Action sur la COVID-19

Action sur la COVID-19

La Fondation canadienne du foie veut assurer notre communauté que nous surveillons de près l’évolution de la situation avec le COVID-19 à l’échelle mondiale. Dans le cadre de notre engagement à une communication ouverte et transparente, nous souhaitons vous informer des actions que nous menons pour protéger nos communautés et des recommandations spécifiques aux personnes vivant avec une maladie du foie.

Prevention and management

Plan d'action

Advisory Notices

Des avis d'information

Resource

Ressources

Plan d’action

* Révisé le 9 février 2021 *

La santé et la sécurité de chaque membre de notre communauté est notre priorité absolue. À ce titre, nous communiquons régulièrement avec nos bureaux régionaux pour nous assurer que chacun suit les protocoles qui favorisent sa santé et son bien-être. Plus précisément, nous avons pris les mesures suivantes:

  • Nos bureaux nationaux et régionaux sont fermés, mais notre personnel travaille à distance (si possible) pour assurer la continuité du service. Notre objectif le plus précis est de maintenir notre ligne d’assistance nationale et d’autres services de soutien aux patients pour répondre aux questions des membres de notre communauté. Nous continuons à informer notre communauté via les médias sociaux.
  • Nous avons annulé tous les événements en personne jusqu’à nouvel ordre. Veuillez consulter l’avis ci-dessous concernant les événements en personne.
  • Nous encourageons tout le monde à nous suivre sur les médias sociaux pour rester connecté et en savoir plus sur nos prochains événements / programmes en ligne.

Les personnes vivant avec une maladie du foie pourraient s’interroger sur les recommandations COVID-19 spécifiques à leur situation. Il y a un certain nombre de points importants à souligner qui intéresseront ces membres de notre communauté:

  • La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est causée par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et s’est rapidement transformée en pandémie mondiale.
  • Le COVID-19 élève les enzymes du foie, même chez les personnes qui n’ont pas de diagnostic de maladie du foie. Dans les cas légère, les lésions au foie sont temporaires et ne nécessitent généralement pas de traitement, mais les cas graves peuvent entraîner des lésions au foie à long terme ou permanentes.
  • Actuellement, il existe peu d’informations sur le fait que les personnes atteintes d’une maladie du foie chronique, y compris la cirrhose, l’hépatite B, l’hépatite C et les maladies du foie chroniques non alcooliques courent un risque accru de contracter le COVID-19 ou d’avoir un COVID-19 sévère. Cependant, sur la base des informations actuellement disponibles et de l’expertise clinique, les personnes âgées et les personnes de tout âge qui ont des conditions médicales sous-jacentes graves, y compris les personnes atteintes d’une maladie du foie avancée (cirrhose hépatique décompensée), peuvent présenter un risque plus élevé de maladie grave due au COVID-19, en particulier si les conditions médicales sous-jacentes ne sont pas bien contrôlées.
  • Les patients en surpoids ou obèses avec une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) présentent souvent des facteurs de risque métaboliques supplémentaires qui peuvent aggraver la gravité du COVID-19 s’ils sont infectés.
  • La maladie auto-immune du foie n’est pas un facteur de risque connu de contracter le COVID-19 ou d’avoir une infection au COVID-19 plus grave.
  • Les personnes atteintes d’un cancer du foie peuvent présenter un risque plus élevé de maladie grave à COVID-19 et / ou de développer davantage de problèmes en raison de leur maladie du foie existante. Le COVID-19 ne doit pas empêcher les patients de recevoir un traitement anticancéreux. Les options de traitement peuvent varier en fonction de leur disponibilité dans le centre et de votre stade de cancer. Toutes ces options seront soigneusement évaluées par vos fournisseurs de soins de santé.
  • Les enfants atteints d’une maladie du foie ou post-transplantation, qui prennent plus d’un médicament immunosuppresseur (après transplantation ou pour une hépatite auto-immune), ou d’autres conditions médicales peuvent être plus à risque de COVID-19 sévère s’ils sont infectés.
  • La consommation excessive d’alcool est toxique pour le foie et peut limiter la capacité de la moelle osseuse à produire les cellules nécessaires à un système immunitaire sain. Les fournisseurs de soins de santé encouragent leurs patients à s’abstenir de toute consommation excessive d’alcool pendant la pandémie, d’autant plus que les patients atteints d’une maladie du foie liée à l’alcool courent un risque particulièrement élevé de développer une maladie grave due à une infection au COVID-19.
  • Des rapports récents suggèrent que les receveurs d’une transplantation du foie pourraient ne pas avoir un risque plus élevé de développer une maladie grave due à une infection au COVID-19. Cependant, la plupart de ces patients peuvent nécessiter une hospitalisation en cas d’infection. Des complications sévères n’ont été observées que chez les patients plus âgés (> 60 ans) et d’autres données sur le COVID-19 chez les receveurs de transplantation seront disponibles.
  • La décision de procéder au don et à la transplantation d’organes doit établir un équilibre entre le risque que le virus représente pour les receveurs potentiels et le risque de retarder la transplantation. Il ne fait aucun doute que cela suscitera des inquiétudes pour ceux qui attendent une greffe et pour les receveurs de greffe. Ceux qui attendent une transplantation du foie doivent savoir que le risque de contracter le COVID-19 par don d’organes est très faible, car tous les donneurs, vivants et décédés, sont soumis à un dépistage du virus. Comme la situation est unique dans chaque province, les programmes provinciaux de transplantation travaillent avec les patients pour fournir des informations et des mises à jour. La plupart des programmes au Canada continuent d’effectuer des transplantations du foie avec des tests appropriés sur les donneurs et les receveurs. Pour obtenir les dernières informations de la Société canadienne de transplantation (CST), veuillez visiter  www.cst-transplant.ca/COVID-19_Information.html 

La sécurité du retour au travail ou d’autres activités en personne dépend de la gravité de votre maladie du foie, de votre degré d’immunodépression, de la présence d’autres problèmes médicaux, de la transmission actuelle du COVID-19 dans votre communauté et des mesures de prévention de la transmission sont pratiqués (distanciation physique, port de couvre-visage, lavage des mains ou utilisation d’un désinfectant pour les mains). Nous recommandons fortement de suivre les lignes directrices de santé publique de Santé Canada: www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/maladie-coronavirus-covid-19.html

La pandémie de COVID-19 a augmenté le stress et l’anxiété de nombreuses personnes – autour de la santé, de la famille, sécurité économique et autres problèmes. Ce sont des enjeux réels et importants pour tous, et nous sommes unis pour délivrer un message unique à chaque membre de notre communauté: vous n’êtes pas seuls! La recherche d’un soutien en matière de santé mentale et le maintien de saines habitudes, comme faire de l’exercice régulièrement, prendre l’air frais, manger des aliments sains et dormir régulièrement, restent très importants pendant la pandémie.

  • Notre ligne d’assistance nationale continuera d’être disponible tout au long de la pandémie. Contactez-nous par courriel à info@liver.ca ou par téléphone au 1-800-563-5483 (lundi-vendredi 9h00 -17h00 HNE).
  • Nous encourageons tout le monde à nous suivre sur les réseaux sociaux pour rester connecté. Nous nous engageons à communiquer fréquemment tout au long de la pandémie, en nous concentrant sur les moyens de rester en bonne santé dans notre situation actuelle, des nouvelles de tout notre réseau national et des encouragements pour les personnes touchées.

Des avis d’information

Politique concernant les événements en personne en 2021

La pandémie de COVID-19 continue d’évoluer jour après jour au Canada, et même si nous espérons un retour aux rassemblements publics et aux événements en personne sécuritaires après la distribution du vaccin, les directives du gouvernement nous portent à croire que ces types d’événements ne seront pas autorisés avant la fin de 2021 au plus tôt, et probablement pas avant 2022.


Après avoir consulté et obtenu les recommandations de notre conseil d’administration et poursuivi nos consultations avec nos pairs des secteurs des organismes sans but lucratif et des soins de santé, et compte tenu de la situation actuelle, la Fondation canadienne du foie n’autorisera pas les événements, programmes ou services en personne en 2021. Cette ligne directrice restera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2021. Cette politique qui est en vigueur pour 2021 sera régulièrement évaluée par le conseil d’administration national.


Bien que les lignes directrices en matière de santé publique varient selon les régions, les provinces et les territoires au Canada, les autorités fédérales de santé publique continuent de déconseiller les rassemblements en personne et, dans la plupart des endroits, ceux-ci ne sont tout simplement pas autorisés par la loi. De plus, nous avons relevé de nombreux exemples d’événements en personne dans la presse locale et nationale au cours des dix derniers mois qui ont entraîné des éclosions à grande échelle malgré les efforts déployés pour appliquer les directives de sécurité. Nous avons également observé que les dirigeants, les responsables politiques et les organisations qui ne respectaient pas ces lignes directrices, qui ne doivent pas être prises à la légère, avaient suscité des réactions négatives et détérioré la perception du grand public à leur égard.


Le conseil d’administration et l’équipe de direction sont d’avis que tout risque, aussi petit soit-il, ne vaut pas la peine d’être pris, quelles que soient les circonstances. Dans l’intérêt de notre communauté, de nos partisans et de notre organisation, nous devons concentrer nos efforts sur l’adaptation et le recours à différentes façons d’impliquer notre communauté par le biais d’événements et de collectes de fonds virtuels en attendant que le gouvernement nous indique clairement que les événements en personne sont autorisés et que tous les règlements relatifs aux restrictions liées à la COVID-19 soient levés.


Cette décision n’a pas été prise du jour au lendemain et est le résultat de nombreuses discussions et réflexions au sein du conseil d’administration et de l’équipe de direction. Toutefois, il s’agit de la meilleure chose à faire à l’heure actuelle, et compte tenu de la manière dont notre organisation a réussi à évoluer et à s’adapter en 2020, je suis convaincue que nous allons non seulement relever ce défi, mais aussi dépasser les attentes et continuer à remplir notre mission, qui est de soutenir notre communauté et de donner vie à la recherche.


Nous vous remercions de votre compréhension. N’hésitez pas à nous faire part de vos questions, commentaires ou préoccupations à clf@liver.ca.

Jennifer Nebesky

Jennifer Nebesky
Présidente et directrice général

Ressources

Informations sur le vaccin de la COVID-19 pour les personnes atteintes d’une maladie du foie

Conseils d’experts pour les patients atteints de maladies hépatiques* 

Les personnes atteintes d’une maladie du foie sont fortement recommandées de se faire vacciner contre la COVID-19. Cela inclut les personnes atteintes d’hépatite B, d’hépatite C, de stéatose hépatique, de CBP, de CSP, d’HAI, de cirrhose et d’autres maladies chroniques du foie, ainsi que les personnes en attente d’une transplantation hépatique et celles qui ont déjà reçu une greffe de foie.

 Les vaccins semblent sûrs et efficaces. 

Que savons-nous sur ces nouveaux vaccins?

  • Les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) utilisent une nouvelle technologie qui permet une conception et une production plus rapides des vaccins – ces vaccins n’utilisent pas de virus vivant et n’affectent pas l’ADN
  • D’autres vaccins (par exemple, le vaccin d’Oxford) utilisent des approches vaccinales plus standard
  • Deux doses de vaccin sont nécessaires pour obtenir une protection maximale avec ces vaccins

Que savons-nous sur les effets secondaires?

  • De légers effets secondaires sont fréquents après chaque dose, comme pour les autres vaccins, et comprennent une douleur ou de l’inconfort au moment de l’injection, de la fatigue, des maux de tête et une légère fièvre – le plus souvent pendant 1 à 3 jours
  • Les effets secondaires graves ont été très rares dans les études qui ont porté sur plus de 30 000 personnes et aucun nouveau problème n’a été constaté depuis que les vaccins ont été déployés dans le monde entier (des millions de doses ont été administrées)

Est-il possible que le vaccin ait des effets secondaires à long terme?

  • Les effets secondaires du vaccin surviennent généralement à un stade précoce, le plus souvent dans les jours ou les semaines qui suivent la vaccination, et presque toujours dans les deux premiers mois après la vaccination
  • Le risque d’effets secondaires rares à long terme est extrêmement faible
  • Des réactions allergiques graves ont rarement été signalées – si vous avez eu une réaction grave à d’autres vaccins (anaphylaxie) ou si vous devez toujours avoir des médicaments contre les allergies à portée de main, consultez un professionnel de la santé avant de recevoir le vaccin

Qu’en est-il de ma maladie du foie?

  • Avoir une maladie du foie n’augmente pas le risque de subir un effet secondaire
  • Les médicaments que vous prenez pour votre maladie du foie, y compris toute immunosuppression, ne doivent pas être une raison pour refuser un vaccin, mais peuvent avoir un petit effet sur la façon dont le vaccin vous protège

Pourquoi recommandons-nous le vaccin?

  • Les personnes atteintes d’une maladie du foie, en particulier d’une cirrhose et éventuellement d’une stéatose hépatique, courent un risque plus élevé de tomber très malade si elles sont infectées par la COVID-19, d’où l’importance de se faire vacciner et de se protéger
  • Les vaccins protègent à plus de 90 % contre les symptômes de la COVID-19
  • Les vaccins ont été étudiés chez des personnes souffrant de maladies du foie sans qu’aucun problème de sécurité n’ait été identifié
  • Le vaccin contre la COVID-19 est sans danger pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli
  • L’avantage de se protéger, et de protéger les autres, contre la propagation de la COVID-19 l’emporte de loin sur tout risque potentiel

Faut-il encore prendre des précautions après la vaccination?

  • Oui
  • Le vaccin est beaucoup moins efficace après une seule dose qu’après deux doses
  • Même si les vaccins réduisent le risque de la COVID-19 grave, ils ne sont pas parfaits; même après la vaccination, les masques et l’éloignement physique sont toujours recommandés
  • Il est toujours important de suivre les derniers conseils et orientations en matière de santé publique

Ces recommandations ont été élaborées par l’équipe soignante et les partenaires patients du Centre des maladies du foie de Toronto. Nous comprenons que vous puissiez encore avoir des questions après avoir lu ce document et si c’est le cas, veuillez contacter votre médecin ou votre infirmière praticienne.

* Mis à jour le 11 janvier 2021

Informations utilisées avec l’autorisation du Toronto Centre for Liver Disease de l’University Health Network (Centre des maladies du foie de Toronto a l’hôpital UHN).

Webinaire disponible seulement en anglais, cliquez ici pour accéder.

Certaines informations disponibles sur cette page proviennent des sources suivantes:
https://hepatology.ca/partners/covid-19-resources/
https://www.aasld.org/
https://easl.eu/covid-19-and-the-liver/