Cancer du foie

Cancer du foie et tumeurs

La forme la plus fréquente du cancer primaire du foie – un cancer qui commence dans les cellules du foie – est appelée carcinome hépatocellulaire ou CHC, mais la plupart des gens l’appellent cancer du foie.

Le cancer du foie débute généralement sous la forme d’une petite masse, appelée tumeur, et peut grossir ou se développer dans plus d’un site du foie au fil du temps. Il commence généralement lentement dans un foie qui a été exposé à certains facteurs de risque de cancer du foie.

Type de tumeurs

Type de tumeurs

Cause et facteurs de risques

Cause et facteurs de risques

Diagnostique

Diagnostique

 Traitement

Traitement

Prévention et gérer les symptômes

Prévention et gérer les symptômes

Bibliothèque de ressources sur le cancer du foie

Bibliothèque de ressources sur le cancer du foie

Comment les cancers du foie sont-ils classés?

Il existe plusieurs types de tumeurs du foie mais seulement certaines sont des cancers. La classification la plus importante est de déterminer si les tumeurs sont bénignes (relativement sans danger) ou malignes (pouvant s’étendre à partir du foie et donc plus grave).

Tumeurs bénignes

L’hémangiome est le type le plus courant de tumeur bénigne du foie. Il s’agit d’une croissance anormale des vaisseaux sanguins du foie qui commence dans le fœtus. Plus de 10% de la population normale a des hémangiomes dans le foie. La plupart des gens ayant des hémangiomes ne présentent aucun symptôme et ne requièrent aucun traitement. Certains hémangiomes peuvent augmenter de volume et saigner, mais rarement, et le cas échéant, ils peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour les enlever.

Les adénomes hépatiques sont des tumeurs bénignes des cellules hépatiques. La plupart n’entraînent pas de symptômes et ne requièrent pas de traitement. Cependant, si elles sont volumineuses, elles peuvent causer de la douleur ou de la perte de sang et il pourrait être nécessaire de les enlever. Les adénomes hépatiques surviennent plus souvent chez les femmes et semblent être déclenchés dans certains cas par les contraceptifs oraux ou par la grossesse.

L’hyperplasie nodulaire focale (HNF) est une excroissance de plusieurs types de cellules ressemblant à une tumeur. Bien que les tumeurs HNF soient bénignes, il peut être difficile de les distinguer des cancers du foie.

Tumeurs malignes

La forme la plus fréquente du cancer primaire du foie (un cancer qui commence dans le foie) chez les adultes s’appelle carcinome hépatocellulaire (CHC). Il s’agit d’un cancer des cellules hépatiques. Ce type de cancer peut présenter différents profils de croissance. Certains débutent sous forme d’une seule tumeur qui augmente de volume. Elle peut s’étendre à d’autres parties du foie aux stades plus avancés de la maladie.

Le cancer du foie peut aussi se développer à plus d’un site dans le foie et peut croître en tumeurs multiples. Ce profil est le plus souvent observé chez les personnes atteintes de cirrhose du foie.

Le cholangiocarcinome est un autre cancer du foie. Il prend son origine dans les petites voies biliaires qui sont des canaux qui transportent la bile vers la vésicule biliaire.

Cependant, le plus souvent, lorsque le cancer est présent dans le foie, il n’a pas commencé là mais s’est propagé vers le foie à partir d’un cancer qui a commencé ailleurs dans le corps. Ces types de cancers sont nommés d’après l’endroit où ils ont commencé (site primaire) et sont considérés comme des cancers secondaires du foie ou métastases cancéreuses. Par exemple, un cancer qui a commencé dans les poumons et s’est propagé vers le foie s’appelle cancer pulmonaire métastasique avec propagation vers le foie.

Quelles sont les causes du cancer du foie

Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme le foie filtre le sang de toutes les parties du corps, les cellules cancéreuses venant d’ailleurs peuvent se loger dans le foie et commencer à croître. Les cancers qui prennent leur origine dans l’intestin se propagent souvent au foie. La capacité du foie à se régénérer peut aussi être liée au développement de cancers du foie.

Quels sont les facteurs de risque associés au cancer du foie?

En l’absence d’une maladie du foie chronique, le cancer du foie est rare. Cependant, chez les patients atteints d’une maladie du foie sous-jacente, le cancer du foie peut être assez courant. La cause exacte du cancer du foie est inconnue, mais les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs de risque qui peuvent rendre une personne plus sujette au développement d’un cancer du foie :

  • Parmi les personnes atteintes d’une maladie chronique du foie, les hommes sont plus susceptibles de développer un cancer du foie que les femmes. La raison en est inconnue.
  • Infection virale du foie : Une infection chronique, hépatite B ou hépatite C, peut entraîner le développement d’un cancer.
  • Certains types de maladies du foie héréditaires comme l’hémochromatose, qui résulte en une accumulation excessive de fer dans le foie, ainsi que la déficience en alpha-1 antitrypsine, et la tyrosinémie peuvent entraîner le développement d’un cancer du foie plus tard durant la vie.
  • La cirrhose est la formation de tissu cicatriciel dans le foie. Ceci peut souvent entraîner un cancer. Les causes principales de la cirrhose du foie sont l’utilisation d’alcool, l’hépatite B et l’hépatite C chroniques et la stéatohépatite non alcoolique (NASH). La plupart des causes de cirrhose sont aussi associées au développement du cancer du foie.
  • Alcool : une consommation excessive d’alcool est un facteur de risque connu pour le développement de la cirrhose alcoolique et du cancer du foie.
  • L’obésité est une cause importante de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et de sa forme la plus grave appelée NASH. Les personnes atteintes de NAFLD ou de NASH ont un risque accru de développer un cancer du foie.
  • L’usage du tabac augmente le risque de cancer du foie si vous êtes déjà atteint d’une maladie chronique du foie.

Stéroïdes anabolisants : une utilisation à long terme des stéroïdes anabolisants peut augmenter le risque d’un cancer du foie.

Quelle est la fréquence du cancer du foie?

Le cancer du foie est une cause majeure de décès. Le nombre de nouveaux cas de cancer du foie au Canada augmente. De même, les taux de mortalité par cancer du foie ont augmenté de manière significative depuis le milieu des années 1990. Dans le monde, le cancer du foie est la quatrième cause de décès par cancer et le carcinome hépatocellulaire (CHC) représente plus de 80 % des cas de cancer du foie1. Le cancer du foie représente moins de 1 % de tous les cancers en Amérique du Nord alors qu’en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Chine, ils peuvent représenter jusqu’à 50 % des cancers. La forte prévalence (le nombre de personnes touchées par une maladie) de personnes vivant dans ces régions porteuses du virus de l’hépatite B et ayant une cirrhose peut expliquer cette disparité géographique.

Après le cancer du poumon, le cancer du foie était la deuxième cause d’années de vie perdues dans le monde à cause du cancer entre 2005 et 2015 2. Géographiquement, le nombre de nouveaux cas de cancer du foie et le nombre de décès par cancer du foie peuvent varier considérablement. Les pays qui ont traditionnellement une incidence plus faible (nouveaux cas) de cancer du foie, comme l’Amérique du Nord et certains pays européens, ont signalé une augmentation des nouveaux cas, tandis que les pays ou les régions qui ont traditionnellement des cas plus élevés, comme la Chine et le Japon, ont observé des taux réduits du cancer du foie 2. Cette observation pourrait être liée à une exposition accrue aux facteurs de risque de cancer du foie. Par exemple, dans les pays à faible risque, l’augmentation des taux de stéatose hépatique non alcoolique, de diabète et d’obésité a permis de réduire les nouveaux cas de cancer du foie à risque, tandis que dans les pays à haut risque, des initiatives telles que la vaccination généralisée contre l’hépatite B programmes ont réduit les nouveaux cas de cancer du foie 3.

Les métastases hépatiques sont des cancers qui ont pris naissance dans une autre partie du corps et se sont propagés au foie. Ce type de cancer est également appelé cancer secondaire du foie. Ce type de cancer est 30 fois plus fréquent que les cancers primaire du foie.

Les enfants peuvent-ils avoir un cancer du foie ?

Oui, chez les enfants, le cancer du foie le plus courant est appelé hépatoblastome. Les hépatoblastomes sont généralement diagnostiqués au cours des trois premières années de la vie et sont rarement détectés au-delà de l’âge de cinq ans. Les hépatoblastomes sont également signalés comme étant plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. Ce cancer est causé par la croissance rapide de cellules immatures ou anormales qui n’ont plus la fonction spécialisée des cellules hépatiques normales

Quels sont les symptômes du cancer du foie ?

Dans les premiers stades, le cancer du foie ne provoque pas de symptômes. La plupart des signes et symptômes apparaissent lorsque le cancer du foie a atteint un stade avancé. Certains symptômes courants du cancer du foie avancé comprennent :

  • Perte de poids
  • Perte d’appétit
  • Douleur abdominale
  • Coloration jaune de la peau ou des yeux (jaunisse)
  • Liquide dans l’abdomen (ventre)

Comment le cancer du foie est-il détecté ou diagnostiqué?

  • Échographie de l’abdomen (ventre)
  • Test sanguin pour vérifier les niveaux accrus d’alpha-foetoprotéine (AFP)
  • Tomodensitométrie (TDM)
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • Prélèvement d’un échantillon de tissu du nodule ou de la masse hépatique (biopsie)

Existe-t-il des traitements pour le carcinome hépatocellulaire (CHC) ?

Le traitement du CHC dépend de l’étendue de la propagation de la tumeur (stade), de la vitesse de croissance de la tumeur et de l’état de santé général de la personne. La stadification (détermination de la taille et de l’étendue de la croissance des tumeurs) est souvent effectuée par imagerie du corps, y compris les tomodensitogrammes, les IRM et les scintigraphies osseuses. Les petits cancers primitifs du foie sont curables. Les taux de guérison diminuent généralement à mesure que la taille de la tumeur augmente. Le traitement du cancer du foie peut impliquer une intervention chirurgicale, une radiothérapie et une chimiothérapie ou une transplantation hépatique.

Le traitement du CHC dépend du stade et de la rapidité de croissance de la tumeur. Les petits cancers primaires du foie sont curables. Les taux de guérison diminuent en général à mesure que le volume de la tumeur augmente. Le traitement du cancer du foie peut inclure la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie ou une greffe du foie.

Chirurgie

La chirurgie permet d’enlever une petite tumeur du foie par un processus appelé résection au cours de laquelle un morceau du foie contenant la tumeur est enlevé. Si le cancer en entier peut être enlevé, un patient a une bonne perspective de survie. Si le cancer est trop volumineux, présent dans plusieurs parties différentes du foie, ou s’est disséminé au-delà du foie, il peut être impossible de l’enlever complètement. Pour plusieurs personnes atteintes d’une cirrhose, il n’y a pas assez de foie sain pour permettre l’enlèvement même d’une petite partie du foie. Dans ce cas, la chirurgie n’est pas une option.

Les effets secondaires d’une hépatectomie (chirurgie pour enlever tout ou partie du foie) peuvent inclure la fatigue, la douleur, la faiblesse et l’insuffisance hépatique à court terme.

Ablation de tumeur

Une ablation est une forme de traitement localisé qui fait référence à des méthodes qui détruisent une tumeur sans la retirer. Cette méthode peut guérir un petit cancer primitif localisé du foie. Les exemples incluent la destruction de la tumeur en utilisant des ondes radio à haute énergie et le chauffage des cellules cancéreuses (ablation par radiofréquence, ou RFA), la destruction de la tumeur en l’exposant à des températures élevées des micro-ondes (thérapie par micro-ondes), la destruction de la tumeur grâce à l’utilisation d’électrodes qui envoient impulsions électriques vers la tumeur (thérapie par électroporation), congélation de la tumeur avec une sonde métallique très froide (ablation à l’acide acétique ou cryoablation) ou injection d’alcool directement dans la tumeur pour tuer les cellules cancéreuses (ablation percutanée à l’éthanol).

Les effets secondaires et les complications possibles de l’ablation de la tumeur peuvent inclure des douleurs abdominales, une infection du foie et une hémorragie interne.

Embolisation

Lorsque la chirurgie ou l’ablation ne peuvent pas être utilisées, l’embolisation est la prochaine étape. C’est une forme de thérapie localisée. Dans l’embolisation, l’apport sanguin au cancer peut être réduit en bloquant ou en réduisant le flux sanguin de l’artère hépatique (l’artère qui alimente les tumeurs du foie ainsi que le tissu hépatique sain). Cela, à son tour, arrêtera la croissance de la tumeur car elle ne reçoit aucun apport d’oxygène en nutriments. Ceci peut être réalisé par chimioembolisation ou radioembolisation (décrites ci-dessous). Dans ces deux procédures, une petite incision est pratiquée à l’intérieur de la cuisse et un petit tube (cathéter) est placé directement dans l’artère pour délivrer des substances qui bloquent le flux sanguin de la tumeur. Étant donné que ce type de traitement réduit souvent l’apport sanguin aux tissus hépatiques sains, il peut être dangereux pour les personnes atteintes de maladies telles que l’hépatite ou la cirrhose. L’embolisation n’est pas utile si le cancer s’est propagé à l’extérieur du foie.

La chimioembolisation consiste à combiner l’embolisation avec l’administration de médicaments anticancéreux puissants (chimiothérapie) pour tuer les cellules tumorales localement. C’est ce qu’on appelle la chimioembolisation artérielle par cathéter (TACE). La chimioembolisation prolonge la vie des personnes chez qui la guérison n’est pas possible.

La radioembolisation consiste à combiner l’embolisation avec l’administration de billes remplies de rayonnement pour tuer localement les cellules tumorales. Ce traitement est parfois appelé radioembolisation transartérielle (TARE). La radioembolisation prolonge la vie des personnes chez qui la guérison n’est pas possible.

Les effets secondaires et les complications possibles de l’embolisation peuvent inclure des douleurs abdominales, une infection du foie et de la fièvre, des nausées, des caillots sanguins et une inflammation de la vésicule biliaire.

Radiothérapie

La radiothérapie est un traitement qui utilise des rayons à haute énergie (comme les rayons X) pour tuer, réduire ou empêcher la croissance des cellules cancéreuses. Ce type de traitement peut également être utilisé pour soulager les symptômes, mais il ne guérit pas le cancer du foie. Des études démontrant que la radiothérapie prolonge la vie n’ont pas encore été réalisées. Les deux types de radiothérapie comprennent la radiothérapie externe et la radiothérapie interne. Le rayonnement externe envoie des rayons à haute énergie de l’extérieur du corps à travers une machine et cible les cellules cancéreuses. Dans le rayonnement interne, des substances radioactives telles que des graines, des aiguilles, des fils ou des cathéters sont placées à proximité ou sur le site du cancer dans le corps.

Les effets secondaires de la radiothérapie externe peuvent inclure des nausées et des vomissements, de la fatigue, un faible nombre de cellules sanguines, des changements cutanés.

Chimiothérapie

La chimiothérapie fait référence à l’utilisation de médicaments pour tuer les cellules cancéreuses. Habituellement, les médicaments sont administrés par voie intraveineuse (dans une veine) ou par voie orale. Le cancer du foie ne répond pas bien à la plupart des médicaments de chimiothérapie conventionnels.

Thérapie médicamenteuse ciblée

Ces médicaments ciblent des anomalies spécifiques au sein des cellules cancéreuses (leurs gènes, protéines, caractéristiques des tissus) sans nuire aux cellules normales. Leur utilisation est limitée chez les personnes qui restent actives et en bonne santé, et qui n’ont pas d’insuffisance hépatique. Ces médicaments prolongent la survie des personnes dont le cancer n’est pas curable. Des exemples de ces types de médicaments sont l’atezolizumab et le bevacizumab (Tecentriq et Avastin), le lenvatinib (Lenvima) et le sorafenib (Nexavar). Ces médicaments sont considérés comme un traitement de première intention (le premier traitement recommandé) et agissent pour arrêter la propagation du cancer, en bloquant une protéine anormale dans les cellules cancéreuses qui signalent une multiplication rapide. D’autres traitements tels que le cabozantinib (Cabometyx) peuvent également être disponibles pour examen par vous et votre médecin.

L’atezolizumab est un inhibiteur du point de contrôle immunitaire (immunothérapie) tandis que le bevacizumab est une thérapie ciblée qui affame les tumeurs empêchant la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins. L’atezolizumab et le bevacizumab sont administrés par injection (par voie intraveineuse). Certains effets secondaires incluent une pression artérielle élevée, des démangeaisons ou des éruptions cutanées, des protéines dans l’urine et une faiblesse. Lenvatinib se présente sous la forme d’une gélule (qui ne doit PAS être ouverte) à prendre par voie orale une fois par jour avec ou sans nourriture. Certains effets secondaires du lenvatinib peuvent inclure de la fatigue, des démangeaisons, une desquamation de la peau, des nausées, des brûlures d’estomac, de la constipation et plus encore. Le sorafénib et le cabozantinib se présentent sous la forme d’un comprimé à prendre par voie orale. Pour le sorafénib deux fois par jour, une heure avant les repas et pour le cabozantinib une fois par jour, à jeun. Il n’est pas recommandé de manger au moins deux heures avant les repas et au moins une heure après la prise du comprimé. Certains effets secondaires du sorafenib et du cabozantinib peuvent inclure fatigue, faiblesse, rougeur de la peau, démangeaisons, perte d’appétit, diarrhée, etc.

Immunothérapie (également connue sous le nom d’inhibiteurs de point de contrôle)

Les immunothérapies agissent sur des parties spécifiques du système immunitaire pour mieux combattre les cellules cancéreuses. Ces médicaments peuvent être utilisés pour traiter un cancer du foie avancé, généralement si les autres traitements ne sont plus utiles. Ces médicaments ne sont pas considérés comme un traitement de première intention (le premier traitement administré) pour le traitement du cancer primitif du foie (CHC). Certains exemples incluent le nivolumab (Opdivo), le régorafénib (Stivarga), et le pembrolizumab (Keytruda).

Le nivolumab est administré par voie intraveineuse (dans la veine) toutes les deux semaines. Certains effets secondaires peuvent inclure la fatigue, un faible nombre de globules blancs, un faible taux de sodium, une toux, une perte d’appétit et un essoufflement. Le régorafénib est une pilule, généralement une fois par jour pendant 3 semaines, suivie d’une semaine de congé et prise avec un repas faible en gras. Certains effets secondaires peuvent inclure la fatigue, un faible taux de calcium, de phosphore et de fer, une perte d’appétit, un faible nombre de globules blancs, des enzymes hépatiques élevées. Le pembrolizumab est administré par voie intraveineuse toutes les 3 semaines ou toutes les 6 semaines selon la dose. Certains effets secondaires peuvent inclure l’hypertension artérielle, la fatigue, l’essoufflement, la toux, les démangeaisons et la constipation.

Vous pouvez recevoir un type de médicament à la fois ou une combinaison de médicaments administrés en même temps. Il peut également être administré dans le cadre d’un plan de traitement qui comprend une intervention chirurgicale et/ou une radiothérapie. Il existe également d’autres médicaments d’immunothérapie qui sont à l’étude pour leur rôle dans le traitement du CHC.

Les personnes atteintes d’un cancer du foie envisagent-elles une transplantation du foie?

La plupart des cancers du foie commencent ailleurs dans le corps et se propagent au foie. Ces cancers ne sont pas curables par transplantation hépatique. Les tumeurs qui commencent dans le foie sont généralement détectées à un stade avancé. Ils sont également rarement guéris par une greffe du foie. Si le cancer primitif du foie est de petite taille (une seule tumeur de moins de 5 cm de diamètre, ou alternativement, jusqu’à 3 petites tumeurs de moins de 3 cm de diamètre chacune) et confiné au foie, une greffe du foie peut être envisagée.

Sont leurs traitements pour les cancers secondaires du foie?

Le foie est impliqué dans environ un tiers de tous les cancers et souvent ceux qui commencent dans le tractus gastro-intestinal, le côlon, le pancréas, le sein et le poumon. Les facteurs de risque impliqués dans ce type de cancer du foie sont nombreux étant donné que les cancers prennent naissance ailleurs. Le pronostic des personnes atteintes de tumeurs hépatiques secondaires dépend du site primaire de la malignité. En général, les gens ne vivent pas plus d’un an à compter du diagnostic d’un cancer se propageant au foie (métastases hépatiques). Les traitements des cancers secondaires du foie restent insatisfaisants mais comprennent la chirurgie, la chimiothérapie, l’immunothérapie et l’embolisation.

Peut-on prévenir le cancer primitif du foie ?

La prévention est la meilleure défense contre le cancer primitif du foie. Dans le monde, les facteurs de risque les plus courants de cancer primitif du foie sont les infections chroniques par les hépatites B et C. Par conséquent, la prévention de ces formes de maladie du foie est essentielle. La Fondation canadienne du foie recommande que tous les enfants, ainsi que les adultes à risque élevé d’être exposés au virus, soient vaccinés contre l’hépatite B.

Puisqu’il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C, il est crucial de prévenir la propagation de cette maladie et d’identifier et d’évaluer tous ceux qui sont déjà infectés par le virus de l’hépatite C pour un traitement. La Fondation canadienne du foie recommande que toutes les personnes présentant des facteurs de risque et les adultes nés entre 1945 et 1975 devraient subir un test de dépistage de l’hépatite C.

La consommation d’alcool doit être limitée à un à deux verres standard par jour. Boire de l’alcool tous les jours, ainsi que la consommation excessive d’alcool, peuvent être nocifs pour votre foie. Si vous souffrez déjà d’une maladie du foie, la quantité d’alcool la plus sûre est l’absence d’alcool du tout.

Comme mentionné précédemment, la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et sa forme la plus grave, la stéatohépatite non alcoolique (NASH) peuvent entraîner un cancer du foie. Il est important de maintenir un poids corporel sain, d’avoir une alimentation équilibrée et d’introduire l’exercice dans votre routine quotidienne.

Les personnes à haut risque de cancer du foie doivent être examinées régulièrement par leur médecin pour augmenter les chances de détection précoce. La détection précoce des petits cancers du foie augmente considérablement les chances de guérison en utilisant des techniques telles que l’ablation par radiofréquence. Toute personne à risque de développer un cancer primitif du foie doit subir des examens réguliers par échographie tous les six mois. La découverte de résultats anormaux de l’échographie de dépistage doit inciter à consulter un spécialiste du foie.

Que pouvez-vous faire pour aider à gérer les symptômes du cancer du foie?

La gestion des symptômes est un aspect important de la lutte contre le cancer du foie. Lorsque les symptômes sont correctement traités et gérés, cela peut renforcer considérablement les capacités de votre proche et sa qualité de vie globale. Vous trouverez ci-dessous les symptômes courants ressentis par les personnes atteintes d’un cancer du foie et des suggestions que les soignants peuvent utiliser pour aider à gérer ces symptômes. Consultez toujours votre fournisseur de soins de santé avant d’essayer l’une des suggestions suivantes :

La douleur

  • Essayez des thérapies alternatives qui peuvent aider votre proche à réduire la douleur, comme l’acupuncture, la relaxation, la méditation et la massothérapie. Veuillez noter que toute utilisation de médecines complémentaires et alternatives doit être effectuée en consultation avec votre fournisseur de soins de santé.

Accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite)

  • Encouragez votre proche à s’asseoir droit pour soulager le foie et la région abdominale (ventre). Préparez un régime pauvre en sodium (sel) pour votre proche afin d’éviter l’accumulation de liquide dans l’abdomen. Vous pouvez découvrir à quoi ressemble un régime pauvre en sodium ici

Fatigue et faiblesse

  • L’exposition à une lumière vive le matin et pendant la journée peut lutter contre la somnolence diurne
  • Renseignez-vous sur la « luminothérapie » pour votre proche
  • Offrez à votre proche suffisamment de liquides pendant la journée pour éviter la déshydratation
  • Renseignez-vous sur une référence en physiothérapie pour améliorer le niveau d’activité de votre proche

Confusion mentale ou désorientation (encéphalopathie hépatique)

  • Conservez une liste des informations pertinentes de votre proche au cas où il ne s’en souviendrait pas ou vous le dirait quand/si cela est nécessaire
  • Fournissez une alimentation riche en fibres pour réduire l’absorption d’ammoniac, pour diminuer son accumulation dans le cerveau. En savoir plus sur l’encéphalopathie hépatique.
  • Aidez votre proche à rester physiquement actif pour maintenir la santé de son cerveau; ils peuvent profiter de la marche, de la natation, du jardinage, des étirements et d’autres types d’activité physique.

Démangeaisons (prurit)

  • Assurez-vous que la peau de votre proche est propre, fraîche et humide
  • Essayez d’utiliser un humidificateur dans la chambre de votre proche pendant qu’il dort pour humidifier l’atmosphère et éviter les démangeaisons
  • Utilisez des hydratants doux (naturels) pour prévenir le dessèchement
  • Appliquer les crèmes anti-démangeaisons comme prescrit
  • Utilisez des huiles essentielles (telles que menthe poivrée, camomille, lavande)
  • Évitez les situations ou les environnements qui peuvent stimuler les démangeaisons (climats chauds et secs)
  • Enquêter sur les thérapies de réduction du stress (conseils, méditation, yoga, etc.) qui peuvent réduire les démangeaisons de vos proches

Gonflement des jambes (œdème)

  • Abaissez la consommation de sel pour réduire l’accumulation de liquide qui cause le gonflement
  • Aider votre proche à se déplacer plus souvent peut stimuler le retour du sang vers le cœur et réduire l’enflure
  • Renseignez-vous sur la massothérapie pour les zones enflées
  • Élever la zone touchée au-dessus du niveau du cœur peut stimuler le retour du sang vers le cœur et réduire l’enflure
  • Obtenez des bas de compression pour aider à serrer les jambes/chevilles et minimiser l’accumulation de liquide dans ces zones

Malnutrition/perte d’appétit

  • Encouragez votre proche à manger de petits repas fréquents (éventuellement toutes les 2 heures)
  • Aidez votre proche à se détendre avant et après avoir mange
  • Offrez des boissons nourrissantes au lieu d’aliments solides
  • Demander une référence pour voir une diététiste professionnelle
  • Offrez des collations entre les repas pour absorber plus de calories

Pour plus d’informations sur la nutrition dans la cirrhose, veuillez lire notre publication.

La nausée

  • Gardez la bouche de votre proche au frais pendant la journée
  • Empêchez votre proche d’avoir trop faim avant de manger, car la faim peut aggraver les nausées.
  • Encouragez votre proche à manger des collations plus froides plutôt que de gros repas chauds
  • Offrez des aliments secs au lieu d’aliments humides

Essayez de manger à des heures différentes si les nausées de votre proche surviennent à un moment particulier de la journée

Que nous réserve l’avenir?

La Fondation canadienne du foie finance la recherche sur les causes, le diagnostic, la prévention et le traitement de toutes les formes de maladie du foie incluant le cancer du foie. Les chercheurs essaient de trouver les causes du cancer du foie, des façons de le prévenir et d’améliorer les traitements. Le contrôle de l’hépatite virale et des meilleurs traitements de l’hépatite chronique pourrait prévenir environ la moitié des cancers du foie partout dans le monde. Des nouvelles méthodes qui combinent les traitements à la chirurgie sont présentement à l’étude.

Bibliothèque de ressources sur le cancer du foie

Le réseau national de soutien par les pairs :

Il s’agit d’un réseau national de personnes vivant avec une maladie du foie qui ont offert de partager leurs expériences avec d’autres. Il a été développé par la Fondation canadienne du foie pour relier les Canadiens comme vous qui ont un membre de la famille qui a une maladie du foie, qui s’occupent d’une personne qui souffre d’une maladie du foie, ou qui a reçu un diagnostic de maladie du foie, pour parler de vos préoccupations avec un pair dans une situation similaire.

Si vous souhaitez être connecté à un pair aidant dans votre région, ou si vous souhaitez rejoindre le réseau de soutien par les pairs, veuillez remplir le formulaire d’inscription au réseau de soutien par les pairs.

Programme Vivre avec une maladie du foie :

Un forum pour les personnes vivant avec une maladie du foie et leurs familles pour se connecter en personne, en apprendre davantage sur leur maladie et découvrir comment y faire face. Le programme comprend des sessions couvrant des sujets allant de la nutrition et de l’exercice aux traitements et à la transplantation. Les conférenciers invités comprennent des spécialistes du foie, des travailleurs sociaux, des nutritionnistes, des psychothérapeutes, des infirmières en transplantation hépatique et des kinésiologues. Pour trouver un programme dans votre région, cliquez ici.

Contacts régionaux

Cliquez ici pour entrer en contact avec un contact de la Fondation canadienne du foie situé partout au Canada. Apprenez-en plus sur les groupes de soutien et les événements qui peuvent se dérouler quelque part près de chez vous.

Services d’assistance nationaux (ligne d’assistance et services de courrier électronique) :

Cette ressource de soutien vous donne, à vous et à votre proche, un endroit où vous tourner pour obtenir des réponses après le diagnostic, vous aide à comprendre votre maladie et vous fournit les ressources dont vous avez besoin. Veuillez appeler le 1 (800) 563-5483 du lundi au vendredi de 9 h à 17 h HNE. Vous pouvez également nous envoyer un courriel à CLF@liver.ca

Lorsqu’on a demandé à l’un des pairs bénévoles de la FCF : « Quels sont les rôles d’un aidant naturel dans votre vie ? » elle a répondu en disant : « Je pense que la vraie question est, qu’est-ce que les soignants ne font pas dans la vie de leur proche ! »

Les soignants naturels ont un rôle unique à jouer en prenant soin de leurs proches avec un engagement fort, de la patience et de l’amour. Ils sont responsables d’un large éventail de tâches que leurs proches ne sont plus capables de faire eux-mêmes. Ces tâches nécessitent beaucoup de soutien physique et émotionnel, et souvent un soutien financier. Ce rôle complexe exige des aidants qu’ils développent des compétences interpersonnelles et pratiques uniques. Avec cela, de nouveaux défis peuvent amener les aidants à se sentir dépassés et épuisés. Nous espérons que les ressources suivantes sur le cancer du foie vous aideront à alléger la charge et le fardeau auxquels vous faites face en tant que soignant en vous fournissant des informations, des stratégies et des recommandations pour faciliter ce voyage important et noble.

Pour des ressources supplémentaires spécifiques aux soignant, veuillez cliquer ici .

  • Réseau canadien d’essais cliniques sur le cancer
  • Société canadienne du cancer
  • Partenariat canadien contre le cancer
  • Vuecancer.ca
  • Aide aux aidants du gouvernement du Canada
  • Aidants Canada (Coalition nationale des aidants naturels)
  • Outils de calcul du budget financier du gouvernement du Canada
  • Services de soins à domicile par province/territoire (de l’Association canadienne de soins palliatifs)
  • Comment méditer
  • Comment rester en bonne santé et actif en tant que soignant
  • Recettes favorables au foie (Fondation canadienne du foie)
  • Recettes favorables au foie (soutien du foie)
  • Recettes favorables au foie (The Spruce Eats)
  • Forum provincial/territorial sur les soins aux aînés du gouvernement du Canada
  • Retraites d’autosoins par province/territoire

Aidez-nous à vous aider!
Si vous n’êtes pas satisfait de l’information que vous venez de lire ou d’autres renseignements figurant sur notre site Web, prenez un moment pour nous envoyer vos commentaires ainsi que vos suggestions sur le type de contenu que vous aimeriez trouver sur foie.ca. Veuillez indiquer la page dont il est question dans la ligne d’objet de votre courriel.

Retour à la liste des maladies du foie

Alberta Health Services. Hepatocellular Carcinoma. [Internet]. 2021. Available from: https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/hp/cancer/if-hp-cancer-guide-gi007-hepatocellular-carcinoma.pdf
Cancer.net. Liver Cancer: Types of treatment. [Internet]. 2021. Available from : https://www.cancer.net/cancer-types/liver-cancer/types-treatment
Cirrhosis Care Alberta. [Internet]. 2021. Available from: https://cirrhosiscare.ca/patients/treatment/liver-cancer/treatment-2/
Demir T, Lee SS, Kaseb AO. Systemic therapy of liver cancer. Adv Cancer Res. 2021;149:257-294. doi: 10.1016/bs.acr.2020.12.001. Epub 2021 Jan 29. PMID: 33579425.
Grandhi MS, Kim AK, Ronnekleiv-Kelly SM, Kamel IR, Ghasebeh MA, Pawlik TM. Hepatocellular carcinoma: From diagnosis to treatment. Surg Oncol. 2016 Jun;25(2):74-85. doi: 10.1016/j.suronc.2016.03.002. Epub 2016 Mar 5. PMID: 27312032.
PDQ® Adult Treatment Editorial Board. PDQ Adult Primary Liver Cancer Treatment. Bethesda, MD: National Cancer Institute. Updated <MM/DD/YYYY>. Available at: https://www.cancer.gov/types/liver/patient/adult-liver-treatment-pdq.
Accessed 10/13/2021. [PMID: 26389251] 
The Mayo Clinic. Liver Cancer. [Internet]. 2021. Available from: https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/liver-cancer/diagnosis-treatment/drc-20353664