dans les cliniques communautaires et les zones rurales du pays et ainsi rendre possible l’éradication de cette maladie du foie.


Rutu Panjabi
Université McMaster
Dr Gregory Steinberg

Titre du projet : Démystification des liens entre l’obésité, la stéatose hépatique non alcoolique et la metformine dans le traitement du carcinome hépatocellulaire.

Le cancer du foie est l’un des rares types de cancer à affecter plus de gens aujourd’hui qu’il y a 40 ans. Les patients reçoivent souvent leur diagnostic à un stade avancé de la maladie, avec un pronostic défavorable, le taux de survie sur cinq ans n’étant que de 20 %. La metformine est le médicament antidiabétique le plus prescrit à l’échelle mondiale, et des données probantes indiquent qu’elle réduit le risque de cancer du foie chez les patients diabétiques. Ce projet de recherche permettra de faire la lumière sur les raisons qui expliquent l’efficacité de la metformine à réduire le risque de développer un cancer du foie et d’aider les médecins à traiter les patients susceptibles de développer cette maladie mortelle.


Bridget Anne Pierce
Université Dalhousie
Dr Kevork Peltekian

Titre du projet : Suivi médical à long terme des patients greffés : aisance des médecins de premier recours à prodiguer des soins aux patients greffés.

Chaque année, environ 140 greffes d’organe (notamment du foie, du rein, du cœur et du pancréas) sont pratiquées dans le cadre du programme de transplantation multiorganes à Halifax, lequel prend en charge les patients du Canada atlantique. Bon nombre des patients greffés proviennent de communautés rurales, et leur suivi médical est partagé entre l’équipe responsable de la greffe et le médecin de premier recours. Jusqu’à maintenant, aucune recherche n’a porté sur l’aisance des médecins de premier recours à prodiguer des soins aux patients greffés. Ce projet de recherche vise à vérifier, à l’aide d’un questionnaire en ligne, l’aisance des médecins à prodiguer des soins aux patients greffés du foie. Les résultats de cette étude pourront être utilisés afin d’améliorer la gestion des soins prodigués aux patients greffés.

Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur
Marc-André Clément
Université de Montréal
Superviseur : Dr Christopher Rose

Titre du projet : Tyrosine: un nouveau facteur pathogène impliqué dans la pathogenèse de l’encéphalopathie hépatique?

La tyrosinémie est une erreur génétique héréditaire du métabolisme associée à une maladie du foie grave dans la tendre enfance. Environ une personne sur 100 000 est touchée par la tyrosinémie à l’échelle mondiale. Cependant, la maladie est particulièrement courante dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean, au Québec, où une personne sur 20 est porteuse du gène défectueux, et une personne sur 1 846 est touchée par la maladie même. On croit que le métabolisme accru de la tyrosine mène à une toxicité cérébrale appelée « encéphalopathie hépatique » (EH). L’objectif de cette étude est d’identifier les métabolites responsables de cet état. Les résultats de cette étude définiront le rôle de la tyrosine et de ses métabolites dans le développement de l’EH. De même, les résultats de la recherche entraîneront une meilleure compréhension de la maladie neurologique observée chez les enfants nés avec une tyrosinémie.


Zengina Lee
Université de Calgary
Superviseure : Dre Carla Coffin

Titre du projet : Différences dans l’infection des cellules immunitaires de la sous-population de patients mono-infectés par le virus de l’hépatite B (VHB) versus le virus de l’immunodéficience humaine de type-1 (VIH-1) et les patients coinfectés par le VHB.

Le virus de l’hépatite B (VHB) et le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) sont les principales causes des décès partout dans le monde. L’hépatite B chronique est fréquente chez les personnes atteintes du VIH-1 parce que ces deux virus sont transmis de façons semblables. Le développement de traitements efficaces a diminué la progression du VIH, mais pour des raisons inconnues, les complications de la maladie du foie sont plus répandues chez les personnes coinfectées. L’objectif de l’étude est de déterminer si des cellules immunes spécifiques sont ciblées par les virus chez les patients monoinfectés par l’hépatite B comparativement aux patients coinfectés par l’hépatite B/VIH-1. Le projet contribuera à comprendre le rôle que jouent ces virus dans l’évolution de la maladie et pourquoi ils ne peuvent pas être éliminés du corps. L’étude pourrait avoir un impact sur des traitements futurs qui entraîneront l’éradication des deux virus.


Jason Alexander Ji-Xhin Wong
Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Michael Houghton

Titre du projet : Caractérisation d’anticorps neutralisants croisés déclenchés par un candidat au vaccin contre le virus recombinant de l’hépatite C gpE1/E2 dans la phase 1 d’un essai clinique.

On estime à 170 millions le nombre de personnes dans le monde atteintes d’hépatite C, et plusieurs millions de nouvelles infections surviennent chaque année. Il y a un besoin urgent d’un vaccin contre le virus de l’hépatite C. Il y a lieu de penser que les anticorps neutralisants et les réactions immunitaires cellulaires ciblant le virus jouent un rôle dans l’élimination virale. Le vaccin idéal pourra entraîner les deux types de réaction immune. La recherche du Dr Houghton a mené à la découverte d’un candidat au vaccin qui a été testé dans la phase 1 de l’essai clinique. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer quels anticorps se lient à la surface du virus et comment ils préviennent ou limitent le processus infectieux. Les résultats de la recherche aideront à concevoir le vaccin optimal contre cette maladie importante.


Laura Michelle Zenith
Université de l’Alberta
Superviseure : Dre Puneeta Tandon

Titre du projet : L’efficacité et l’innocuité de l’exercice aérobique dans la cirrhose décompensée.

Toutes les formes de la maladie du foie risquent d’entraîner le développement d’une cirrhose. Les nombreuses complications liées à la cirrhose comprennent notamment la perte de masse musculaire et, par conséquent, les personnes qui en souffrent se fatiguent facilement lorsqu’elles accomplissent leurs activités quotidiennes. Leur qualité de vie est réduite et leur risque de décès, accru. Il a été démontré que la pratique régulière d’activités physiques, comme la marche et le vélo, permet de diminuer la fatigue. La Dre Tandon et son équipe terminent un essai randomisé évaluant les effets de l’exercice sur la cirrhose en stade précoce. Dans le cadre de la prochaine étape, on examinera l’effet de l’exercice chez les patients souffrant d’une cirrhose plus avancée, dont bon nombre pourraient être en attente d’une greffe. La recherche vise à comparer les patients qui suivent un programme d’exercice à ceux qui n’en suivent pas en mesurant les effets de l’exercice sur les fonctions cardiaque et pulmonaire, la masse musculaire, la qualité de vie et la sécurité. Les résultats de cette étude pourraient permettre d’améliorer la qualité de vie de tous les patients atteints d’une maladie du foie en phase terminale.


Prital Patel
Mount Sinai Hospital
Superviseur : Dr Jim Woodgett

Titre du projet : Perspective d’une voie de croissance pour le cancer du foie: le rôle des gènes α et β GSK-3.

Les taux de cancer du foie sont en hausse au Canada. Environ 70 % des patients atteints d’un cancer du foie qui sont traités présentent une récidive du cancer dans les cinq ans. On a démontré que le développement et la récidive des cancers du foie sont associés à des cellules semblables aux cellules souches. L’équipe du Dr Woodgett a créé un modèle cliniquement pertinent et novateur pour comprendre ces cellules en utilisant une approche génétique qui efface certaines mutations génétiques présentes dans le tiers des cancers du foie. Ce modèle comporte des implications extraordinaires pour le développement de meilleurs traitements qui pourraient prévenir la récidive des cellules cancéreuses et leur dissémination.


Evette Yassa
Université McGill
Superviseur : Dr Peter Metrakos

Titre du projet : Gouttelettes de lipides et protéines associées dans les cellules tumorales du carcinome hépatocellulaire.

L’incidence du cancer du foie croît de façon constante tout comme l’incidence de l’hépatite virale et de l’obésité au Canada. Très peu d’études sur le cancer du foie concentrent sur le métabolisme des graisses qui pourrait jouer un rôle important dans le développement et l’évolution du cancer du foie ainsi que de plusieurs autres cancers. Le métabolisme du foie dans l’organisme est régulé par des cellules spécialisées appelées gouttelettes de lipides (GL). Mme Yassa étudiera les GL et d’autres protéines importantes entourant et régulant les GL pour établir quel rôle elles jouent dans le développement et l’évolution du cancer du foie. Les résultats de cette recherche pourraient mener à l’élaboration de nouveaux traitements pour le cancer du foie.


Bourses de stages d’été
Laura Bosco
Université de Toronto
Superviseure : Dre Johane Allard

Titre du projet : Régulation de l’expression du gène hépatique chez les patients atteints d’une stéatose hépatique comparativement à des témoins en santé.

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) est la maladie du foie la plus courante au Canada. La SHNA peut entraîner une cirrhose et le cancer du foie ainsi que d’autres problèmes de santé incluant le diabète et la maladie cardiaque. Les mécanismes qui régulent nos gènes pourraient jouer un rôle dans le développement de la stéatose hépatique. Il a été établi que les gènes qui entraînent un stockage plus grand de graisses sont activés chez les patients atteints d’une SHNA comparés à des gens en santé. Dans ce projet, les données recueillies chez les patients atteints de SHNA et les témoins en santé seront comparées et analysées afin d’identifier quels gènes sont susceptibles d’être impliqués dans le développement de la SHNA. L’objectif global est de déterminer si la régulation génétique est un mécanisme qui contribue à la stéatose hépatique. Ces gènes pourraient être des nouvelles cibles pour la prévention et le développement d’un traitement de la SHNA.


Valérie Brousseau
Université Laval
Superviseur : Dr Olivier Barbier

Titre du projet : Y a-t-il une place pour les acides gras n-3 polyinsaturés dans la pharmacopée anti-cholestatique des maladies hépatobiliaires : une investigation préclinique et pharmacologique.

Un débit biliaire insuffisant (cholestase) est une des manifestations les plus dévastatrices de la maladie du foie. Les maladies du foie qui incluent un débit biliaire insuffisant sont parmi les principales indications pour une greffe du foie parmi tous les groupes d’âge, mais aucun traitement curatif n’a été identifié. Par conséquent, des approches thérapeutiques novatrices sont nécessaires pour un traitement efficace des maladies comme la cirrhose biliaire primitive (CBP) et la l’angiocholite sclérosante primitive (ASP). On a récemment observé que les acides gras oméga-3 peuvent être utilisés pour détoxiquer le foie des acides biliaires qui s’y accumulent, tuant les cellules hépatiques et causant des lésions au foie. La recherche établira si les acides gras oméga-3 peuvent être utiles pour protéger les cellules hépatiques contre les lésions et s’ils peuvent avoir un potentiel pour le traitement de ces maladies du foie.


Emily Day
Université McMaster
Superviseur : Dr Gregory Steinberg

Titre du projet : Traiter la stéatose hépatique non alcoolique en activant la protéine kinase activée par l’AMP (PKAMP).

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) est un état très courant touchant près de 1 personne sur 4 et est étroitement liée à l’épidémie d’obésité. La SHNA peut mener à des problèmes de santé incluant le diabète et la maladie du cœur et les personnes atteintes peuvent nécessiter une greffe du foie si elles ne sont pas guéries. Le métabolisme des graisses dans le foie est régulé par une protéine spécifique. L’étudiante fera des tests pour voir si un médicament utilisé souvent pour le traitement de l’arthrite pourrait être efficace pour inverser la stéatose hépatique et tentera d’identifier comment cela se produit. Les résultats de cette recherche entraîneront de nouveaux traitements pour traiter cette maladie du foie très fréquente qui ne peut pas être guérie présentement.


Cynthia Désaulniers-Langevin
Université de Montréal
Superviseur : Dr Fernando Alvarez

Titre du projet : Virus de l’hépatite E : une infection chronique émergente chez les patients ayant subi une greffe du foie et prenant des immunosuppresseurs.

Tous les patients greffés doivent prendre des immunosuppresseurs pour prévenir le rejet de leur nouvel organe. Ces patients sont plus vulnérables aux infections. Certains virus présents dans notre environnement sont inoffensifs chez les personnes en santé, mais peuvent menacer la vie des patients immunodéprimés. Le virus de l’hépatite E (VHE), qui est fréquent dans les pays en voie de développement où les conditions sanitaires sont sous-optimales, est aussi présent dans le bétail du Canada. Nous avons récemment rapporté une incidence élevée d’infection au VHE chez des enfants qui avaient subi une greffe du foie. Certains patients ont développé une maladie du foie chronique et une cirrhose. L’objectif de ce projet est de développer de meilleurs outils de diagnostic pour déceler ce virus et pour comprendre l’impact du VHE chez les enfants. Ce projet pourrait mener à de nouvelles recommandations pour la prévention des infections chez les enfants qui subissent une greffe du foie.


Irene Kim
Université de l’Alberta
Superviseure : Dre Diana Mager

Titre du projet : Comment une ingestion élevée de fructose et l’indice glycémique influencent les marqueurs de l’expression de l’inflammation, du fonctionnement hépatique et de la lipoprotéine chez les enfants et les adolescents atteints d’une stéatose hépatique non alcoolique.

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) survient typiquement chez les enfants obèses ou qui font de l’embonpoint. On ne comprend pas bien pourquoi certains enfants développent de la graisse dans leur foie alors que d’autres ne le font pas. La recherche de la Dre Mager a démontré que l’accumulation de graisses dans le foie pourrait être associée aux aliments riches en sucres simples ajoutés comme la teneur élevée en fructose du sirop de maïs (FESM) que les enfants mangent souvent. L’étudiante analysera comment l’ingestion d’aliments riches en FESM et en gras saturés peut influencer le fonctionnement hépatique, l’inflammation du foie et les taux de lipides et de lipoprotéines chez les enfants atteints d’une SHNA. Cette information mènera au développement de meilleures stratégies thérapeutiques pour les enfants atteints de SHNA.

Subventions d’exploitation
Dr Fernando Alvarez
CHU Sainte-Justine Montréal (Québec)

Titre du projet : Épuisement des cellules B en tant que traitement de l’hépatite auto-immune.

L’hépatite auto-immune (HAI) est une maladie du foie causée par le propre système immunitaire de l’organisme qui attaque le foie, causant une inflammation et une cicatrisation. Non traitée, l’HAI est toujours mortelle. L’HAI peut se présenter sous une forme agressive d’hépatite aiguë ou comme une maladie chronique qui évolue vers la cirrhose. Récemment, le Dr Alvarez et son équipe ont découvert qu’en utilisant un anticorps (Rituximab) pour détruire temporairement un type de globules blancs appelé lymphocyte-B ou cellule-B, il pouvait obtenir une rémission complète de l’HAI chez certains patients. Comme on croit que l’HAI est causée par une attaque d’un type différent de globules blancs dans le système immunitaire (et non pas des cellules-B), le Dr Alvarez cherche à savoir comment et pourquoi on peut contrôler l’HAI en détruisant les cellules-B. Les résultats de la recherche pourraient mener à des nouveaux traitements de l’HAI tout en ayant moins d’effets secondaires que les traitements actuels.


Dr Klaus Gutfreund
Codemandeur : Dr Lorne Tyrrell
Université de l’Alberta, Edmonton (Alberta)

Titre du projet : Identification et ciblage des voies inhibitrices de signalisation des cellules T dans le modèle de l’hépatite B du canard pour explorer de nouvelles stratégies immunothérapeutiques pour l’hépatite B chronique.

L’hépatite B touche plus de 350 millions de personnes dans le monde et on estime à 300 000 le nombre de Canadiens atteints de cette maladie. L’hépatite B chronique peut mener à la cirrhose et au cancer du foie. Les traitements médicamenteux actuels peuvent efficacement supprimer le virus, mais la plupart des patients devront continuer à prendre ces médicaments pendant des années et souvent développeront une résistance avec le temps. Le Dr Gutfreund et ses collègues travaillent sur des vaccins thérapeutiques qui peuvent aider à stimuler la capacité du système immunitaire à combattre l’hépatite B chronique. Son équipe a identifié plusieurs molécules qui peuvent être ciblées pour améliorer les réactions immunitaires antivirales. Cette recherche pourrait un jour mener au développement de vaccins qui peuvent agir en conjonction avec les traitements médicaments actuels pour éliminer le virus de l’hépatite B.


Dr Mathieu Laplante
Université Laval
Québec (Québec)

Titre du projet : Détermination du rôle de Deptor dans le développement du cancer du foie.

Le cancer du foie est l’un des cancers les plus fréquents dans le monde. Comme le cancer du foie est résistant aussi bien à la chimiothérapie classique qu’à la radiation, les patients peuvent se retrouver sans options thérapeutiques efficaces et devant un très piètre pronostic. La recherche antérieure a identifié une protéine appelée mTOR qui contribue à la croissance du cancer. Récemment, le Dr Laplante a identifié une nouvelle protéine appelée Deptor qui peut combattre les effets du mTOR qui cause le cancer. Les taux de Deptor sont faibles dans les cellules cancéreuses du foie et des expériences préliminaires indiquent que la perte de Deptor favorise la formation de la tumeur. Le Dr Laplante et ses collègues étudient le Deptor pour mieux comprendre comment il pourrait être ciblé pour le développement d’un nouveau traitement du cancer du foie.


Dr Andrew Mason
Université de l’Alberta, Edmonton (Alberta)

Titre du projet : Modèles de souris de facteurs génétiques et environnementaux dans la cirrhose biliaire primaire.

La cirrhose biliaire primitive (CBP) est un type de maladie du foie auto-immune qui fait en sorte que le système immunitaire de l’organisme attaque le foie, entraînant une lésion lente et progressive des voies biliaires. Lorsque les voies biliaires sont endommagées, la bile et d’autres substances s’accumulent dans le foie causant des lésions progressives avec le temps et entraînant éventuellement une cirrhose. On ne sait pas exactement pourquoi une personne développe une CBP mais les chercheurs soupçonnent que des facteurs génétiques et environnementaux pourraient jouer un rôle. Le Dr Mason a récemment développé un modèle de laboratoire de la CBP à l’aide d’un virus semblable à celui présent chez les patients atteints de CBP qui cause des dommages semblables au foie. À l’aide de ce modèle, il a découvert que le développement des lésions hépatiques peut être bloqué par un traitement antiviral. La recherche du Dr Mason est prometteuse pour le développement de nouveaux traitements pour les patients atteints de CBP.


Dr Christopher Richardson
Codemandeur : Dr Eric Arts
Université Dalhousie, Halifax (Nouvelle-Écosse)

Titre du projet : Développement d’un nouveau système de clonage du virus de l’hépatite C dans la levure pour détecter les génomes infectieux et déterminer le rôle des anticorps neutralisants dans la clairance virale lors d’une infection aiguë.

Le virus de l’hépatite C est responsable des 170 millions d’infections dans le monde et est un cause importante de la cirrhose et du cancer du foie. Cependant, 30 % de ceux qui sont infectés par le virus de l’hépatite C ne développent jamais une maladie chronique parce que leur système immunitaire réussit à combattre le virus durant le stade aigu de l’infection. L’équipe de recherche du Dr Richardson croit que la capacité du corps à se libérer du virus est associée au développement rapide d’anticorps qui neutralisent la souche spécifique d’hépatite C qui infecte le patient. Pour tester cette théorie, l’équipe a mis au point un système de clonage à base de levure unique pour produire des copies des souches spécifiques de l’hépatite C basées sur des protéines dérivées de patients récemment infectés qui se débarrassent de l’infection ou encore qui développent une maladie chronique. Les résultats de cette recherche mèneront au développement de traitements plus efficaces de l’hépatite C chronique.


Dr Naglaa Shoukry
Centre de Recherche du CHUM (Hôpital St-Luc), Montréal (Québec)

Titre du projet : Comment le polymorphisme IL-28B influence-t-il le résultat de l’hépatite C aiguë?

La recherche sur l’hépatite C a fait beaucoup de chemin au cours des deux dernières décennies, mais nous ne comprenons toujours pas comment une petite fraction des gens exposés au virus de l’hépatite C peuvent s’en débarrasser alors que les autres en sont incapables. Des études récentes ont établi que la génétique d’une personne peut jouer un rôle. Il existe une corrélation entre les variations dans un gène connu comme IL-28B et la capacité de l’organisme à éliminer l’hépatite C. La Dre Shoukry croit que ce gène contrôle le type de réaction immunitaire qui se développe lorsque le corps est infecté par le virus de l’hépatite C. Les patients qui ont la « mauvaise » variante du gène semblent incapables d’éliminer l’infection et développeront une maladie chronique. Ses découvertes pourraient mener à une approche personnalisée du traitement de l’hépatite C au cours duquel les patients porteurs de la mauvaise variante du gène pourraient être identifiés tôt. On pourrait alors leur offrir des interventions robustes pour stimuler leur réaction immunitaire, augmentant ainsi leurs chances d’éliminer le virus.


Bourses de stages d’été
M. Andrew Collins
Université McMaster
Superviseur : Dr Gregory Steinberg

Titre du projet : Traitement de la stéatose hépatique non alcoolique par activation de la protéine Kinase activée par AMP.

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) est la forme la plus fréquente de la maladie du foie au Canada et l’incidence croissante est étroitement liée à l’épidémie d’obésité. La SHNA peut mener à des problèmes de santé comme le diabète et la maladie cardiaque ainsi qu’à des lésions hépatiques progressivement plus graves, dans certains cas requérant une greffe du foie. Le métabolisme du gras dans le foie est régulé par une enzyme qui est déclenchée par l’exercice et des médicaments comme la metformine et l’aspirine. M. Collins cherche à savoir si la metformine et l’aspirine pourraient être efficaces pour inverser la SHNA, ce qui pourrait alors mener à de nouvelles façons de traiter cet état.


Mme Emma Torbicki
The Hospital for Sick Children
Superviseure : Dre Nicola Jones

Titre du projet : Étude du rôle de l’autophagie dans les lésions d’ischémie-reperfusion.

Grâce à la recherche, le taux de survie à court terme est très élevé chez les enfants ayant subi une greffe du foie. Toutefois, les résultats à long terme pour les enfants qui ont besoin d’une greffe du foie doivent être améliorés. Lors d’une greffe, lorsque le foie est prélevé sur le donneur, le flux sanguin est coupé, ce qui entraîne un manque d’oxygène. Une fois que l’organe est placé dans le patient et que les vaisseaux sanguins sont reconnectés, l’organe reçoit à nouveau du sang. Il en résulte des lésions tissulaires dues à la formation de toxines et à l’invasion par les globules blancs. Des études récentes indiquent qu’une voie de recyclage cellulaire spécifique appelée autophagie peut aider à éliminer les toxines et à limiter l’inflammation due à la réponse immunitaire. Les résultats de cette étude constitueront la première étape pour déterminer si l’autophagie peut être efficace pour protéger un foie greffé.


Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur
Mme Elizabeth Kuczynski
Sunnybrook Health Sciences Centre
Superviseur : Dr Robert Kerbel

Titre du projet : Résistance réversible au sorafenib dans le carcinome hépatocellulaire (HCC): mécanismes et implications.

Le cancer du foie est la troisième cause la plus fréquente de décès reliés au cancer dans le monde et une des formes de cancer en hausse au Canada. Sorafenib est un médicament qui cible les vaisseaux sanguins qui alimentent les tumeurs en sang. Avec le temps, les patients prenant le sorafenib cessent de réagir et développent une résistance. Mme Kuczynski étudie comment la résistance pourrait être inversée grâce à un temps d’arrêt prolongé du médicament, ce qui permettrait aux cellules cancéreuses de se rétablir pour redevenir à nouveau sensibilisées au traitement médicamenteux. Cette recherche pourrait avoir des conséquences importantes pour la gestion clinique du cancer du foie et peut-être d’autres combinaisons médicamenteuses pour le cancer où la résistance pourrait être réversible.


M. Daniel Pang
Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Lorne Tyrrell

Titre du projet : Étude de l’infection par le virus de l’hépatite A (HAV), de la réplication et de l’autorisation dans un modèle de souris chimérique.

Le virus de l’hépatite A (VHA) et le virus de l’hépatite C (VHC) sont deux virus similaires qui causent une maladie du foie chez les humains. Bien qu’ils soient des virus semblables, le virus de l’hépatite A cause surtout une maladie à court terme alors que le virus de l’hépatite C cause habituellement une maladie chronique pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises. M. Pang travaille avec le Dr Tyrrell et son équipe sur un modèle de laboratoire récemment mis au point pour aider à tester la réaction immunitaire précoce à l’hépatite A. Leur travail contribue à mieux comprendre comment nous combattons l’hépatite A et l’hépatite C, ce qui peut aider au développement d’un vaccin préventif contre l’hépatite C, une des principales causes du cancer du foie.


Mme Mandana Rahbari
Université de l’Alberta
Superviseurs : Drs Andre Mason et Michael Houghton

Titre du projet : Empreinte virologique des réponses des cellules T chez les patients atteints de cirrhose biliaire primaire.

La cirrhose biliaire primaire (PBC) est connue comme une maladie du foie cholestatique, car elle bloque ou arrête le flux de la bile. Comme la cause de la CBP est toujours inconnue, Mme Rahbari et ses collègues étudient la relation entre une infection avec le bêta-rétrovirus humain et la CBP pour voir si l’infection avec ce virus joue un rôle dans le développement de la CBP. Cette connaissance pourrait être utilisée dans la mise au point de médicaments pour traiter la CBP.

Subventions d’exploitation
Dr Olivier Barbier
Université Laval

Titre du projet : Induction pharmacologique de la glucuronidation hépatique: un moyen efficace de détoxifier les acides biliaires dans les maladies hépatobiliaires.

La cholestase, ou l’altération du flux biliaire, est l’une des conséquences les plus dévastatrices de la maladie du foie. Les patients atteints de cholestase ou d’un débit biliaire insuffisant souffrent de symptômes graves comme l’ictère, des démangeaisons graves et la rétention liquidienne dans l’abdomen et les jambes. Il n’y a pas de traitements pour cette condition. Le seul remède est la transplantation hépatique. Ce projet examinera une façon de soulager les symptômes en éliminant les acides biliaires via l’urine. Les résultats de cette recherche peuvent conduire à la découverte de nouveaux traitements contre les maladies cholestatiques du foie.


Dr Jordan Feld
Réseau universitaire de santé
Cochercheurs : Drs Ian McGilvray et Conrad Liles

Titre du projet : Comprendre les effets antiviraux de l’interféron dans l’infection par le VHC.

L’hépatite C est un problème majeur de santé publique, touchant 200 millions de personnes à travers le monde, y compris de 1 à 3 % de Canadiens. L’hépatite C est une maladie du foie qui peut entraîner une insuffisance hépatique, un cancer du foie et la mort. Bien que le traitement contre l’hépatite C s’est considérablement amélioré, 50 % des personnes ne répondent toujours pas au traitement actuel à base d’interféron. L’interféron fonctionne en activant des centaines de gènes dans les cellules du foie infectées par le virus de l’hépatite C. Dans de nombreux cas, ces gènes peuvent effacer le virus. Pour comprendre pourquoi l’interféron ne réussit pas toujours à éliminer le virus, il faut d’abord comprendre ce qui se passe lorsqu’il réussit. Cette étude portera sur l’identification des gènes nécessaires pour éliminer l’infection par l’hépatite C. Les résultats de la recherche conduiront au développement de nouveaux médicaments ciblant spécifiquement les gènes antiviraux sans activer les gènes qui provoquent des effets secondaires d’interféron.


Dr Kartik Jhaveri
Réseau universitaire de santé
Cochercheurs : Drs Sean Cleary, Sandra Fisher, Masoom Haider et Steven Gallinger

Titre du projet : Prédication préopératoire de l’invasion microvasculaire dans le carcinome hépatocellulaire par imagerie par résonance magnétique dépendant du niveau d’oxygénation du sang.

Le cancer du foie est le cinquième cancer fatal le plus courant et affichant la hausse la plus rapide au Canada. Le traitement du cancer du foie est complexe, et la guérison dépend de traits cancéreux spécifiques, en particulier la propagation du cancer dans de petits vaisseaux sanguins du foie près de la tumeur. Cette propagation influe sur la survie des patients. Actuellement, on ne peut déterminer si ce phénomène est présent avant que le traitement ne soit entrepris. Le projet de recherche étudiera la capacité de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) à prévoir une telle propagation de la tumeur avant que le traitement ne soit entrepris afin que, dans le futur, le traitement le plus approprié puisse être offert pour un traitement maximal du patient.


Dr Samuel Lee
Université de Calgary

Titre du projet : Pathogenèse de la cardiomyopathie cirrhotique: chaîne lourde de myosine.

La cirrhose due à l’hépatite virale, au foie gras, aux maladies du foie auto-immunes et à l’alcoolisme est l’une des principales causes de décès et d’invalidité au Canada. Les patients atteints de cirrhose souffrent également d’anomalies du cœur. Lorsque les patients atteints de cirrhose sont soumis à des tests pour montrer comment le cœur se comporte sous le stress, la réponse cardiaque est émoussée, ce qui suggère la présence d’une fonction latente anormale de pompage cardiaque. C’est ce qu’on appelle la cardiomyopathie cirrhotique (CMC). Cependant, les mécanismes sous-jacents restent incertains. Étant donné que la fonction de pompage du cœur est altérée, on pense que certaines protéines sont anormales dans la CMC. Cette recherche vise à déterminer si ces protéines provoquent une fonction cardiaque anormale et, le cas échéant, comment elles le font. L’étude est significative, car la CMC contribue à des résultats médiocres pour les patients atteints de cirrhose nécessitant une transplantation hépatique ou une intervention chirurgicale.


Dre Andrea Richter
Centre de recherche, Hôpital Sainte-Justine
Cochercheur : Dr Grant Mitchell

Titre du projet : Développement de modèles de poissons-zèbres pour la cirrhose nord-amérindienne infantile (NAIC).

Chez les enfants des Premières nations du nord-ouest du Québec, une maladie du foie appelée « cirrhose nord-amérindienne infantile » (NAIC) est très répandue. Le seul traitement disponible est la transplantation hépatique. Dans plusieurs communautés, un enfant sur 10 porte la mutation du gène responsable de cette maladie. L’équipe de recherche a identifié une mutation dans une protéine appelée cirhin. L’objectif est de comprendre la fonction de cette protéine et la façon dont elle provoque la NAIC. Cette recherche pourrait conduire à des traitements qui élimineront le besoin de transplantation hépatique difficile à concilier avec les modes de vie traditionnels de cette population.


Dr Mark Swain
Université de Calgary

Titre du projet : Rôle régulateur des cellules suppressives dérivées de myéloïdes recrutées par le foie en réponse à l’activation des cellules NKT hépatiques.

Lorsque le foie est exposé aux virus de l’hépatite, y compris les hépatites B et C, il existe une réponse très rapide dans le foie qui est dirigé par une cellule appelée « cellule NKT ». L’activation des cellules NKT dans le foie donne lieu à un certain nombre d’événements immunologiques ultérieurs dans le foie qui sont essentiels pour éliminer ces virus du corps. Des événements similaires se produisent probablement dans la réponse du système immunitaire précoce au cancer du foie. Cependant, ces réponses très précoces sont difficiles à étudier chez les personnes, car les patients sont diagnostiqués avec une maladie longtemps après que ces événements immunitaires aient eu lieu. La recherche impliquera l’étude de ces réponses immunitaires très précoces dans un modèle animal afin de comprendre comment elles fonctionnent. Cela conduira à l’évolution du nouveau traitement pour l’hépatite virale.


Bourses de stages d’été
Meghan Chow, de l’Université de Calgary (superviseur : Dr Mark Swain), étudiera le potentiel des probiotiques dans le traitement des symptômes liés au foie, comme la fatigue.


Michael Doré Nguyen
, Cdu CHU Sainte-Justine à Montréal (superviseur : Dr Fernando Alvarez), étudiera les risques d’infections virales chez les enfants ayant subi une greffe du foie et prenant des immunosuppresseurs.


Christian Parent-Robitaille
, de l’Université de Montréal (superviseur : Dr Christopher Rose), étudiera si l’encéphalopathie hépatique (un symptôme d’une maladie du foie avancée causé par une accumulation de toxines dans le cerveau) entraîne des problèmes neurologiques postérieurs à la transplantation. Titulaire de la bourse d’études d’été Doug Cassidy.


Alana Rose Sherker
, de l’Université de Toronto (superviseur : Dr Jordan Feld), cherchera à savoir si une protéine particulière fabriquée par le système immunitaire pourrait aider à empêcher le virus de l’hépatite C de se reproduire.


Alissa Visram
, de l’Université de Toronto (superviseur : Dr Jordan Feld), étudiera pourquoi tous les patients atteints de cancer ne sont pas dépistés pour l’hépatite B avant de subir une chimiothérapie.

Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle
Yirui Gui
Université de Sherbrooke
Superviseur : Subburaj Ilangumaran

Titre du projet : Régulation de la signalisation du récepteur MET par SOCS1 dans le carcinome hépatocellulaire.

Le cancer du foie est la troisième cause de décès lié au cancer dans le monde entier. Le docteur Gui recherche un gène susceptible d’aider à supprimer la croissance tumorale et pourrait conduire à des thérapies basées sur les gènes pour le cancer du foie.


Sally Yu Shi
Université de Toronto
Superviseure : Dre Minna Woo

Titre du projet : Le rôle du JAK2 hépatique dans la pathogenèse du carcinome hépatocellulaire.

L’inflammation du foie peut conduire à une cicatrisation (cirrhose) qui peut à son tour progresser en cancer du foie. Mme Shi étudie les voies moléculaires du foie qui jouent un rôle dans l’inflammation pour déterminer comment elles influent sur le développement du cancer du foie.


J.N. Kinola Williams
Université de l’Alberta
Superviseur : Dre Deborah Burshtyn

Titre du projet : La régulation du virus de l’hépatite C (VHC) du complexe principal d’histocompatibilité complexe I (MHC I) et la reconnaissance cellulaire du tueur naturel (NK).

La plupart des patients atteints d’une infection aiguë contre l’hépatite C ne développent pas de symptômes, mais un grand pourcentage continueront à développer une hépatite C chronique. Le Dr Williams étudie comment les cellules tueuses naturelles (une partie de la réponse du système immunitaire aux attaques par des virus) répondent au virus de l’hépatite C et comment ils fonctionnent avec certaines molécules pour aider à l’éliminer.

Subventions d’exploitation
Marc Bilodeau, Université de Montréal
Codemandeurs : R. Lapointe et F. Vandenbroucke

L’incidence du cancer du foie étant à la hausse, il est essentiel de trouver des traitements efficaces pour les patients actuels et à venir. Malheureusement, il a été difficile d’étudier le cancer du foie en laboratoire parce qu’il n’existe pas de modèles de la maladie qui imitent efficacement les tumeurs observées chez les patients. Le Dr Bilodeau et son équipe utilisent des tissus provenant des tumeurs de patients atteints d’un cancer du foie afin de faire croître des copies de ces tumeurs à l’extérieur du corps. Après avoir confirmé qu’un modèle est suffisamment semblable à la tumeur réelle du patient, les médecins pourraient tester quelques traitements différents pour déterminer ce qui fonctionnerait le mieux pour le patient.


Diana Mager, Université de l’Alberta
Codemandeurs : J. Yap, S. Gilmour, R. Tang-Wai et TJ Snyder

Lorsque les bébés naissent avec des maladies du foie qui entravent le débit de la bile (ces maladies sont connues sous le nom de maladies du foie « cholostatiques »), leurs corps sont incapables de traiter les éléments nutritifs – protéines, graisses, minéraux et vitamines – des aliments qu’ils ingèrent. Privés du carburant dont leur corps a besoin pour croître, ces bébés développent une forme de malnutrition appelée « malnutrition protéino-énergétique » ou MPE. Cette malnutrition peut entraîner des retards graves chez ces bébés dans l’atteinte des étapes physiques et cognitives atteintes par les bébés en santé. La Dre Diana Mager et ses collègues cherchent des façons de contrer la MPE en augmentant les acides aminés que reçoivent les bébés atteints d’atrésie biliaire (une forme de maladie du foie cholostatique) avant une greffe du foie.


Bourses de stage de recherche pour étudiants de cycle supérieur
Ran Chen, Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Lorne Tyrrell

L’hépatite B et l’hépatite C sont les principales causes du cancer du foie à l’échelle mondiale. Une co-infection avec les deux maladies peut mener à une maladie du foie plus rapide et agressive. Mme Chen étudie la façon dont les virus des hépatites B et C réagissent à l’interféron ce qui pourrait aider dans le traitement de patients co-infectés.


Ivan Diamond, The Hospital for Sick Children, Université de Toro
Superviseur : Dr Paul Wales

La maladie du foie causée par la nutrition parentérale (nutrition administrée directement dans une veine) est connue sous le nom de « maladie du foie associée à la nutrition parentérale » (MFNP). La MFNP est fréquente chez les nourrissons présentant des troubles intestinaux nécessitant une nutrition parentérale durant une longue période de temps et cela peut éventuellement nécessiter une greffe du foie. On croit que les acides gras oméga-6 (dérivés des fèves de soja) utilisés dans la nutrition parentérale contribuent à la MFNP lorsqu’ils sont utilisés isolément. Le Dr Diamond cherche à savoir si les acides gras oméga-3 (dérivés de l’huile de poisson) pourraient être utiles pour prévenir et traiter la MFPN.


Charmaine Ferguson, Université de Toronto
Superviseure : Dre Rachel F. Tyndale

Le tabagisme et la consommation d’alcool sont reconnus comme étant des facteurs de risque pour le développement du cancer du foie, mais les raisons ne sont pas claires. Des études récentes suggèrent que l’alcool et la nicotine peuvent augmenter les taux de certaines protéines causant le cancer dans le foie. Mme Ferguson étudie les taux de ces protéines après plusieurs semaines d’exposition à la nicotine et à l’alcool pour en déterminer l’impact sur le foie.


Michael Ryczko, Mount Sinai Hospital, Université de Toronto
Superviseur : Dr Jim Dennis

Les carcinogènes, les virus et l’obésité sont des causes bien connues du cancer du foie. La croissance des cellules dépend des transporteurs des nutriments et des récepteurs du facteur de croissance à la surface des cellules. Comme la surface des cellules peut s’adapter aux conditions environnementales, M. Ryczko cherche à connaître l’interaction entre les facteurs environnementaux et génétiques dans l’apparition, l’évolution et la transmission du cancer du foie.


Prix Raj Bhargava – bourse d’études d’été
Simon Bow, Université de l’Alberta
Superviseur : Dr Jason Yap

L’hépatite virale peut causer la cirrhose et le cancer du foie chez les adultes et c’est pourquoi le dépistage régulier des groupes à risque élevé est recommandé. Présentement, il n’y a pas de lignes directrices pour le dépistage du cancer du foie chez les enfants atteints d’une hépatite virale chronique. Sous la direction du Dr Yap, M. Bow a examiné les dossiers médicaux d’enfants atteints d’une hépatite virale chronique pour déterminer si le dépistage par échographie pourrait fournir des informations importantes qui pourraient être utilisées pour les soins de ces patients.


Partenariats de recherche

Un Canadien sur quatre souffrirait d’une maladie du foie. Bien qu’il y ait eu d’énormes progrès dans la recherche sur le foie, il subsiste encore d’importantes lacunes dans les connaissances, ce qui rend d’autant plus nécessaire la collaboration entre les organisations qui comprennent l’importance de la recherche sur le foie.

La Fondation canadienne du foie est fière d’appuyer un solide réseau de chercheurs à l’échelle du pays qui font de la recherche sur le foie une priorité dans leurs laboratoires et cliniques, et de travailler de concert avec eux. Nous sommes vraiment reconnaissants de la passion et du dévouement dont ces chercheurs font preuve dans leur quête pour améliorer la vie des personnes atteintes d’une maladie du foie. Ensemble, nous pouvons réaliser la mission de la FCF et donner vie à la recherche sur le foie.

CASL logo

L’Association canadienne pour l’étude du foie (CASL) agit à titre d’association médicale pour les professionnels de la santé et les scientifiques intéressés par l’hépatologie. Ce groupe multidisciplinaire comprend des spécialistes du foie (hépatologues), des gastroentérologues, des spécialistes des sciences fondamentales, des chirurgiens hépatobiliaires et transplantologues, des pédiatres, des radiologues, des pathologistes, des stagiaires et d’autres professionnels de la santé qui s’intéressent aux maladies du foie.

Les membres de l’ACEF se font les gardiens de la santé du foie, non seulement en prenant soin de leurs patients, mais aussi en mettant à profit leur expertise pour améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement et les soins aux personnes atteintes d’une maladie du foie par la recherche, l’éducation et la formation. Voici quelques-uns des programmes essentiels offerts par l’ACEF et soutenus par la FCF :

  • Canadian Liver Meeting – a dynamic and comprehensive medical conference to share breakthrough liver research presented in partnership with the Canadian Network on Hepatitis C and the Canadian Association of Hepatology NursesConférence médicale dynamique et exhaustive axée sur la recherche de pointe sur les maladies du foie; présentée en partenariat avec le Réseau canadien sur l’hépatite C et l’Association canadienne des infirmières d’hépatologie.
  • CASL Single-Topic Conference – Rencontres scientifiques approfondies qui mettent l’accent sur plusieurs aspects d’une maladie particulière : facteurs cliniques, facteurs pathogènes, traitements, etc.
  • Lignes directrices de pratique clinique – Des experts canadiens en hépatologie fournissent aux professionnels de la santé canadiens l’information dont ils ont besoin pour offrir des soins cliniques optimaux aux patients atteints d’une maladie du foie.
  • Accréditation – L’ACEF est accréditée par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada pour fournir un perfectionnement professionnel continu, ainsi que pour accréditer et codévelopper des activités d’apprentissage en groupe et des programmes d’auto-évaluation avec d’autres organisations médicales et non médicales.
  • Programme de bourses en hépatologie – La prévention, la gestion et le traitement des maladies du foie sont complexes et une formation supplémentaire pour les jeunes médecins est essentielle pour qu’ils deviennent les éventuels leaders locaux, régionaux, nationaux et internationaux en hépatologie.

Lauréats du programme de bourses en hépatologie 2019 de l’ACEF

Filipe Cardoso
Université de l’Alberta, Edmonton

Le Dr Filipe Sousa Cardoso a obtenu son diplôme de médecine en 2008 à l’Université de Porto, au Portugal, et une spécialisation en gastroentérologie en 2015 à l’hôpital Fernando Fonseca de Lisbonne, au Portugal. En 2016, il a bénéficié d’une bourse de recherche en soins intensifs du foie au King’s College Hospital (Londres, Royaume-Uni). Il termine actuellement sa formation de surspécialité en soins intensifs à l’hôpital Curry Cabral (Lisbonne, Portugal) et intégrera par la suite l’Université de l’Alberta grâce à une bourse de recherche clinique. Le Dr Cardoso est également titulaire d’une maîtrise en recherche clinique de l’Université Nova (Lisbonne, Portugal) et d’une autre maîtrise en affaires réglementaires pour les médicaments, les produits biologiques et les dispositifs médicaux de l’Université Northeasterny (Boston, États-Unis), obtenues toutes les deux en 2013. Ses travaux de recherche clinique (environ 20 publications examinées par les pairs et indexées sur Pubmed) portent principalement sur les maladies du foie, notamment l’insuffisance hépatique aiguë, la cirrhose (complication aiguë d’insuffisance hépatique chronique) et la greffe du foie.

Ann Ma
Unité d’hépatologie, Clinique hospitalière de Barcelone, Espagne

La Dre Ann Ma a grandi à Montréal et a complété sa formation en médecine interne à l’Université de Montréal en 2017. Elle parle couramment le français et l’anglais. Elle termine actuellement sa formation en gastroentérologie chez les adultes à l’Université de Toronto. Elle a l’intention de poursuivre une carrière en hépatologie, et son intérêt de recherche actuel est l’hépatite virale. L’année prochaine, elle poursuivra sa formation à la Clinique hospitalière de Barcelone, en Espagne, et se penchera plus particulièrement sur les maladies hépatiques en phase terminale et les mécanismes de progression de la fibrose, sous la supervision du Dr Pere Ginès.

Lauréats du programme de bourses en hépatologie 2018 de l’ACEF

Amine Benmassoud
Royal Free Hospital, Londres, Royaume-Uni

Le Dr Benmassaoud est diplômé de l’école de médecine et il a suivi sa formation en médecine interne et en gastroentérologie à l’Université McGill. Il a décidé de poursuivre sa formation en hépatologie au Royal Free Hospital de Londres, au Royaume-Uni. Ses intérêts de recherche comprennent l’utilisation de marqueurs non invasifs de la fibrose pour déterminer les résultats chez les patients atteints d’hypertension portale. Au terme de son programme de bourse, il reviendra au Canada et participera activement aux soins des patients atteints d’une maladie du foie.

Victor Dong
Université de l’Alberta, Edmonton

Le Dr Dong a fait ses études de premier cycle, son école de médecine et sa résidence en médecine interne à l’Université de l’Alberta. Il termine actuellement sa formation en gastroentérologie et s’intéresse particulièrement à l’insuffisance hépatique aiguë et à la gestion des soins intensifs des maladies du foie.

Michael Ney
Kings College, Londres, Royaume-Uni

 Originaire de Calgary, Michael a fait ses études de médecine et sa résidence en médecine interne à Edmonton avant de retourner dans sa ville natale pour une bourse de gastroentérologie. Au terme de sa formation au Canada, c’est avec enthousiasme qu’il a entrepris des études spécialisées en hépatologie au King’s College de Londres, au Royaume-Uni.

Mohammed Omair Sarfaraz
Université de Toronto, Toronto Liver Centre, Toronto

 Le Dr Sarfaraz est diplômé du Sindh Medical College de Karachi, au Pakistan. Il a effectué sa résidence en médecine interne à l’Université McMaster où il termine actuellement une formation en biochimie médicale. Son principal intérêt de recherche est dans le développement de biomarqueurs cliniques pour évaluer la gravité de la fibrose hépatique. Il a hâte de commencer des études spécialisées en hépatologie à l’Université de Toronto, où il poursuivra des recherches cliniques et translationnelles sur la fibrose hépatique.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’ACEF et la façon de devenir membre (en anglais seulement).

La Cirrhosis Care Clinic (CCC) de l’hôpital de l’Université de l’Alberta offre des soins aux personnes atteintes de cirrhose du foie en Alberta, dans certaines parties de la Colombie-Britannique, en Saskatchewan et dans les Territoires. L’équipe multidisciplinaire d’hépatologues, d’infirmières praticiennes en hépatologie et d’une diététiste clinique du CCC a pour objectif d’améliorer les soins médicaux, la recherche et le soutien aux personnes et aux familles aux prises avec une cirrhose du foie.

The Canadian National Transplant Research Program (CNTRP) Logo

Le foie est le deuxième organe le plus greffé au Canada. Étant donné l’augmentation des maladies du foie comme la stéatose hépatique et le cancer du foie, et compte tenu du vieillissement de la population qui pourrait être atteinte d’une maladie du foie chronique évolutive, le besoin de transplantation est en hausse au Canada.

La Fondation canadienne du foie (FCF) applaudit les Canadiennes et Canadiens ainsi que leurs familles qui ont choisi de faire un don de vie grâce au don d’organe. Cependant, il y a encore trop peu de donneurs d’organes pour répondre aux besoins de centaines de Canadiennes et Canadiens sur la liste d’attente d’une greffe. Malheureusement, ce manque de donneurs d’organes signifie que plusieurs Canadiens et Canadiennes mourront en attendant la greffe du foie dont ils ont urgemment besoin.

L’objectif de ce programme est d’améliorer le taux de survie et la qualité de vie des Canadiens qui subissent une greffe grâce à une recherche de pointe axée sur la collaboration entre plusieurs disciplines. Dirigé par la Dre Lori West de l’Université de l’Alberta, le PNRTC réunit plus de 200 scientifiques, étudiants, collaborateurs, partenaires patients et utilisateurs de connaissances dans 30 institutions partout au Canada pour mener des recherches et développer des ressources qui permettront d’améliorer l’accès aux greffes, le taux de survie et la qualité de vie des patients greffés.

Les objectifs de cette recherche sur les cellules souches et la greffe d’organes pleins (incluant la greffe du foie) sont les suivants :
1.    Augmenter le nombre de greffes
2.    Prolonger la vie des patients greffés
3.    Améliorer la qualité de vie des patients greffés
4.    Développer et améliorer la formation des spécialistes de la greffe et des chercheurs
5.    Développer et coordonner un réseau de transplantation axé sur la collaboration
6.    Améliorer les systèmes de gestion des données de transplantation

Le PNRTC est soutenu par les IRSC à hauteur de 11,25 millions de dollars, auxquels s’ajoute un financement de 2,6 millions de dollars provenant des six partenaires des IRSC, dont la FCF, pour un total de 13,85 millions de dollars. Par ailleurs, le PNRTC a recueilli 9,5 millions de dollars additionnels auprès du milieu universitaire, d’entreprises et d’organisations provinciales d’approvisionnement en organes, ce qui porte à 23 millions de dollars la somme totale au profit de ce programme de recherche en transplantation.

Cet effort concentré pour améliorer la greffe au moyen de la recherche est un investissement incroyable dans les vies des Canadiennes et Canadiens qui vivent avec des maladies qui ont évolué à un point tel que seule la greffe représente un espoir de survie. Pour la FCF, c’est un honneur de s’associer à ce programme de recherche et de le soutenir, au nom de tous les Canadiens ont ou qui risquent d’avoir une maladie du foie susceptible d’évoluer vers la greffe.

Pour plus d’informations sur ce programme, visitez le site Web du PNRTC.

Si vous souhaitez faire un don à l’appui de la recherche de la greffe du foie, veuillez cliquer ici ou communiquer avec Karen Seto par courriel ou par téléphone, au 1 (800) 563-5483 (poste 4939).

The CaNAL Logo

Établi en mars 2017, à travers un partenariat entre l’Université de l’Alberta, l’Université de Calgary et l’University Health Network (affilié à l’Université de Toronto), le Canadian Network for Autoimmune Liver Disease (CaNAL) représente une étape importante dans la recherche sur la maladie du foie auto-immune au Canada.

Dans le but de susciter un impact de recherche significatif dans l’intérêt des patients et pour garantir une compréhension optimale de la maladie, des données provenant de nombreux patients doivent être recueillies. Puisque les maladies du foie auto-immunes sont rares, une collaboration à l’échelle nationale à travers les centres au Canada est primordiale.

CaNAL permettra à plusieurs centres et patients de participer à des études de recherche, et aidera les chercheurs à partager et à réunir les données recueillies de manière efficace pour atteindre les objectifs suivants :

1. développer un registre canadien de patients atteints de cholangite biliaire primitive (CBP) et d’hépatite auto-immune (HAI);
2. identifier les critères cliniques d’évaluation de la maladie du foie en phase terminale;
3. investiguer les variantes cliniques de la CBP;
4. déterminer les différences en matière de sexe, race ou ethnicité et la concentration de la CBP et de l’HAI chez les populations autochtones;
5. analyser les marqueurs biochimiques et les autres facteurs symptomatiques d’une récurrence précoce de CBP et d’HAI suite à une transplantation hépatique.

Subventionné par des partenaires et des soutiens dont la Fondation canadienne du foie, CaNAL représente non seulement le premier registre national de patients atteints d’une maladie du foie auto-immune, mais apporte également une plateforme puissante pour de la recherche indispensable.

The CanHepC Logo

Le Réseau canadien sur l’hépatite C (CanHepC) est un réseau collaboratif qui se consacre à la recherche et qui relie plus de 100 chercheurs, étudiants, utilisateurs des connaissances (membres de la communauté, organismes communautaires et décideurs politiques) œuvrant dans le domaine de l’hépatite C (VHC) de partout au Canada ainsi que des partenaires internationaux.

L’objectif est de mener des recherches novatrices et interdisciplinaires, de renforcer les capacités de recherche et de fournir des données probantes desquelles découleront des pratiques et des politiques permettant d’améliorer la prévention et la santé des Canadiens et ainsi contribuer à l’effort mondial visant à réduire le fardeau du VHC dans le monde. CanHepC met l’accent sur les thèmes suivants:

PRÉVENTION – Améliorer les stratégies et les interventions visant à réduire l’incidence du VHC et, ultimement, la prévalence dans la population canadienne.

TRAITEMENT – Améliorer les stratégies d’accès au traitement, l’adhésion ainsi que les résultats à court et à long terme.

RÉSULTATS – Générer des données probantes sur les résultats de santé des personnes vivant avec l’hépatite C pour guider la prise de décision.

Une des priorités de CanHepC est la formation de la prochaine génération de personnel hautement qualifié. CanHepC recrute et fournit un soutien financier ainsi que de la formation à des étudiants de deuxième cycle universitaire (MSc, PhD), des étudiants poursuivant des études postdoctorales ainsi que des médecins qui ont fait preuve d’excellence dans leur cheminement. Le programme de formation de CanHepC fait appel aux connaissances et à l’expérience de mentors de partout au Canada qui sont issus de disciplines diverses et qui ont joué un rôle majeur dans les récents progrès en recherche sur l’hépatite C, ainsi qu’à leur capacité à former d’excellents chercheurs.

Pour plus d’informations sur ce programme, ses mentors et ses participants, visitez le site Web de CanHepC.

Le Canadian Nuclear Isotope Council (CNIC) est un organisme indépendant composé de représentants de divers niveaux du secteur canadien de la santé, de l’industrie nucléaire et d’organismes de recherche, qui se sont réunis spécifiquement pour défendre le rôle du Canada dans la production mondiale d’isotopes.

Le CNIC joue un rôle de porte-parole pour assurer la disponibilité continue des isotopes, veiller à ce que les politiques publiques soient fondées sur les risques et basées sur des données scientifiques, et appuyer les niveaux les plus élevés de santé et de sécurité publiques. Les isotopes sont essentiels dans le secteur des soins de santé, où ils sont utilisés non seulement pour diagnostiquer et traiter les maladies (y compris le cancer du foie), mais aussi pour stériliser les fournitures médicales.

Pour en savoir plus sur les isotopes, visionnez la vidéo suivante disponible ici.

HCV2020

L’International Symposium on Hepatitis C Virus and Related Viruses est une conférence internationale qui a eu lieu régulièrement depuis 1994. Il est devenu le principal forum pour les chercheurs en sciences fondamentales qui travaillent sur le virus de l’hépatite C (VHC) et les virus connexes. La recherche sur le développement de vaccins, la pathogenèse du VHC et le cancer du foie à la suite d’un traitement par DAA (antiviraux à action directe), de nouvelles méthodes de diagnostic et de séquençage pour suivre l’évolution et la transmission du VHC dans les populations à risque ne sont que quelques-unes des principales questions de recherche qui demeurent.

La réunion HCV2020 se concentrera sur l’objectif principal de l’élimination du VHC en réunissant des chercheurs fondamentaux et cliniques pour discuter des défis restants dans le domaine du VHC et des nouvelles approches pour y faire face. Le symposium réunira des conférenciers d’honneur provenant de chercheurs chevronnés exceptionnels et d’étoiles montantes en virologie, en immunologie et en maladies du foie.

HepBeware

« Hep Beware » (Prenez garde à l’hépatite B) est une initiative de dépistage gratuit de l’hépatite B qui fournit des tests sanguins de dépistage de l’hépatite B aux personnes vivant dans les communautés asiatiques et sud-asiatiques de Vancouver en croissance rapide.

Le fardeau de l’hépatite B pèse lourdement sur les personnes d’origine asiatique et sud-asiatique, car les trois quarts des porteurs de cette maladie y sont nés. Bien qu’on estime à 350 000 le nombre de Canadiens atteints de l’hépatite B, on ne sait pas combien de Canadiens d’origine asiatique vivent avec cette maladie sans le savoir et depuis combien de temps.

Dirigé par le Dr Francis Ho, président du conseil d’administration de la FCF de Colombie-Britannique, et le Dr Peter Kwan, spécialiste en gastro-entérologie et hépatologue au Vancouver General Hospital, HepBeware est le premier organisme en son genre au Canada. Le projet nécessite la collaboration de médecins, d’infirmières et de bénévoles pour aider à fournir un diagnostic immédiat à ceux qui ne savent pas qu’ils ont été atteints d’hépatite B chronique.

SIDCN

Le SIDCN offre des services cliniques directs dans le traitement de l’hépatite C et en médecine interne générale au centre de Saskatoon, ainsi que dans les collectivités rurales et les réserves. Le SIDCN éduque et soutient également les professionnels de la santé afin qu’ils acquièrent une plus grande expertise dans la gestion de l’hépatite C pour aider les patients à obtenir de meilleurs résultats cliniques et à améliorer leur qualité de vie. Le SIDCN a travaillé ou travaille actuellement avec plus de 20 communautés, offrant des soins aux patients et de la formation professionnelle en soins de santé.

Pour plus d’information sur le SIDCN, cliquez ici.

UCalgary Unité sur le foie de Calgary

L’Unité sur le foie de Calgary est composée de 10 hépatologues qui desservent environ 2 millions de personnes dans le sud de l’Alberta. Leur travail englobe les soins aux patients, l’éducation, mais ils possèdent également une expertise de pointe dans les domaines de la médecine de base, de l’épidémiologie, des résultats pour la santé et de la recherche clinique. L’unité sur le foie de Calgary supervise le plus grand nombre d’essais cliniques de la Cumming School of Medicine. De nouvelles approches sont mises au point et étudiées au sein de l’Unité sur le foie de Calgary pour les aider à comprendre les maladies du foie. Ces essais sont axés sur la découverte de nouveaux remèdes pour de nombreuses maladies hépatiques, y compris les maladies hépatiques auto-immunes (cirrhose biliaire primitive, cholangite sclérosante primitive), l’hépatite B, le cancer du foie, les maladies hépatiques dues à l’alcool et les stéatoses hépatiques non alcooliques (NAFLD). Depuis récemment, des membres de l’Unité sur le foie de Calgary dirigent un réseau national de collaboration sur l’hépatite C et l’hépatite B auquel participent des milliers de patients et d’importants centres hépatiques partout au Canada.