Le syndrome de Reye

Le syndrome de Reye

Le syndrome de Reye est une rare complication de la varicelle chez l’enfant, ainsi que d’infections respiratoires courantes. Le syndrome de Reye se rencontre surtout chez les enfants d’âge scolaire et chez les adolescents, mais il se produit aussi chez les nourrissons. La maladie touche rarement les adultes.

Les symptômes

On doit penser à la possibilité du syndrome de Reye quand des vomissements se déclarent de trois à sept jours après le début d’une grippe ou d’une varicelle. Habituellement les vomissements deviennent de plus en plus graves sur une période de huit à 12 heures. Lorsque des vomissements continus persistent au-delà de 12 heures, ou si les vomissements s’accompagnent de signes évoquant des troubles du fonctionnement cérébral, par exemple regard fixe, stupeur, délire ou un comportement étrange, un examen médical immédiat s’impose.

À un stade plus avancé, la personnalité de l’enfant change; il montre des signes d’agressivité, de désorientation et de confusion; il n’arrive plus à articuler ses mots; il délire et devient agité, il crie et se débat et peut même ne pas reconnaître ses parents. Ce stade constitue une urgence médicale.

Bien que le syndrome de Reye puisse survenir en tout temps, c’est surtout en janvier, février et mars qu’on le voit le plus souvent, associé à la grippe ou à d’autres infections respiratoires du même ordre. Environ un tiers des cas de syndrome de Reye sont une complication de la varicelle, qui surviennent habituellement 3 ou 4 jours après le début de l’éruption.

Les vomissements qui surviennent le premier jour de la maladie, surtout s’ils sont accompagnés de diarrhée, ne sont généralement pas dus au syndrome de Reye. En pareils cas les enfants demeurent habituellement alertes et actifs. Il se peut qu’ils souffrent d’une gastroentérite infectieuse aiguë.

Le diagnostic

On peut établir le diagnostic du syndrome de Reye à son stade précoce en combinant l’histoire de l’état grippal précédent avec les vomissements persistants et les tests sanguins. Dans le cas du syndrome de Reye, les résultats des tests devraient montrer l’augmentation dans le sang de l’alanine aminotransférase (ALT), alors que le taux de bilirubine est normal, et après avoir exclu la possibilité d’une méningite ou d’une encéphalite, etc.

La plupart des cas de syndrome de Reye ont des taux plus élevés de certaines enzymes du foie dans le sérum comme l’ALT. Tout médecin de l’urgence d’un hôpital devrait avoir la possibilité de mesurer sur une base d’urgence l’ALT de l’enfant qu’il examine.

Le traitement

Lorsque l’on constate l’augmentation de cette enzyme en association avec des vomissements inexpliqués, il faut admettre l’enfant à l’hôpital et le mettre sous perfusion. Les chances de récupération sont excellentes lorsque le syndrome de Reye est diagnostiqué et traité très tôt, avant que le délire ou le coma ne se manifestent. Les enfants qui ne sont pas diagnostiqués tôt peuvent sombrer dans le coma et mourir.

La prévention

On pense que l’aspirine peut contribuer au problème du syndrome de Reye. Jusqu’à ce qu’on ait des preuves concluantes, les médecins continuent donc à recommander de ne pas utiliser l’aspirine pour soigner la varicelle ou les états grippaux. L’acétaminophène est le médicament préféré pour combattre la fièvre.

Beaucoup de médicaments qui s’obtiennent sans ordonnance contiennent de l’aspirine (acide acétique salicylique) ou des salicylates de sodium ou de bismuth. Consultez votre pharmacien concernant la composition d’un médicament avant d’en administrer à votre enfant.

Soutien

Ligne d’aide nationale:
Cette ressource vous donne, à vous et à vos proches, un endroit où obtenir des réponses après le diagnostic, vous aide à comprendre la maladie et vous fournit les ressources dont vous avez besoin. Appelez au 1 (800) 563-5483 du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h, heure de l’Est.

Réseau de soutien par les pairs:
Mis sur pied par la Fondation canadienne du foie, ce réseau national est composé de personnes atteintes d’une maladie du foie qui ont offert de partager leur expérience. Il permet aux Canadiens comme vous qui ont un membre de la famille ayant développé une maladie du foie, qui prennent soin d’une personne souffrant d’une maladie du foie ou qui ont reçu un diagnostic de maladie du foie de parler de leurs préoccupations avec quelqu’un vivant une situation similaire.

Si vous souhaitez être mis en contact avec un pair dans votre région ou vous joindre au réseau de soutien par les pairs, appelez la Ligne d’aide nationale au 1 (800) 563-5483 ou envoyez un courriel à Billie Potkonjak.

Aidez-nous à vous aider! 
Si vous n’êtes pas satisfait de l’information que vous venez de lire ou d’autres renseignements figurant sur notre site Web, prenez un moment pour nous envoyer vos commentaires ainsi que vos suggestions sur le type de contenu que vous aimeriez trouver sur foie.ca. Veuillez indiquer la page dont il est question dans la ligne d’objet de votre email.