Votre foie

A close up shot of a women and a man smiling and laughing beside one another

On n’arrête jamais pour y penser, mais le foie est essentiel à la vie.

Si votre foie cesse de fonctionner, la même chose vous attend.

Le foie est un organe résilient auquel on ne porte aucune attention jusqu’à ce que quelque chose n’aille pas. Compte tenu de ses vastes responsabilités, le foie peut être attaqué par des virus, des substances toxiques, des contaminants et la maladie. Même lorsqu’il est assiégé, le foie attend longtemps avant de se plaindre. Souvent, les gens atteints de problèmes hépatiques l’ignoreront complètement, car ils ont peu de symptômes, voire aucun. Le foie est tellement robuste qu’il continuera à fonctionner même si les deux tiers de l’organe ont été endommagés.

À la Fondation canadienne du foie, nous voulons donner vie à la recherche sur le foie en partageant ce que nous apprenons d’importantes études eten aidant ainsi les Canadiens à prévenir les maladies hépatiques et à protéger leur foie et celui de leurs proches.

about liver
À propos du foie  
liver facts and myths
Faits et mythes  
liver risk and prevention
Risque et prévention  
liver tests
Tests  
liver doctors
Trouver un médecin  


À propos du foie

liver location Utilisé avec la permission de Mayo Clinic. Tous droits réservés.

Le foie, qui pèse un peu plus d’un kilogramme, est une usine de produits chimiques complexe qui fonctionne 24 heures sur 24. Il traite pratiquement tout ce que vous mangez, buvez, respirez ou appliquez sur votre peau; en fait, le foie remplit plus de 500 fonctions vitales. Chaque jour, votre foie aide votre corps, notamment en lui fournissant de l’énergie, en luttant contre les infections et les toxines, en contribuant à la coagulation du sang et en régulant les hormones. Pour vous donner une idée des rôles essentiels de votre foie, voici une liste partielle de ses fonctions:

Votre foie:

  • Nettoie le sang: il métabolise l’alcool et d’autres drogues et produits chimiques, neutralise et détruit les substances toxiques.
  • Régule l’apport de carburant au corps: il produit, emmagasine et fournit l’énergie rapide (glucose) pour garder votre esprit alerte et votre corps actif. Il produit, emmagasine et exporte les graisses.
  • Fabrique nombre de protéines essentielles qui assurent: le transport de substances dans le sang, la coagulation du sang et la résistance aux infections.
  • Régule les hormones: y compris les hormones sexuelles et thyroïdiennes, la cortisone et d’autres hormones surrénales.
  • Régule le taux de cholestérol de votre corps: il produit le cholestérol, l’excrète et le transforme en d’autres substances essentielles.
  • Régule votre niveau de vitamines essentielles et minéraux: y compris le fer et le cuivre.
  • Produit la bile: qui élimine les substances toxiques du corps et facilite la digestion.

Votre foie est…
votre source d’énergie…

Il aide à digérer la nourriture et la transforme en énergie. En convertissant les protéines, les glucides, les graisses et les vitamines en énergie, le foie veille à ce que votre corps ait ce dont il a besoin pour continuer.

Votre foie est…
votre
moteur.

Il régit un grand nombre de systèmes corporels essentiels et s’il tombe en panne, il en sera de même pour votre corps.

Votre foie est…
votre pharmacien.

Il doit traiter l’ensemble des médicaments, vitamines ou remèdes à base de plantes médicinales que vous prenez avant que ceux-ci puissent agir. Le mélange ou une surdose de médicaments peut endommager cet organe vital.

Faits et mythes

Que savez-vous de votre foie et de ses fonctions de base? Déterminez si chacun des énoncés qui suivent est un mytheou un fait, et cliquez pour voir la bonne réponse.

C’est un mythe.

Les maladies du foie peuvent être présentes dès la naissance ou être causées par un virus, la consommation d’aliments et boissons ou l’exposition à des toxines. Parfois, son origine reste inconnue. Il y a plus de 100 différents types de maladies du foie, et l’alcool n’est qu’une cause parmi d’autres. Au Canada, la stéatohépatite (fois gras non alcoolique) est la maladie du foie la plus courante, touchant plus de sept millions de Canadiens.

C’est un fait.

Les spécialistes du foie pédiatrique au Canada voient des milliers d’enfants – des nouveau-nés aux adolescents – qui souffrent de diverses formes de maladie du foie. Les principales causes de maladie du foie chez les enfants sont la génétique (p. ex. la maladie de Wilson, la déficience en alpha 1-antitrypsine et la tyrosinémie), les virus (p. ex. l’hépatite A, B et C) et l’obstruction de l’écoulement de la bile (p. ex. l’atrésie biliaire et le syndrome d’Alagille).

C’est un mythe.

Vous pouvez avoir une maladie du foie et ne pas le savoir, car les symptômes peuvent être vagues et facilement confondus avec d’autres problèmes de santé. Dans certains cas, une personne peut ne présenter aucun symptôme, mais le foie risque d’avoir déjà subi d’importants dommages.

Si vous ressentez des symptômes, ceux-ci peuvent prendre différentes formes : fatigue, nausées, urine foncée ou jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse).

C’est un mythe.

La jaunisse peut être un signe précurseur d’une maladie du foie. Beaucoup de bébés ont un « ictère néonatal » qui dure de trois à cinq jours après la naissance, car leur foie n’est pas encore complètement développé. Toutefois, une jaunisse qui persiste au-delà de 14 jours après la naissance, la présence d’urines foncées ou de selles pâles, une hypertrophie de l’abdomen et des vomissements sont tous des signes que votre bébé doit être vu par son médecin.

C’est un fait.

La cirrhose est une cicatrisation du foie qui peut se produire lorsqu’une maladie hépatique, quelle qu’elle soit, atteint un stade avancé; elle n’est pas liée uniquement à une maladie hépatique alcoolique. Si une cirrhose se développe, c’est qu’il y a un trouble ou une maladie hépatique préexistante. En voici quelques exemples :

  • Infections virales causées par une hépatite virale chronique (types B et C)
  • Maladie métabolique telle que la déficience en alpha 1-antitrypsine, la galactosémie et les problèmes de stockage du glycogène
  • Maladies héréditaires telles que la maladie de Wilson et l’hémochromatose
  • Cirrhose biliaire résultant de maladies telles que la cholangite biliaire primitive (CBP) et la cholangite sclérosante primitive (CSP)
  • Hépatite toxique causée par des réactions graves à des médicaments prescrits ou une exposition prolongée à des toxines environnementales
  • Affections cardiaques telles que l’insuffisance cardiaque congestive
  • Alcoolisme chronique

C’est un fait..

Le cancer du foie est actuellement l’un des cancers qui affichent la hausse la plus rapide au Canada. De nombreux facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer du foie, comme les hépatites B et C chroniques, la consommation d’alcool et l’obésité.

C’est un mythe.

Lorsque le foie commence à se dégrader, les toxines peuvent s’accumuler dans le cerveau et causerune affection appelée encéphalopathie hépatique (EH), qui ressemble à la démence. Il s’agit de la détérioration de la fonction cérébrale observée chez les personnes atteintes d’insuffisance hépatique aiguë ou d’une maladie chronique du foie.

Parmi les symptômes d’EH, mentionnons les problèmes de sommeil la nuit, la difficulté à penser clairement ou à se concentrer, l’anxiété et le brouillard mental.

C’est un mythe.

Bien que des produits et programmes destinés à nettoyer le système digestif soient mis en marché avec la promesse d’un renouveau et d’une meilleure santé, il n’est pas nécessaire de purifier le foie, car il fait ce travail lui-même. À titre d’analogie, le savon n’a pas besoin d’être nettoyé non plus!

C’est un fait.

Une transplantation de foie est une opération visant à préserver la vie par le remplacement d’un foie malade qui fonctionne mal par une partie ou la totalité d’un foie sain provenant d’un donneur. Bien que l’organe malade soit remplacé par un foie sain, il arrive souvent que la maladie se manifeste de nouveau et provoque des dommages semblables aux précédents. Par exemple, une transplantation de foie requise en raison de l’hépatite C n’élimine pas la maladie. Dans de nombreux cas, le virus attaquera de nouveau le foie en moins d’un an. On sait également que les maladies auto-immunes (CBP, CSP et hépatite auto-immune) reviennent après d’une transplantation hépatique.

C’est un mythe.

Les tests hépatiques de base ne font pas partie des examens annuels demandés par votre médecin de famille. Ces tests ne sont généralement réalisés que si le médecin soupçonne la présence d’un problème. Il arrive que les signes et symptômes se manifestent seulement lorsque la maladie du foie a déjà progressé à un stade grave; il est donc important que tout le monde en apprenne davantage sur les facteurs de risque et les symptômes de la maladie du foie, puis utilise cette information pour engager des discussions sur le foie lors de sa visite chez son médecin.

 

Risque et prévention

Chaque jour, vous prenez des décisions qui influent sur la santé de votre foie. Les choix que vous faites à propos des achats de produits ménagers, la consommation alimentaire et l’activité quotidienne peuvent avoir des effets positifs ou négatifs sur votre foie.

Pour préserver la santé de votre foie, il est important de comprendre les rôles essentiels que le foie joue dans le maintien de l’état de santé général et la façon dont les activités qui paraissent banales peuvent aider cet organe vital ou lui nuire. En en apprenant plus sur votre foie et sur la façon de le garder en bonne santé, vous réduisez dans bien des cas non seulement votre risque de contracter une maladie hépatique, mais également votre risque de souffrir d’autres problèmes de santé, comme le diabète et lesmaladies cardiaques.

Cliquez sur les icônes ci-dessous pour connaître les différents risques et ce que vous pouvez faire pour protéger votre foie.

liver medication
Médicaments et traitements parallèles  
liver and tylenol
Analgésiques en vente libre  
liver and alcohol
Consommation d'alcool  
liver and beauty
Ornementation corporelle  
liver and travel
Voyages  
liver and sex
Sexe  
liver and chemicals
Produits chimiques à la maison  
liver diet
Aliments et boissons  

 Médicaments pharmaceutiques ou à base de plantes, et traitements parallèles

Beaucoup de produits chimiques que l’on inhale ou consomme intentionnellement ou accidentellement peuvent avoir des effets toxiques sur le foie. Parmi ces produits chimiques figurent des médicaments (à la fois prescrits et en vente libre), des solvants industriels et des polluants. En tant que centre de traitement où passent la plupart des médicaments, remèdes à base de plantes, vitamines et suppléments diététiques, le foie est vulnérable aux effets toxiques de l’automédication.

Voici quelques conseils pour aider à préserver la santé de votre foie et faire en sorte que les médicaments et les remèdes dont vous avez besoin ont les effets souhaités :

  • Pour éviter les complications potentiellement mortelles, vous devriez parler avec votre médecin de tous les médicaments ou suppléments – pharmaceutiques et à base de plantes – que vous prenez ou envisagez de prendre.
  • Si votre médecin prescrit un médicament à long terme, demandez que des tests hépatiques soient réalisés avant que vous commenciez à prendre le médicament et après les premières semaines de la prise du médicament pour déterminer si votre foie le tolère. Passez périodiquement des tests hépatiques tout au long de votre traitement.
  • Prenez votre médicament selon les instructions de votre médecin et la posologie figurant sur l’étiquette du médicament. Ne prenez jamais plus que la dose recommandée et assurez-vous de tenir compte d’autres médicaments que vous pourriez prendre en même temps et qui pourraient avoir des ingrédients similaires.
  • Ne mélangez jamais médicaments et alcool. L’alcool augmente le risque de dommages au foie. L’acétaminophène peut être particulièrement toxique lorsqu’il est combiné avec de l’alcool.
  • Soyez prudent lorsque vous mélangez le TylenolMD avec d’autres produits contenant de l’acétaminophène. En prenant plus d’un analgésique ou remède contre le rhume à la fois, vous pouvez accidentellement prendre de l’acétaminophène en quantité nocive. Consultez votre médecin au sujet de l’acétaminophène si vous souffrez d’une maladie du foie.
  • Évitez certains suppléments à base de plantes (voir liste ci-dessous) ainsi que certaines vitamines à fortes doses, car elles peuvent causer des dommages au foie. Par exemple, des doses élevées de vitamines E, K – et en particulier les vitamines A et D – peuvent être nocives.

Suppléments à base de plantes pouvant nuire au foie :

Artemisia Crotalaire Kava / Kava Kava
Atractylis gummifera  Feuille de chaparral LIV.52
Buplévre Gardénia Ma-huang
Callilepsis laureola Germandrée Racine de pivoine rouge
Chélidoine Graine de plantago Racine de valériane
Chrysanthème Gui Senecio
Consoude Héliotrope Scutellaire
Jin bu huang
  • Évitez le pamplemousse, le jus de pamplemousse ou les suppléments avec des bioflavonoïdes de pamplemousse si vous prenez des médicaments. Les produits chimiques dans le pamplemousse (à la fois l’écorce et la pâte) peuvent interférer avec les enzymes hépatiques qui décomposent les médicaments. Plusieurs médicaments – y compris certains antidépresseurs, médicaments pour la tension artérielle, médicaments anticholestérol et tranquillisants – ont montré des interactions potentiellement graves avec les produits de pamplemousse. Pour plus d’informations, consultez votre médecin ou votre pharmacien, ou visitez le site Internet de Santé Canada.
  • Si vous souffrez d’une maladie hépatique chronique ou d’une autre affection hépatique, consultez votre médecin avant de prendre toute forme de médicaments sur ordonnance ou en vente libre ou un remède à base de plantes. La maladie du foie compromet la capacité du foie à exercer ses fonctions de traitement normales, de sorte qu’il est possible que vous ne puissiez pas prendre de médicaments pour traiter d’autres problèmes de santé.
  • Évitez l’utilisation de toute forme de drogues récréatives ou de la rue, car vous risquez de contracter l’hépatite B ou C et de causer des dommages graves à votre foie. Même une seule « expérience » pourrait conduire à une maladie du foie potentiellement mortelle. Si vous consommez de la drogue, assurez-vous d’utiliser du matériel stérile (seringues, réchauds, filtres, eau, garrots, pipes et pailles) et de ne jamais le partager.

 Analgésiques en vente libre

L’acétaminophène est l’ingrédient actif de TylenolMD, l’un des analgésiques en vente libre les plus vendus. Il est utilisé pour soulager les maux de tête, les douleurs musculaires et articulaires ainsi que la douleur pendant les règles et pour réduire la fièvre. Ce que bien des gens ne savent pas, c’est qu’outre le TylenolMD, il existe plus que 200 autres produits contenant de l’acétaminophène, y compris de nombreux produits contre la toux et le rhume et certains relaxants musculaires.

Tous les médicaments, même en vente libre, ont des effets secondaires qui peuvent être nocifs. Étant donné que de nombreux médicaments, y compris l’acétaminophène, doivent être traités par le foie, les personnes atteintes d’une maladie hépatique doivent être particulièrement prudentes quant à la sorte et à la quantité de médicaments qu’elles prennent.

Les surdoses accidentelles d’acétaminophène sont à l’origine de nombreuses admissions à l’hôpital. Elles peuvent entraîner la mort chez les enfants comme chez les adultes. Il est donc important que vous preniez toutes les mesures possibles pour réduire ce risque. Voici quelques conseils importants :

  • Prenez votre médicament selon les instructions de votre médecin et la posologie figurant sur l’étiquette du médicament.
  • Ne mélangez jamais médicaments et alcool. La combinaison de l’acétaminophène et de l’alcool, par exemple, peut entraîner une insuffisance hépatique.
  • Soyez prudent lorsque vous mélangez le TylenolMD avec d’autres produits contenant de l’acétaminophène. En prenant plus d’un analgésique ou remède contre le rhume à la fois, vous pourriez accidentellement prendre de l’acétaminophène en quantité nocive.
  • Si vous prenez d’autres médicaments, consultez votre médecin ou votre pharmacien sur les éventuelles interactions médicamenteuses.
  • Consultez votre médecin sur la prise d’acétaminophène si vous souffrez d’une maladie du foie.
  • Ne prenez du TylenolMD ou tout autre analgésique que lorsque cela est vraiment nécessaire.

Avant de prendre la décision de prendre un médicament, il est très important de parler à votre médecin des risques et avantages connexes.

 Consommation d’alcool

Lorsque vous prenez un verre de vin, de la bière ou d’autres boissons alcoolisées, votre foie traite cet alcool et désintoxique votre sang. La dégradation de l’alcool n’est qu’une des 500 fonctions vitales assurées par le foie et celui-ci ne peut gérer qu’une certaine quantité d’alcool à la fois. Lorsqu’il y a une surconsommation d’alcool (grande quantité d’alcool en un temps très court ou plusieurs verres quotidiennement), le foie travaille plus que la normale. Cet abus peut entraîner la destruction des cellules du foie, une accumulation de dépôts de graisse dans le foie (foie gras) ou, conséquences plus graves, une inflammation du foie (hépatite alcoolique), des cicatrices permanentes (cirrhose) et même un cancer du foie.

Voici quelques conseils pour vous aider à décider si vous prendrez ce premier verre ou commanderez la prochaine tournée:

  • Ne mélangez jamais médicaments et alcool. La combinaison de l’acétaminophène et de l’alcool, par exemple, peut entraîner une insuffisance hépatique.
  • Si vous êtes une femme, ne cédez pas à la pression exercée pas vos pairs en buvant plus que vous ne le feriez autrement. Les femmes absorbent plus l’alcool que les hommes et sont donc plus susceptibles d’avoir une maladie du foie liée à l’alcool, même si elles en consomment moins.
  • Ne choisissez pas vos boissons en pensant qu’une forme d’alcool est moins nuisible qu’une autre. Ce qui compte, c’est la quantité d’alcool, pas le type. Un « verre » équivaut à 12 oz (341 ml) de bière, 5 oz (142 ml) de vin, 3 oz (86 ml) de sherry ou port, 1,5 oz (43 ml) de spiritueux. Chaque verre a le même effet sur le foie, qu’il soit pris seul ou dilué.
  • Si vous avez une hépatite ou toute autre forme de maladie du foie, évitez complètement l’alcool. L’alcool peut aggraver les dommages causés au foie.
  • Ne jouez pas aux « jeux de boissons » qui encouragent une ingestion excessive d’alcool dans un court laps de temps.
  • Limitez votre consommation d’alcool à une ou deux verres, et évitez d’en boire tous les jours. En ce qui concerne votre foie, la quantité la plus sûre d’alcool, c’est pas d’alcool.

 Ornementation corporelle

L’art corporel, les perçages, ainsi que les ongles des doigts et des orteils peints sont tous des formes d’expression personnelle. On y a recours pour marquer une occasion spéciale, pour symboliser quelque chose que l’on a à cœur ou simplement pour se faire plaisir sur le coup du moment. Quelle que soit la motivation derrière eux, ces rituels d’ornementation corporelle comportent tous un degré de risque s’ils ne sont pas exécutés comme il se doit. Les outils mal stérilisés, les aiguilles réutilisées ou les encres contaminées pourraient vous exposer à l’hépatite B ou C – deux virus transmissibles par le sang pouvant causer une maladie du foie grave et potentiellement mortelle.

Pour vous assurer que les ornements corporels sont les seules choses avec lesquelles vous ressortez, voici quelques mesures simples à prendre:

Demandez:

  • si l’entreprise utilise un autoclave pour stériliser le matériel entre chaque client (seul un autoclave tuera le virus qui cause l’hépatite);
  • si cet appareil est régulièrement testé et entretenu.

Assurez-vous que le personnel:

  • porte des gants chirurgicaux chaque fois qu’il y a une possibilité de contact avec du sang ou des liquides/tissus corporels;
  • utilise l’autoclave pour la stérilisation des outils et de l’équipement entre chaque client;
  • élimine tous les objets tranchants contaminés dans un récipient approprié à l’épreuve de la perforation.

Voici quelques points additionnels sur lesquels il faut se renseigner avant et pendant une visite dans un spa, une boutique de tatouage ou tout autre endroit qui offre des services d’ornementation corporelle.

Avant :

  • Renseignez-vous sur le niveau de connaissance du personnel à propos des risques liés à la transmission de l’hépatite et du VIH;
  • ET de tous les points énumérés précédemment.

Pendant :

  • Assurez-vous que l’endroit est propre et clairement aménagé aux fins prévues.
  • Assurez-vous que le personnel :
    • porte des vêtements propres;
    • se lave les mains avec du savon et de l’eau chaude avant et après chaque procédure (ou utilise un nettoyant à mains sans eau);
    • porte un tablier ou d’autres vêtements de protection chaque fois qu’il y a un risque de contact entre le sang et les vêtements;
    • travaille sur des surfaces en matériaux lisses et non poreux;
    • nettoie toutes les surfaces avec une solution d’eau de Javel et d’eau;
    • ET tous les points énumérés précédemment.

 Voyages

Protéger son foie en voyage, ça peut être aussi simple que de prendre quelques mesures préventives avant de quitter son domicile et quelques précautions simples pendant le voyage.

Les conseils suivants vous aideront à ne pas ramener à la maison des «souvenirs indésirables» de votre voyage:

Avant votre voyage
(3 mois avant le départ)

  • Renseignez-vous sur les risques potentiels pour la santé et la nécessité de vous immuniser contre les hépatites A et B et d’autres maladies, comme le paludisme et la fièvre jaune. De nombreux vaccins prennent un certain temps avant d’être efficaces.

(2 mois avant le départ)

  • Vérifiez si vos médicaments sur ordonnance sont à jour et s’ils sont légaux dans le pays que vous visitez.
  • Passez un examen médical et informez votre médecin des pays que vous comptez visiter, de la durée du séjour dans chaque pays, du temps de l’année (saison) dans chaque pays, du type d’hébergement (grand hôtel, tente rustique, etc.) et du type de voyage (en autocar, randonnée, etc.).

Pendant votre voyage

  • Prenez des précautions pour assurer l’innocuité de l’eau (utilisez de l’eau embouteillée, purifiée ou bouillie pour boire, faire des glaçons, vous brosser les dents, laver les aliments, etc.).
  • Adoptez les bonnes techniques de lavage des mains et gardez du désinfectant pour les mains à proximité.


Liste de contrôle de vaccination :

• Maladie : hépatite A
Transmission : par l’alimentation et l’eau dans les régions de mauvaise hygiène.
Notes sur le vaccin et la maladie : Injections au jour 0 et au mois 6 ou au mois 12 pour une immunité à vie.

• Maladie : hépatite B
Transmission : par le sang et les contacts sexuels avec des personnes infectées.
Notes sur le vaccin et la maladie : Injections au jour 0, au jour 30 et au mois 6 pour une immunité à vie.

• Maladie : hépatite C
Transmission : par contact direct avec le sang des personnes infectées.
Notes sur le vaccin et la maladie : Aucun vaccin disponible; il est donc essentiel d’intégrer des précautions dans le mode de vie (p. ex., se protéger durant les rapports sexuels, éviter les pratiques de tatouage ou de perçage risquées et d’autres contacts directs avec le sang, etc.).

• Maladie : paludisme
Transmission : par moustique.
Notes sur le vaccin et la maladie : Médicament pris oralement 1-2 jours ou semaines (selon le médicament) avant d’entrer dans une région à risque élevé de paludisme, chaque jour ou semaine une fois dans la région, et 7 jours à 4 semaines après avoir quitté la région.

• Maladie : fièvre jaune
Transmission : par moustique.
Notes sur le vaccin et la maladie : Injection unique, mais elle doit être donnée au moins 10 jours avant le début du voyage (immunité pour 10 ans). La maladie peut entraîner une insuffisance hépatique qui est associée à une jaunisse, d’où le nom de « fièvre jaune ».

Demandez à votre médecin :

  • Comment réduire vos risques de contracter une maladie;
  • De confirmer si des immunisations sont nécessaires pour vous protéger contre les maladies que vous pourriez contracter, pour se conformer aux mesures sanitaires courantes, ou pour respecter les exigences d’entrée de certains pays;
  • De renouveler toutes les ordonnances que vous avez ou dont vous pourriez avoir besoin pendant votre voyage, et de vous fournir une lettre à propos de ces médicaments si vous devez les avoir avec vous pendant votre voyage;
  • De vous administrer les vaccins recommandés (peuvent être obtenus également auprès de votre clinique de voyage).

Autres conseils – avant le voyage :

  • Au moins un mois avant le début du voyage, assurez-vous que votre couverture d’assurance maladie est adéquate et en vigueur. Comprenez comment vous pouvez y avoir accès à l’étranger.
  • Suivez les conseils de santé aux voyageurs.
  • Apportez une trousse de premiers soins. Conservez les médicaments dans vos bagages à main, y compris la lettre du médecin concernant les médicaments sur ordonnance.
  • Ayez avec vous une liste des cliniques de la région que vous visitez.
  • Apportez des articles de protection contre les maladies transmises sexuellement (s’il y a des chances que vous ayez des rapports sexuels en voyage), car ils ne sont pas aussi facilement disponibles à l’étranger, et la qualité peut varier d’un pays à l’autre.
  • Apportez un purificateur d’eau (SteriPen, etc.) pour stériliser l’eau.
  • Apportez un insectifuge (les produits les plus efficaces contiennent du DEET).
  • Apportez des lingettes à main ou un désinfectant à base d’alcool (sans eau) pour les endroits où il n’y a ni savon ni eau propre.

Autres conseils – pendant le voyage :

  • À votre arrivée à destination, obtenez le numéro d’urgence local et l’adresse de l’hôpital le plus près.
  • Si vous avez des rapports sexuels, protégez-vous.
  • Assurez-vous que les produits laitiers sont pasteurisés, que les fruits et légumes sont bien cuits, bien lavés ou pelés, et que les viandes et poissons sont bien cuits et consommés juste après la préparation. Évitez les aliments des vendeurs ambulants.

Après votre retour à la maison :

  • Surveillez votre santé pendant au moins 10 jours.
  • Si vous devenez malade, consultez un fournisseur de soins de santé et informez-le : a) de vos symptômes b) de l’endroit où vous avez voyagé, et c) de tout contact étroit que vous auriez pu avoir avec des personnes gravement malades.

 Sexe

Avant toute activité sexuelle, il est important que vous connaissiez les risques et la façon de vous protéger, vous et votre partenaire. L’hépatite est une maladie du foie qui peut être transmise sexuellement. Les formes les plus courantes sont les hépatites A, B et C.

Afin de réduire le risque de contracter l’hépatite pendant une activité sexuelle, il est important de prendre les précautions suivantes:

  • Faites-vous vacciner contre l’hépatite A et B (il n’y a pas encore de vaccin contre l’hépatite C).
  • Adoptez des pratiques à moindre risque en utilisant un préservatif pendant le sexe vaginal, oral ou anal.
  • Nettoyez-vous les mains soigneusement après le sexe et avant de cuisiner, de manger, de boire ou de fumer.
  • Si vous pensez que vous-même ou votre partenaire avez été exposé à l’hépatite A, B ou C, contactez votre fournisseur de soins de santé sans délai.

L’hépatite A

Comment peut-elle être transmise sexuellement? 
L’hépatite A n’est généralement pas transmise par voie sexuelle. Cependant, tout contact oral ou fécal, y compris pendant une activité sexuelle, augmente le risque de contracter l’hépatite A. Les facteurs de risque incluent :
• le sexe anal;
• tout contact anal ou fécal avec la bouche (p. ex., porter ses doigts à la bouche après avoir touché l’anus de son partenaire ou manipulé un préservatif ayant servi pendant le sexe anal).

Comment puis-je nous protéger, moi et mon partenaire?
• Faites-vous vacciner. Il existe un vaccin contre l’hépatite A, qui est administré en deux injections à intervalle de 6 à 12 mois.
• Lavez-vous les mains soigneusement après les selles, après le sexe, et avant de faire la cuisine, de manger, de boire ou de fumer.
• Lavez-vous les parties génitales et anales avant d’avoir des rapports sexuels.
• Utilisez un préservatif pendant le sexe vaginal, anal ou oral.
• Si vous pensez que vous ou votre partenaire avez été exposé à l’hépatite A, contactez votre fournisseur de soins de santé sans délai.

L’hépatite B

Comment peut-elle être transmise sexuellement?
L’hépatite B est beaucoup plus infectieuse que le sida et comporte un risque élevé de transmission sexuelle. L’exposition au sang, au sperme, aux sécrétions vaginales ou à d’autres liquides organiques pendant le sexe peut vous mettre en danger de contracter l’hépatite B. Les facteurs de risque incluent :
• le sexe vaginal, oral ou anal non protégé;
• le partage de jouets sexuels.

Certaines activités non sexuelles peuvent comporter un risque d’exposition, notamment :
• le tatouage, le perçage corporel, les manucures ou pédicures avec du matériel ou des encres non stériles;
• le partage d’aiguilles ou autre matériel associé à l’utilisation de drogues.

Comment puis-je nous protéger, moi et mon partenaire?
• Faites-vous vacciner. Il existe des vaccins contre l’hépatite B, qui sont administrés en trois doses sur une période de six mois.
• Ayez des rapports sexuels protégés.
• Stérilisez les jouets sexuels avant et après leur utilisation.
• Évitez de partager des articles d’hygiène personnelle pouvant porter des traces de sang, comme les brosses à dents, coupe-ongles, rasoirs et limes à ongles.
• Si vous pensez que vous ou votre partenaire avez été exposé à l’hépatite B, contactez votre fournisseur de soins de santé sans délai.

L’hépatite C

Comment peut-elle être transmise sexuellement?
Le risque de contracter l’hépatite C par le sexe est très faible. Toute activité qui peut conduire à une exposition au sang comporte cependant des risques. Les facteurs de risque incluent :
• le sexe brutal où le sang est présent;
• le sexe vaginal avec une femme pendant les menstruations.

Certaines activités non sexuelles peuvent comporter un risque d’exposition, notamment :
• le tatouage, le perçage corporel, les manucures ou pédicures avec du matériel ou des encres non stériles;
• le partage d’aiguilles ou autre matériel associé à l’utilisation de drogues.

Comment puis-je nous protéger, moi et mon partenaire?
Il n’y a pas de vaccin contre l’hépatite C. La meilleure approche consiste donc à adopter des pratiques sexuelles plus sûres et à prendre des précautions pour éviter tout contact accidentel avec le sang.
• Utilisez des préservatifs pendant le sexe vaginal, oral ou anal.
• Évitez de partager des articles d’hygiène personnelle pouvant porter des traces de sang, comme les brosses à dents, coupe-ongles, rasoirs et limes à ongles.
• Si vous pensez que vous ou votre partenaire avez été exposé à l’hépatite C, contactez votre fournisseur de soins de santé sans délai.

 Produits chimiques à la maison

Le foie métabolise non seulement ce qui entre dans le corps, mais également ce qui se retrouve sur le corps. Cela inclut les agents nettoyants chimiques qu’on inhale ou ingère ou avec lesquels il y a un simple contact physique.

À la maison, adoptez de saines habitudes pour le foie en suivant ces quelques conseils:

  • Lors de travaux de nettoyage ou de peinture, assurez-vous que la pièce est bien ventilée ou portez un masque. Puisque le foie doit détoxifier tout ce que vous respirez, il peut être endommagé par une exposition aux produits chimiques aéroportés.
  • Prenez des précautions pour éviter toute exposition lors de l’utilisation de produits chimiques de lutte contre les mauvaises herbes ou de traitements contre les insectes.
  • Informez-vous sur les produits biologiques destinés à l’entretien du gazon et des jardins ainsi qu’au nettoyage des surfaces intérieures.
  • Profitez de toutes les occasions pour sortir et faire de l’exercice. L’exercice contribue à renforcer votre corps – et particulièrement votre foie – et à le rendre plus en mesure de se défendre contre les polluants.

Des options de nettoyage plus saines pour vous et votre maison :
Lorsqu’on cherche des moyens efficaces d’éliminer les taches, de combattre les odeurs ou de désinfecter les surfaces, il est parfois payant d’utiliser les méthodes de la « vieille école ». Voici quelques produits nettoyants éprouvés dont on se servait longtemps avant l’arrivée des lingettes antibactériennes.

• Savon pur
Pendant des générations, les gens ont lavé leurs vêtements, leur maison et leur corps avec du savon pur. De nos jours, c’est l’ingrédient essentiel de nombreuses recettes de nettoyage de rechange. Le savon se biodégrade complètement de manière sûre et il n’est pas toxique. Assurez-vous d’utiliser du savon sans parfums synthétiques, couleurs ou autres additifs.

• Vinaigre (5% d’acide acétique)
Le vinaigre est un désinfectant doux qui dissout la graisse, nettoie le verre, désodorise et élimine les dépôts de calcium, les taches et l’accumulation de cire.

• Fécule de maïs
Poudre inodore, la fécule de maïs est idéale pour le nettoyage des tapis et des taches grasses.

• Soude du commerce (carbonate de sodium)
La soude du commerce est un ingrédient clé pour le lavage des vêtements. Elle dissout la graisse, élimine les taches, désinfecte et adoucit l’eau. Il faut cependant éviter de l’utiliser sur de l’aluminium.

• Bicarbonate de soude (bicarbonate de sodium)
Le bicarbonate de soude est efficace comme abrasif. De plus, il désodorise, élimine les taches, polit et assouplit les tissus.

• Sel
Le sel se dissout facilement dans l’eau et constitue un excellent abrasif pour le récurage des poêles et casseroles. Mélangez-le avec du vinaigre ou du jus de citron pour nettoyer les éviers, les carreaux et le verre ou pour enlever les taches de thé et de café.

Vous voulez que votre maison sente propre et fraîche?
Utilisez les plantes vertes comme des purificateurs d’air naturels. Pour réduire les odeurs ou ajouter un parfum à votre chez-vous, essayez l’une de ces solutions naturelles :

• Le vinaigre blanc élimine les odeurs sur les surfaces et dans l’air.
• Le bicarbonate de soude absorbe les odeurs; placez donc quelques boîtes ouvertes dans toute la maison.
• Certaines épices, comme la cannelle, libèrent leur parfum lorsqu’elles sont plongées dans un peu d’eau bouillante.
• Assainissez l’air en vaporisant des huiles essentielles diluées dans de l’eau; essayez une combinaison de vos huiles essentielles préférées, comme le citron (un désodorisant particulièrement efficace) et le cèdre.

Références :
Greening up your spring cleaning. CBC News, avril 2007
Breathe Easy with Natural Air Fresheners. Simple Earth Media

 Aliments et boissons

Le foie est l’usine la plus efficace au monde. Il aide à alimenter votre corps en emmagasinant l’énergie et en la libérant lorsque vous en avez besoin. Votre foie joue un rôle clé dans la transformation des aliments en produits chimiques essentiels à la vie et il est donc important de faire des choix alimentaires qui optimisent la santé du foie.

Bien qu’il n’y ait pas de régime particulier pour assurer la santé du foie, ces directives générales contribueront à faire en sorte que votre foie fonctionne au mieux:

  • Choisissez une variété d’aliments issus des quatre groupes alimentaires décrits dans le Guide alimentaire canadien pour manger sainement et mangez au moins deux portions par jour du groupe alimentaire Viande et substituts (viande, poisson, volaille, beurre d’arachide, haricots secs, petits pois et lentilles).
  • Mangez de petits repas de façon régulière. Évitez de sauter des repas ou de trop manger.
  • Buvez de six à huit verres de liquides (de préférence de l’eau) par jour.
  • Choisissez des aliments biologiques, dans la mesure du possible. Moins il y a de pesticides, de produits chimiques, d’antibiotiques ou d’hormones, moins la fonction de filtrage de votre foie sera sollicitée.
  • Avant de consommer des fruits ou légumes, lavez-les afin d’éliminer les pesticides, mais pas trop d’avance, car ils risqueraient de suer ou de se détériorer.
  • Pour favoriser la santé de votre foie, mangez des fruits et des légumes aux pigments de couleur vive et profonde, notamment les orangés, jaunes, rouges et verts.
  • Maximiser la consommation de légumes crus à forte teneur en soufre (brocoli, chou de Bruxelles, chou, chou-fleur, ail et oignon).
  • Lorsque vous cuisinez avec des légumes et des fruits, faites-les par cuire à la vapeur ou au four. Ils conserveront plus de nutriments que s’ils étaient bouillis.
  • Choisissez des produits à grains entiers au lieu de produits blancs, blanchis ou raffinés.

Ce qu’on mange et boit chaque jour intéresse le foie. Les excès de sucre et de gras saturés dans un régime alimentaire peuvent avoir le même effet qu’une trop grande consommation d’alcool et donner lieu à une accumulation de gras dans le foie. Quand celui-ci regorge de gras, il ne peut accomplir ses 500 fonctions adéquatement et il se détériore peu à peu, au point de développer une cirrhose et même un cancer. Si vous désirez avoir un foie sain, la meilleure stratégie consiste à faire des choix santé tous les jours.

Qu’est-ce que le sodium?
Le sodium est un minéral nécessaire pour maintenir la pression artérielle et l’équilibre des liquides dans l’organisme, et transmettre l’influx nerveux.

Le sodium et le sel, est-ce la même chose?
Non. Le sel de table (chlorure de sodium) est la forme la plus courante de sodium. Il y a également le bicarbonate de sodium (bicarbonate de soude), le benzoate de sodium (agent conservateur), le cyclamate de sodium (édulcorant) et le nitrate de sodium (agent conservateur).

Combien de sodium le sel de table contient-il?
Le sel de table contient environ 40 % de sodium. Une cuillère à thé de sel contient environ 2300 milligrammes (mg) de sodium.

De quelle quantité de sodium ai-je besoin?

La plupart des Canadiens consomment beaucoup plus de sodium que nécessaire. La quantité recommandée par jour se situe entre 1500 mg (ce qui est considéré comme un apport adéquat) et 2300 mg (quantité supérieure) pour les personnes âgées de 9 à 50 ans. L’apport quotidien jugé adéquat tombe à 1300 mg pour les personnes âgées de 51 à 70 ans, puis à 1200 mg pour les plus de 70 ans. Cependant, au quotidien, les Canadiens consomment en moyenne quelque 3500 mg de sodium, et ils sont nombreux à ingérer plus de 5000 mg par jour.

Est-ce possible de consommer trop de sodium?
Oui. Plus votre apport en sodium est élevé, plus les risques d’hypertension artérielle ou d’accident vasculaire cérébral sont élevés. Si l’hypertension artérielle est déjà présente, une consommation élevée de sodium peut l’empirer. L’hypertension artérielle est un risque pour la santé associé aux maladies cardiaques et rénales. C’est une bonne idée de faire vérifier régulièrement votre pression artérielle par un fournisseur de soins de santé. Souvent, une personne peut ne pas savoir que sa pression artérielle est élevée.

Quel est le lien entre le sodium et ma maladie du foie?
Au fur et à mesure qu’il se détériore, le foie produit moins de protéines telles que l’albumine, ce qui entraîne une accumulation de liquide dans la cavité abdominale, ce qu’on appelle une ascite, et dans les jambes et les pieds, ce qu’on appelle un œdème. Les deux conditions résultent d’une accumulation anormale de sodium associée à une hypertension portale et à une maladie du foie. L’apport en sodium des personnes souffrant d’ascite ne devrait pas dépasser 2000 mg par jour.

Est-ce que je dois éviter tous les aliments salés?
Pas nécessairement tout le temps. Cependant, si vous voulez réduire votre consommation de sodium de façon à respecter les recommandations en vigueur, vous devriez éviter de manger des aliments salés sur une base quotidienne. Votre médecin vous indiquera si vous devez ou non limiter votre consommation de sodium. Apprendre à lire les étiquettes des aliments pour vérifier la quantité de sodium par portion vous aidera à choisir les aliments à faible teneur en sodium.

CHOIX À HAUTE TENEUR EN SODIUM CHOIX À FAIBLE TENEUR EN SODIUM
Légumes en conserve Légumes frais ou congelés
Jus de légumes
Légumes en crème Légumes sans crème
Cubes de bouillon Bouillon fait maison*
Fromages fondus Blocs de fromage
Cornichons à l’aneth Concombres frais
Choucroute Chou frais
Céréales prêtes à consommer Céréales préparées à la maison
Céréales instantanées Céréales cuites rapidement
Soupe en conserve et déshydratée
Repas prêts-à-manger et mets cuisinés congelés, achetés au magasin
Gelées en poudre Desserts maison à la gélatine
Mélanges de riz et de pâtes

Mélanges pour plats en casserole

Mélanges à gâteaux et à biscuits

Mélanges pour pommes de terre instantanées

Mélanges de sauce et de trempette

Versions maison de ces aliments
Viandes, poissons et volailles fumés, marinés et mis en conserve, et assaisonnés

Viandes froides

Viande, poisson et volaille frais
Sel d’ail, sel d’oignon, sel de céleri Poudre d’ail, poudre d’oignon, et céleri, ail et oignon frais
Ketchup, sauce soja, sauce à steak et sauce Worcestershire Citron, vinaigre, herbes
Salière Saupoudreur d’herbes**
Repas de restaurant Repas maison

* Lorsque vous faites votre bouillon maison, prenez garde lorsque vous utilisez des produits commerciaux, car ils peuvent contenir plus de sodium que ce à quoi vous vous attendez.
** Lisez attentivement les étiquettes pour assurer une faible teneur en sodium.

Goûtez toujours avant de saler!

Ainsi, vous utiliserez généralement moins de sel. Faites ce test : placez du papier ciré ou d’aluminium sur une assiette et faites comme si vous saliez un repas. Mesurez le sel. Une cuillère à thé contient environ 2300 mg de sodium.

Ajoutez moins de sel lorsque vous préparez et faites cuire des aliments!

Essayez d’ajouter moins de sel à vos aliments, par exemple, lorsque vous cuisinez des légumes, des pâtes, des soupes et des ragoûts.

Réduisez le sel dans les recettes!

Votre goût pour le sel est un goût acquis dont il est possible de se défaire. Réduisez progressivement le sel dans les recettes afin que votre goût pour le sel puisse s’adapter plus facilement. Le sel dans la plupart des recettes peut être réduit de moitié sans effet sur le produit.

Expérimentez avec d’autres arômes!

Le citron et le vinaigre sont des exhausteurs de saveur naturels et faibles en sodium. Remplacez la salière par un saupoudreur d’herbes (combinez une cuillère à soupe de chacune des herbes ou épices suivantes : basilic séché, persil, marjolaine, thym, sauge, et poudre d’oignon ou d’ail).

Planifiez pour réduire votre dépendance à l’égard des aliments de haute teneur en sodium.

Plus le produit est « instantané » ou transformé, plus il est probable qu’il ait une teneur élevée en sodium. Le même plat fait maison a moins de sodium ajouté et est généralement moins coûteux.

Sachez quelle est la teneur en sodium des aliments que vous mangez!

Lisez la liste des ingrédients sur les étiquettes pour voir si, outre le sel, il y a des composés contenant du sodium, notamment du glutamate de sodium ou monosodique (GMS), du benzoate de sodium, du nitrate de sodium ou du bicarbonate de sodium.

Les femmes enceintes devraient-elles réduire le sel?

Le sodium a déjà fait l’objet de restrictions pendant la grossesse, car on pensait que cela permettrait de réduire la rétention des liquides. Cependant, on sait maintenant qu’il faut s’attendre à une certaine rétention d’eau pour avoir une grossesse normale et un bébé en bonne santé. Le sodium est nécessaire pour « équilibrer » le liquide supplémentaire dans le corps de la femme enceinte. Par conséquent, la réduction de l’apport en sodium n’est PAS recommandée pendant la grossesse. Si vous pensez que vous utilisez beaucoup de sel, mieux vaut en discuter avec votre médecin.

Faites des choix alimentaires judicieux

Le tableau ci-dessous montre des différences intéressantes dans la teneur en sodium de certains aliments. Essayez de prendre l’habitude d’évaluer la teneur en sodium du repas dans son ensemble. Demandez-vous s’il existe des solutions de rechange à faible teneur en sodium. Par exemple, si vous utilisez des tomates en conserve à la place de tomates fraîches, vous pouvez ajouter moins de sel que ce qui est indiqué dans la recette. Le maïs frais ou congelé contient moins de sodium que le maïs en conserve ou à la crème et constituerait donc un meilleur accompagnement pour une viande à forte teneur en sodium comme le jambon. N’oubliez pas que trois quarts de votre apport quotidien en sodium pourraient provenir de plats cuisinés ou d’aliments emballés.

Qui dit transformation des aliments dit sodium

Pomme

2 mg

Compote de pommes

1 tasse – 6 mg

Tarte aux pommes

1/8 congelé – 208 mg

Pain

1 tranche de pain blanc – 114 mg

Gâteau quatre-quarts

1 morceau – 171 mg

Muffin anglais

393 mg

Beurre non salé

1 cuillère à soupe – 2 mg

Beurre salé

1 cuillère à soupe – 116 mg

Margarine

1 cuillère à soupe – 140 mg

Poulet

½ poitrine – 69 mg

Pâté au poulet

congelé – 907 mg

Repas de poulet,

restauration rapide – 2 243 mg

Maïs

1 mg

Maïs en conserve

1 tasse – 194 mg

Corn Flakes

1 tasse – 256 mg

Concombre

7 tranches – 2 mg

Concombre avec sauce pour salade – 234 mg Cornichon à l’aneth

928 mg

Citron

1 mg

Sauce soja

1 cuillère à soupe – 1 029 mg

Sel

1 cuillère à soupe – 1 938 mg

Lait

1 tasse – 122 mg

Lait en poudre

½ tasse – 322 mg

Fromage cottage

4 onces – 475 mg

Porc

3 onces – 59 mg

Bacon

4 tranches – 548 mg

Jambon

3 onces – 1 114 mg

Pomme de terre

5 mg

Chips de pommes de terre

10 morceaux – 200 mg

Purée de pommes de terre instantanée

1 tasse – 485 mg

Steak

3 onces – 55 mg

Gros hamburger,

restauration rapide – 990 mg

Pain de viande,

repas congelé – 1 304 mg

Tomate

14 mg

Soupe aux tomates

1 tasse – 932 mg

Sauce tomate

1 tasse – 1 498 mg

Eau du robinet

8 onces – 12 mg

Soda nature

8 onces – 39 mg

Antiacide dans l’eau

564 mg

La teneur en sodium dans l’approvisionnement en eau varie-t-elle?

OUI! La teneur en sodium de l’approvisionnement en eau varie d’une région à l’autre. Certaines eaux embouteillées peuvent également contenir des composés de sodium. Vérifiez les ingrédients sur la bouteille. Le niveau de sodium peut toutefois ne pas être indiqué.

FAIBLE TENEUR EN SODIUM

100 mg ou moins par litre

TENEUR MOYENNE EN SODIUM

De 101 à 300 mg par litre

TENEUR ÉLEVÉE EN SODIUM

301 mg ou plus par litre

Qu’en est-il de l’eau adoucie?

L’eau dure contient beaucoup de calcium et de magnésium. Les adoucisseurs d’eau remplacent ces minéraux par du sodium. L’eau adoucie contient donc plus de sodium. Si votre maison est approvisionnée en eau adoucie, les robinets où vous prenez votre eau potable ne doivent pas être branchés à un adoucisseur.

Quelques conseils rapides pour aider à réduire le sodium dans votre alimentation :

  • Retirez la salière de la table à manger
  • Faites attention aux extras tels que les condiments comme le ketchup, la sauce soja, les cornichons et la relish
  • Mangez plus de repas maison
  • Assaisonnez avec des herbes, du citron, de l’ail et des épices
  • Choisissez des collations non salées
  • Choisissez les aliments non transformés tels que les légumes frais
  • Comparez les étiquettes des aliments et apprenez à les lire
  • Réduisez de la moitié la quantité de sel dans les recettes
  • Faites des choix alimentaires judicieux et planifiez

Ressources : www.pennutrition.com, www.unlockfood.ca/fr ou 1 877 510-5102.

What is sodium?
Sodium is a mineral that is required for maintaining blood pressure and a normal fluid balance in the body and transmitting nerve impulses.

Is sodium the same as salt?
No. Table salt (sodium chloride) is the most common form of sodium. Others include sodium bicarbonate (baking soda), sodium benzoate (preservative), sodium cyclamate (sweetener) and sodium nitrate (preservative).

How much sodium is in table salt?
Table salt is about 40 per cent sodium.  One teaspoon of salt contains approximately 2300 milligrams (mg) of sodium.

How much sodium do I need?

Most Canadians consume far more sodium than is needed. The recommended amount per day is between 1500 mg (considered adequate intake) and 2300 mg (upper amount) for people 9 -50 years of age.  For people over 50 years of age, an adequate intake drops to 1300 mg per day until 70 and then 1200 mg over 70 years of age.  However, the average daily intake in the Canadian diet is about 3500 mg of sodium, although many Canadians eat well in excess of 5000 mg per day.

Can I get too much sodium?
Yes. The higher your sodium intake, the greater risk you are at for high blood pressure and stroke.  If high blood pressure is already present, a high sodium intake may make it worse.  High blood pressure is a health risk associated with heart and kidney disease.  It is a good idea to have your blood pressure checked regularly by a health care provider. Often an individual can be unaware of having high blood pressure.

How does sodium relate to my liver disease?
As the function of the liver deteriorates, fewer proteins such as albumin are produced, resulting in an accumulation of fluid in the abdominal cavity known as ascites and in the legs and feet, known as edema. Both conditions result from an abnormal accumulation of sodium associated with portal hypertension and liver disease.  Patients with ascites should restrict their sodium intake to no more than 2000 mg per day.

Do I have to avoid all salty foods?
Not necessarily all the time.  However, if you want to lower your sodium intake to meet current recommendations, you should avoid eating salty foods on a daily basis.  Your physician will advise you as to whether or not you need to restrict your sodium intake. Learning to read food labels to check the sodium level per serving will help you to compare foods for sodium content and to make food choices with lower sodium content.

HIGHER SODIUM CHOICES LOWER SODIUM CHOICES
Canned vegetables Fresh or frozen vegetables
Vegetable juices
Creamed vegetables Uncreamed vegetables
Bouillon cubes Homemade stock/broth*
Processed cheeses Block cheeses
Dill Pickles Fresh cucumbers
Sauerkraut Fresh cabbage
Ready-to-eat cereals Home-prepared cereals
Instant cooked cereals Quick-cooked cereals
Canned and dehydrated soup
Ready to eat and frozen store bought meals
Jelly powders Homemade gelatin desserts
Rice & pasta mixes

Casserole mixes

Cake & cookie mixes

Instant potato mixes

Gravy, sauce & dip mixes

Homemade versions of these foods
Smoked, pickled canned or

seasoned meats, fish and poultry

Luncheon meats

Fresh meat, fish and poultry
Garlic salt, onion salt, celery salt Garlic powder, onion powder, fresh celery, garlic, onion
Ketchup, soya, steak, & Worcestershire sauce Lemon, vinegar, herbs
Salt shaker Herb shaker**
Restaurant meals Home cooked meals

* When you make your homemade stock or broth, be careful when you use commercial products, they may contain unexpected additional sodium.
** Read labels carefully to ensure low sodium content.

Always taste before salting!
This usually means you will use less salt.  Try this test.  Place wax paper or foil over a plate and pretend you are salting a meal.  Measure the salt.  One teaspoon contains about 2300 mg of sodium.

Add less salt when you prepare and cook food!
Try adding less salt to your food for example, when cooking vegetables, pasta, soups and stews.

Reduce the salt in recipes!
Your taste for salt is a learned taste that can be unlearned.  Gradually reduce the salt in recipes so your taste for salt can adjust more easily.  The salt in most recipes can be halved with no effect on the product.

Experiment with other flavourings!
Lemon and vinegar are natural flavour enhancers that are low in sodium.  Replace the salt shaker with an herb shaker (combine one tablespoon each: dried basil, parsley, marjoram, thyme, sage, onion and/or garlic powder).

Plan ahead to reduce your reliance on high sodium convenience foods!
The more ‘instant’ or processed a food, the more likely it is to be high in sodium.  The same food made from scratch has less sodium added and tends to be less expensive.

Be aware of the sodium content of the food you eat!
Read the list of ingredients on labels for other sodium-containing compounds in addition to salt such as: monosodium glutamate (MSG), sodium benzoate, sodium nitrate and sodium bicarbonate.

Should pregnant women cut down on salt?
Sodium used to be restricted in pregnancy because it was thought this would help reduce fluid retention.  However, it is now known that a certain amount of fluid retention is part of having a normal pregnancy and a healthy baby.  Sodium is necessary to ‘balance’ the extra fluid in the pregnant woman’s body.  Therefore sodium restriction is NOT recommended in pregnancy.  If you think you use a lot of salt, it would be a good idea to discuss this with your physician.

Choose your food wisely
The following table shows some interesting differences in the sodium content of some foods.  Try to get in the habit of considering the sodium content of the meal as a whole.  Ask yourself if there is a lower-sodium alternative.  For example, if you use canned instead of fresh tomatoes in a recipe, you could add less salt than called for by the recipe.  Fresh or frozen corn would be a lower-sodium alternative to canned or creamed corn and would thus be a better accompaniment to high-sodium meat such as ham.  Remember that 3/4of your daily sodium intake could be from pre-made or packaged foods.

How Sodium Increases With Processing

Apple

2 mg

Applesauce

1 cup – 6 mg

Apple Pie

1/8 frozen- 208 mg

Bread

One slice, white – 114 mg

Pound Cake

1 slice – 171 mg

English Muffin

393 mg

Butter

1 tbsp, unsalted – 2 mg

Butter

1 tbsp, salted – 116 mg

Margarine

1 tbsp – 140 mg

Chicken

½ breast – 69 mg

Chicken Pie

frozen   – 907 mg

Chicken Dinner

Fast food – 2243 mg

Corn

1 mg

Canned Corn

1 cup – 194 mg

Corn Flakes

1 cup – 256 mg

Cucumber

7 slices – 2 mg

Cucumber with salad dressing – 234 mg Dill Pickle

928 mg

Lemon

1 mg

Soy Sauce

1 tbsp – 1029 mg

Salt

1 tbsp – 1938 mg

Milk

1 cup – 122 mg

Dry Milk

½ cup   – 322 mg

Cottage Cheese

4 oz. – 475 mg

Pork

3 oz. – 59 mg

Bacon

4 slices – 548 mg

Ham

3 oz. –  1114 mg

Potato

5 mg

Potato Chips

10 pcs – 200 mg

Instant Mashed

1 cup – 485 mg

Steak

3 oz. – 55 mg

Jumbo Burger

Fast food – 990 mg

Meat Loaf

frozen dinner – 1304 mg

Tomato

14 mg

Tomato Soup

1 cup – 932 mg

Tomato Sauce

1 cup – 1498 mg

Water – Tap

8 oz. – 12 mg

Club Soda

8 oz. – 39 mg

Antacid in water

564 mg

Does the sodium content of the water supply vary?
YES!  The sodium content of the water supply varies from one area to another.  Some bottled water has sodium compounds added as well. Check the ingredients on the bottle. However, the level of sodium may not be listed.

LOW SODIUM

100 mg or less per litre

MEDIUM SODIUM

101-300 mg per litre

HIGH SODIUM

301 mg or more per litre

What about softened water?
Hard water contains a lot of calcium and magnesium.  A water softener replaces these minerals with sodium.  Softened water, therefore, contains more sodium.  If you have a softened water supply in your home, the taps from which you take your drinking water should not be hooked up to the softener.

Some quick tips to help reduce the sodium in your diet:

  • remove the salt shaker from the dinner table
  • watch the extras such as condiments like ketchup, soy sauce, pickles and relish
  • have home cooked meals most often
  • season with herbs, lemon, garlic and spices
  • choose unsalted snacks
  • choose unprocessed foods such as fresh vegetables
  • compare food labels and learn what they mean
  • cut the salt in recipes in half
  • choose your food wisely and plan ahead

Resources:  www.dieteticsatwork.com,  www.ontario.ca/eatright or 1 (877) 510-5102.


Recipes

Diet is an important part of managing fatty liver and other liver diseases. To help you get started, the following are several recipes taken from the book Healing Fatty Liver Disease: a Complete Health & Diet Guide by Dr. Maitreyi Raman, Angela Sirounis and Jennifer Shroubsole.

Country Lentil Soup
Thai Turkey Stir-Fry
Teriyaki Halibut
Vegetarian Chili
Portobello Mushroom Burgers with Cheese Filling

Check out this helpful resource for additional information about liver-healthy food and drink: Choose This, Not That (also available in French and Chinese).

Recipes excerpted with permission from Healing Fatty Liver Disease: A Complete Health & Diet Guide Including 100 Recipes by Dr. Maitreyi Raman, Jennifer Shrubsole, Angela Sirounis © 2013 Robert Rose Inc. May not be reprinted without publisher permission. 

 

Tests

La maladie du foie est souvent difficile à diagnostiquer, car ses symptômes peuvent être vagues et facilement confondus avec d’autres problèmes de santé. Certaines personnes n’ont aucun symptôme, mais leur foie peut déjà avoir subi des dommages importants. Il y a plus de 100 différentes formes de maladie du foie, et les facteurs de risque varient considérablement d’une maladie à l’autre. La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses maladies du foie peuvent être évitées, gérées et, dans certains cas, même guéries, mais une identification précoce est essentielle. Il est donc important de demander à votre médecin qu’il vous fasse subir des tests du foie.

En quoi consistent les tests du foie?

Les tests de dépistage de maladies du foie sont des tests sanguins qui servent à déterminer la santé du foie et des voies biliaires. Les tests du foie, ainsi que l’histoire du patient et l’examen physique, aident le fournisseur de soins de santé dans le diagnostic et la prise en charge d’une maladie du foie. Ces tests servent à mesurer les niveaux de certaines enzymes et protéines dans le sang ainsi que les enzymes que les cellules du foie libèrent en réponse à des dommages ou à une maladie, et à déterminer dans quelle mesure le foie exerce ses fonctions. Des résultats anormaux aux tests hépatiques ne sont pas toujours indicateurs d’une maladie du foie. Votre médecin pourra expliquer vos résultats et ce qu’ils signifient.

Quels sont les tests hépatiques les plus courants?

Alanine aminotransférase (ALT) et aspartate aminotransférase (AST) L’alanine aminotransférase et l’aspartate aminotransférase sont des enzymes normalement présentes dans les cellules du foie. Lorsque ces cellules sont endommagées, les enzymes s’en échappent et se retrouvent dans le sang. L’ALT est considérée comme un indicateur plus spécifique de l’inflammation du foie, puisque l’AST est aussi présente dans d’autres organes, par exemple le cœur et les muscles. En cas de lésion aiguë au foie, comme dans l’hépatite virale, les taux d’ALT et d’AST peuvent être utilisés comme mesure générale du degré d’inflammation ou de lésion au foie. Ce n’est pas le cas quand il s’agit d’une maladie chronique du foie, car ces enzymes peuvent être présentes à un taux tout à fait normal, même en présence de cirrhose (cicatrisation du foie).

Phosphatase alcaline
La phosphatase alcaline est le test le plus fréquemment utilisé pour déceler un blocage (obstruction) dans le système biliaire. Une élévation du taux de cette enzyme se retrouve dans un grand nombre d’affections telles que les calculs biliaires, la maladie du foie liée à la consommation d’alcool, l’inflammation du foie d’origine médicamenteuse, la cholangite biliaire primitive (CBP) ou les tumeurs biliaires. La phosphatase alcaline est non seulement présente dans la bile et dans le foie, d’où elle s’échappe dans le sang de la même façon que l’ALT et l’AST, mais on la trouve également dans d’autres organes comme les os, le placenta et l’intestin. C’est pourquoi il est souvent utile de mesurer une autre enzyme qui ne se trouve pas dans ces organes, soit la gamma-glutamyl-transpeptidase (gamma-GT) ou la 5’nucléotidase (5’Nu) en même temps que la phosphatase alcaline, quand l’origine du taux élevé de phosphatase alcaline n’est pas claire. Des anomalies dans la mesure de la 5’Nu ou de la gamma-GT seraient alors le signe d’une maladie du foie ou des voies biliaires.

Test de bilirubine
La bilirubine est un pigment formé principalement par la dégradation du hème, une substance contenue dans les globules rouges du sang. Elle est extraite du sang, puis traitée et enfin sécrétée dans la bile par le foie. Il y a normalement une petite quantité de bilirubine dans le sang de toute personne en bonne santé (<17 µmol/L). Un foie endommagé ne peut pas traiter la bilirubine correctement, ce qui entraîne des taux élevés de ce pigment dans le sang. Des taux supérieurs à 50 µmol/L se manifestent généralement sous forme d’ictère (jaunissement de la peau et les yeux).

Test d’albumine
L’albumine est la principale protéine produite par le foie. Beaucoup de facteurs peuvent modifier le taux d’albumine circulant dans le sang; par exemple, une maladie chronique du foie entraîne une diminution de la production d’albumine et par conséquent cause une baisse du taux d’albumine dans le sang.

Temps de prothrombine et RIN
Le temps de prothrombine (également appelé « protime » ou TP) et le RIN sont des tests utilisés pour évaluer la coagulation du sang. Les facteurs de coagulation du sang sont des protéines fabriquées par le foie. Quand le foie est endommagé, la production de ces protéines ne se fait plus normalement. Les valeurs pour le TP sont généralement exprimées en secondes et comparées à celles d’un patient témoin (un écart de +/- 2 secondes est normal).

Autres tests de foie

Des tests hautement spécialisés peuvent être utilisés dans le but de vérifier plus spécifiquement la présence de certaines maladies du foie. Par exemple:

  • Des anticorps, des protéines et des acides nucléiques spécifiques peuvent servir à déterminer la présence de l’hépatite B virale (AgHBs, ADN du VHB) ou de l’hépatite C (anticorps anti-VHC, ARN du VHC).
  • Des augmentations du fer dans le sang, de la saturation de la transferrine et de la ferritine peuvent indiquer la présence d’une hémochromatose.
  • Chez les patients atteints d’un défaut du métabolisme du cuivre (maladie de Wilson), on trouve habituellement une déficience en céruloplasmine.
  • Un faible taux d’alpha 1-antitrypsine peut indiquer la présence d’une maladie des poumons ou du foie chez les enfants et chez les adultes due à un déficit en alpha 1-antitrypsine.
  • Des tests immunologiques comme l’anticorps antimitochondrial peuvent suggérer la présence d’une cholangite biliaire primitive (CBP).
  • Des anticorps antinucléaires et/ou antimuscles lisses peuvent indiquer la présence d’une hépatite auto-immune.

Pour en savoir plus sur les tests associés à une maladie particulière, visitez notre section Maladies du foie.

Biopsie du foie

La biopsie du foie est une technique de diagnostic utilisée pour obtenir une petite quantité du tissu hépatique qu’on examinera sous un microscope pour déterminer la cause de la maladie du foie et le degré de fibrose (cicatrisation du foie). Lire la suite…

La façon la plus courante d’obtenir un échantillon de foie est d’insérer une aiguille dans le foie durant une fraction de seconde. Cela peut se faire à l’hôpital, et le patient peut être renvoyé chez lui dans les deux à trois heures qui suivent s’il n’y a pas de complications. Le médecin détermine le meilleur site, la profondeur et l’angle de pénétration de l’aiguille en effectuant un examen physique ou en utilisant une échographie pour marquer l’endroit approprié. La peau et la zone sous la peau sont anesthésiées, et une aiguille est rapidement insérée dans le foie puis retirée. Environ la moitié des personnes ne présentent aucune douleur après l’intervention, tandis qu’une autre moitié ressentira pendant un court moment une douleur localisée, qui peut se propager à l’épaule droite.

Une autre technique souvent utilisée pour la biopsie du foie consiste à passer par l’abdomen et à guider l’aiguille dans le foie à l’aide de techniques d’imagerie. On utilise l’échographie et, moins souvent, la tomodensitométrie pour cibler le site de la tumeur et le point d’entrée de l’aiguille dans le foie sous observation directe. Un instrument appelé « pistolet à aiguille » sert à prélever le fragment du foie. Le patient peut généralement retourner à la maison le jour même de la procédure. Les biopsies de foie effectuées sous observation radiologique directe dépendent de la disponibilité et du mode de pratique à l’hôpital local.

Les techniques de biopsie moins couramment utilisées incluent celles qui sont effectuées durant une laparoscopie (habituellement lorsque la laparoscopie est réalisée pour d’autres raisons), les biopsies hépatiques transveineuses ou transjugulaires, et lors d’interventions chirurgicales ouvertes effectuées pour d’autres raisons.

Lors d’une laparoscopie, un instrument tubulaire étroit muni d’une lumière est inséré par une petite incision dans la paroi abdominale. Les organes internes sont éloignés de la paroi abdominale à l’aide d’un gaz introduit dans l’abdomen. Les instruments peuvent être passés par ce tube illuminé ou par des sites de ponction distincts pour obtenir des échantillons de tissu de plusieurs endroits différents du foie. Les patients qui subissent cette intervention reçoivent leur congé quelques heures plus tard.

La biopsie du foie transveineuse ou transjugulaire peut être effectuée par un radiologiste d’intervention dans des circonstances spéciales, habituellement lorsque le patient présente un problème important de coagulation (coagulopathie). Lors de ce procédé, un petit tube est inséré dans la veine jugulaire interne du cou et guidé radiologiquement vers la veine hépatique qui draine le foie. On insère ensuite par le tube une petite aiguille de biopsie directement dans le foie pour obtenir un échantillon de tissu.

Enfin, la biopsie du foie peut être réalisée au moment où un patient subit une chirurgie abdominale ouverte permettant au chirurgien d’inspecter le foie et de prendre un ou plusieurs échantillons au besoin.

La biopsie du foie peut souvent être utilisée pour diagnostiquer la cause d’une maladie du foie chronique qui donne des résultats élevés aux tests du foie ou entraîne une hypertrophie du foie. Si le diagnostic est connu, comme l’hépatite C, la principale raison alors de la biopsie est de déterminer si le patient a une maladie évolutive. Dans plusieurs cas, la cause spécifique de la maladie du foie chronique peut être établie à l’aide de tests sanguins, mais une biopsie est utile pour confirmer le diagnostic et pour déterminer l’ampleur des lésions au foie. On fait également une biopsie après une greffe du foie pour déterminer la cause de résultats d’examens hépatiques élevés et déterminer s’il y a présence de rejet.

Le principal risque de la biopsie du foie est le saignement au site d’entrée de l’aiguille dans le foie, mais cela survient chez moins d’un pour cent des patients. D’autres complications possibles incluent la perforation d’autres organes comme le rein, le poumon ou le côlon. Si la vésicule biliaire est endommagée par erreur durant la procédure, de la bile peut s’écouler dans la cavité abdominale et causer une péritonite. Heureusement, le risque de mortalité due à une biopsie du foie est extrêmement faible, la mortalité étant de 1 sur 5000.

Pour diminuer le risque de saignement, on évalue l’état de coagulation chez tous les patients avant la biopsie. Si le temps de prothrombine (coagulation) est trop lent ou si le nombre des plaquettes est faible, une biopsie standard n’est pas recommandée. La vitamine K ou du plasma frais congelé peuvent être utilisés pour corriger les anomalies de coagulation chez de tels patients. La biopsie transjugulaire constituerait alors une solution de rechange.

La principale alternative à la biopsie du foie est de poser le diagnostic d’une maladie du foie en se basant sur l’examen physique du patient, ses antécédents médicaux (anamnèse) et des tests sanguins. Dans certains cas, les tests de sang suffisent pour donner au médecin l’information nécessaire pour diagnostiquer une maladie du foie chronique alors que dans d’autres circonstances, une biopsie du foie est nécessaire pour assurer un diagnostic précis.

Le FibroScanMD (FS) est un instrument de diagnostic entièrement non invasif qui mesure la fibrose (cicatrisation) du foie. Le FS utilise une « onde élastique » (élastographie impulsionnelle) pour mesurer la raideur hépatique qui correspond à la fibrose. Le FS est basé sur la prémisse que plus le foie devient fibreux, plus la densité du tissu augmente et moins le foie est élastique. Le FS est plus facile à effectuer, plus sûr et moins coûteux qu’une biopsie du foie. Les mesures avec le FS peuvent être prises à plusieurs sites du foie tandis qu’un échantillon de tissu hépatique est prélevé à un seul endroit du foie.

Les biopsies du foie ne sont habituellement pas recommandées pour diagnostiquer un cancer du foie, sauf en de rares occasions où le diagnostic n’est pas clair. En général, le cancer du foie est diagnostiqué par tomodensitométrie ou par IRM. Une biopsie d’un foie cancéreux présente un risque réel, bien que minime, de voir certaines cellules cancéreuses suivre la voie de l’aiguille et se propager à l’extérieur du foie.

Dans la plupart des cas, une biopsie du foie n’est réalisée qu’une seule fois pour confirmer un diagnostic probable de maladie du foie chronique. On effectue parfois une autre biopsie si l’état clinique change ou pour évaluer les résultats d’une thérapie médicale, comme un traitement médicamenteux de l’hépatite virale chronique ou de l’hépatite auto-immune. Les patients qui ont subi une greffe du foie requièrent souvent plusieurs biopsies du foie durant les premières semaines ou premiers mois suivant la chirurgie pour permettre de déterminer précisément s’il y a rejet du nouveau foie ou si d’autres problèmes se sont développés.

Comment trouver un médecin de premier recours

(médecin de famille ou omnipraticien)

Si vous n’avez pas de médecin de famille, allez dans un centre de consultation sans rendez-vous pour savoir si on peut vous prendre comme patient. Ces centres peuvent également vous fournir le nom de médecins de famille/omnipraticiens dans votre région qui, selon eux, prennent de nouveaux patients.

Parlez-en aussi à vos amis, à votre famille, à vos voisins dans votre communauté pour savoir s’ils ont un médecin à vous recommander dans votre région, que vous pourriez contacter et lui demander s’il prend de nouveaux patients. Pharmacien, opticien, dentiste, audiologiste, physiothérapeute, entraîneur : demandez-leur s’ils sont au courant d’un médecin de famille qui prévoit ouvrir une clinique ou un nouveau bureau dans votre région. Ils peuvent aussi vous orienter vers un médecin établi qui prend de nouveaux patients.

L’association des médecins de votre province constitue une autre source d’information et de conseils pour trouver un médecin. Le ministère de la Santé ou le collège des médecins et des chirurgiens de la plupart des provinces et territoires ont un bottin en ligne des médecins, souvent classé par région et spécialité.

Cliquez ici pour accéder au bottin de votre région.

Haut de la page