Stéatose hépatique

Stéatose hépatique

La stéatose hépatique non alcoolique résulte de l’accumulation de graisses dans les cellules du foie. Généralement, le gras se développe peu à peu dans le foie quand une personne consomme plus de gras et de sucres que son corps n’est capable de gérer. Une personne a une stéatose hépatique lorsque l’accumulation de graisses représente plus de 5 % du foie1. La stéatose hépatique dite ‘simple’ peut être une condition totalement bénigne et ne crée pas de lésion au foie. Toutefois, lorsqu’il y a une accumulation de graisses simples, le foie devient vulnérable à d’autres lésions ce qui peut entraîner une inflammation et une cicatrisation du foie2.

An illustration showing the difference between a normal liver and a liver that has nonalcoholic fatty liver disease
Utilisé avec la permission de Mayo Clinic. Tous les droits sont réservés.

Qu’est-ce que la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD)?

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) est une maladie du foie progressive complexe qui débute par l’accumulation de graisses dans le foie sans une consommation excessive d’alcool. Elle est fortement associée au syndrome métabolique (obésité + résistance à l’insuline + dyslipidémie)3.

Quand peut-on considérer qu’une consommation d’alcool est excessive?

Plus de 2 verres par jour pour les femmes et 3 verres par jour pour les hommes3.

Un verre est équivalent à:

  • une bouteille de bière, de cidre ou de panaché de 341 ml (12 oz) avec 5 % d’alcool ou
  • un verre de vin de 142 ml (5 oz) avec 12 % d’alcool ou
  • 43 ml (1,5 oz) avec 40 % d’alcool44

Les causes

L’obésité est la cause la plus fréquente de stéatose hépatique au Canada. Alors qu’il y a plusieurs décennies l’obésité n’était pas très commune, suivant les statistiques actuelles plus de 50 % des Canadiens ont un excédent de poids. Il est estimé que 75 % des individus obèses risquent de développer une stéatose hépatique simple. Il est estimé que 23 % des individus obèses risquent de développer une stéatose hépatique avec inflammation.

À part l’obésité, les causes nutritionnelles de la stéatose hépatique sont:

  • la privation d’aliments et la carence en protéines;
  • l’utilisation à long terme d’une alimentation totale parentérale (une technique d’alimentation qui consiste à introduire des éléments nutritifs directement dans la circulation sanguine);
  • la chirurgie de pontage intestinale pour traiter l’obésité;
  • une perte rapide de poids.

Certains maladies sont souvent liées à la stéatose hépatique et peuvent y contribuer:

  • diabète sucré;
  • hyperlipidémie (taux de lipides élevés dans le sang);
  • résistance à l’insuline et hypertension artérielle.

D’autres causes incluent:

  • facteurs génétiques,
  • médicament et produit chimiques tels que l’alcool, les corticoïdes, la tétracycline et le tétrachlorure de carbone.

Comment définit-on «surpoids» et «obésité»?

A body mass index chart showing the risk for fatty liverPlusieurs personnes estiment avoir besoin de perdre du poids mais très peu se considèrent obèses. Une mesure largement utilisée pour définir le «surpoids» et «l’obésité» est l’Indice de masse corporelle (IMC). Un IMC est un calcul basé sur votre taille et votre poids qui donne un chiffre reflétant un poids sain ou malsain. L’IMC est approuvée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence de la santé publique du Canada6.

Vous pouvez utiliser la formule mathématique suivante pour calculer votre IMC:

IMC = poids en kilogrammes divisé par (taille en mètres)2
Exemple: pour quelqu’un qui mesure 1,70 m et pèse 80 kg: IMC = 80 ÷ (1,70 x 1,70) = 27,7

Des groupes ethniques différents peuvent différer légèrement – par exemple, chez les populations asiatiques, un IMC sain est plus bas, allant de 18 à 23.

A green apple is wrapped up in a measuring tape commonly used to measure one's bodyLe tour de votre taille est-il significatif?

Un excès de graisse abdominale est associé à la stéatose hépatique et à d’autres risques pour la santé comme le diabète9. La mesure du tour de taille, qui diffère selon le sexe, est utilisée pour identifier les risques pour la santé associés à un excès de graisse abdominale: pour les hommes, les risques pour la santé augmentent si le tour de taille excède 102 cm (40 po).

Pour les femmes, les risques pour la santé augmentent si le tour de taille excède 88 cm (35 po)11.

Comment la graisse entre-t-elle dans le foie?

La graisse provenant du régime d’une personne sont habituellement métabolisés par le foie et d’autres tissus. Si la quantité de graisse excède les besoins du corps, la graisse est stockée dans les tissus adipeux. D’autres raisons pour expliquer l’accumulation de graisses dans le foie seraient le transfert des graisses d’autres parties du corps ou l’incapacité du foie de les changer en une forme qui puisse être éliminée.

Quelle est l’évolution naturelle de la maladie?

Ces troubles du foie sont en général chroniques mais progressifs. La simple présence de graisse est ce qui se présente pour la majorité des patients atteints de NAFLD et la plupart d’entre eux ont une évolution clinique bénigne. Cependant, si elle n’est pas traitée, la NAFLD peut progresser pour devenir une maladie plus avancée, telle que la stéatohépatite non alcoolique (SHNA) ce qui peut mener à une fibrose, cirrhose et cancer du foie (CHC) dans quelques cas2. La progression de la maladie en général prend plusieurs décennies et dépend d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux13. L’importance relative de ces facteurs est variable dans différents groupes et dépend du choix de style de vie et d’autres facteurs tels le microbiome intestinal (communauté microbienne intestinale). Les composants liés à la progression de la maladie requièrent plus d’études3.

Qu’est-ce que la SHNA?

La stéatohépatite non alcoolique, ou SHNA, représente la forme la plus grave du spectre de la stéatose hépatique non alcoolique. La stéatohépatite signifie stéatose hépatique avec inflammation, en d’autres mots, des dommages similaires à la maladie du foie associée à l’alcool, mais dans ce cas, elle se produit chez les gens qui ne boivent pas ou peu d’alcool13.

La SHNA diffère de la simple accumulation de graisse dans le foie, qui est une condition tout à fait bénigne. Environ 20 % des adultes atteints de SHNA peuvent développer une cirrhose et jusqu’à 11 % des patients peuvent décéder à cause de problèmes du foie. De nombreux individus développent une défaillance du foie chronique et requièrent une transplantation du foie. La prévalence de la SHNA est de 2 à 6 % de la population en général.

Les enfants peuvent-ils développer une stéatose hépatique?

La stéatose hépatique non alcoolique est la maladie du foie la plus courante chez les enfants. Pratiquement 10 % des enfants peuvent avoir la NAFLD, en raison surtout d’une augmentation alarmante de l’obésité chez les enfants15. Il est estimé qu’un enfant canadien sur 10 souffre de surpoids, un chiffre qui a presque triplé au cours de la dernière décennie. La stéatose hépatique touche près de 3 % des enfants et 22 à 53 % des enfants obèses. La stéatose hépatique peut être observée chez des enfants aussi jeunes que quatre ans. Les chances de développer la NAFLD augmente avec l’âge, bien qu’elle soit plus courante chez les adolescents. En outre, plus de garçons sont atteints par la maladie que les filles (2 pour 1)16.

Les symptômes

En général, les personnes atteintes d’une stéatose hépatique ne présentent pas de symptômes. Cependant, certaines personnes font état d’inconfort dans l’abdomen au niveau du foie, de la fatigue, une sensation générale de malaise et un vague inconfort.

Le diagnostic

On soupçonne habituellement une stéatose hépatique chez les patients qui ont des tests du foie anormaux (GPT ou glutamate-pyruvate-transaminase, TGO ou transaminase glutamo-oxaloacétique, GGT ou gamma-glutamyl-transpeptidase) ou ont un foie hypertrophié18.

Une échographie du foie peut suggérer la présence d’une stéatose hépatique. D’autres méthodes de diagnostic peuvent être utilisées, telles que la tomographie assistée par ordinateur (CT), la spectroscopie par résonance magnétique (MRS) et la résonance magnétique (MRI)13. Dans certains cas, votre médecin peut recommander une biopsie du foie, une procédure par laquelle le médecin insère une aiguille dans le foie pour en extraire un échantillon de tissu qui sera examiné au microscope.

Le traitement

Présentement, il n’y a pas de médicaments éprouvés qui puissent traiter efficacement la stéatose hépatique, si les causes principales sont liées à l’obésité, au diabète et à la dyslipidémie17. Le traitement est fondé sur la modification du style de vie, la perte de poids et l’activité physique, afin de réduire la quantité de graisse dans le foie. Les patients qui sont obèses sont vivement encouragés à perdre du poids de façon progressive et soutenue grâce à une bonne alimentation et à l’exercice. La perte de poids doit être de l’ordre de 5 à 10 % of poids corporel pour réduire la stéatose et au-dessus de 10 % pour améliorer l’inflammation chez les patients atteints de la SHNA113.

Les patients qui sont atteints du diabète et présentant des taux de lipides élevés dans le sang doivent améliorer leur contrôle glycémique et diminuer les taux de lipides. Habituellement, un régime faible en graisses et en calories est recommandé, ainsi que l’insuline ou des médicaments baissant le niveau de sucre dans le sang pour les personnes atteintes du diabète2.

Quelques études ont montré quelques effets bénéfiques du café. L’apport de caféine diminue l’incidence de l’anomalie des enzymes hépatiques. Il est également associé à la protection du foie. Il existe une association inversée entre la consommation de café et la NAFLD12. D’autres études suggèrent l’utilisation de vitamine E qui peut améliorer la stéatose et réduire l’inflammation1.

Choisissez de mener une vie saine.

Le traitement de la stéatose hépatique est associé à la cause. À ce moment-ci, il est impossible de prédire quels patients développeront une SHNA. Lorsqu’il y a une accumulation de graisses simples, toutefois, le foie devient vulnérable à d’autres lésions ce qui peut entraîner une inflammation et une cicatrisation du foie (la SHNA).

Les patients qui sont obèses sont vivement encouragés à perdre du poids de façon progressive et soutenue grâce à une bonne alimentation et à l’exercice. Les patients qui sont atteints du diabète et présentant des taux de lipides élevés dans le sang doivent améliorer leur contrôle glycémique et diminuer les taux de lipides. Habituellement, un régime faible en graisses et en calories est recommandé, ainsi que l’insuline ou des médicaments baissant le niveau de sucre dans le sang pour les personnes atteintes du diabète2.

Pour les personnes atteintes d’une SHNA qui n’ont pas de surpoids et ne sont pas diabétiques, un régime faible en graisses est le plus recommandé. On recommande aussi que les gens évitent l’alcool car cela peut causer et contribuer au développement de la stéatose hépatique. Les patients atteints d’une stéatose hépatique doivent rencontrer leur fournisseur de soins primaires régulièrement.

Présentement, il n’y a pas de médicaments éprouvés qui puissent traiter efficacement la stéatose hépatique. Comme c’est un état maintenant fréquemment observé, il a soulevé beaucoup d’intérêt dans la communauté scientifique. Il y a présentement quelques études cliniques en cours examinant divers traitements de la stéatose hépatique.

La prévention

En choisissant un mode de vie sain, vous pouvez prévenir l’obésité – la première cause de la stéatose hépatique. Souvenez-vous qu’un régime sain et l’exercice sont des éléments importants à tout régime amaigrissant. Voici quelques suggestions pour prévenir la stéatose hépatique5:

  • choisissez de mener une vie saine;
  • si vous avez du surpoids, cherchez à perdre du poids progressivement et de façon soutenue;
  • suivez un régime bien équilibré faible en gras saturés et sucres simples ainsi que riche en fibres;
  • réduisez votre consommation de sucre et d’aliments frits
  • introduisez l’exercice dans votre routine, au moins quatre fois par semaine; comme marcher, nager, jardiner et faire des étirements
  • évitez l’alcool.

Soutien

Ligne d’aide nationale:
Cette ressource vous donne, à vous et à vos proches, un endroit où obtenir des réponses après le diagnostic, vous aide à comprendre la maladie et vous fournit les ressources dont vous avez besoin. Appelez au 1 (800) 563-5483 du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h, heure de l’Est.

Réseau de soutien par les pairs:
Mis sur pied par la Fondation canadienne du foie, ce réseau national est composé de personnes atteintes d’une maladie du foie qui ont offert de partager leur expérience. Il permet aux Canadiens comme vous qui ont un membre de la famille ayant développé une maladie du foie, qui prennent soin d’une personne souffrant d’une maladie du foie ou qui ont reçu un diagnostic de maladie du foie de parler de leurs préoccupations avec quelqu’un vivant une situation similaire.

Si vous souhaitez être mis en contact avec un pair dans votre région ou vous joindre au réseau de soutien par les pairs, appelez la Ligne d’aide nationale au 1 (800) 563-5483 ou envoyez un courriel à Billie Potkonjak.

Aidez-nous à vous aider!  
Si vous n’êtes pas satisfait de l’information que vous venez de lire ou d’autres renseignements figurant sur notre site Web, prenez un moment pour nous envoyer vos commentaires ainsi que vos suggestions sur le type de contenu que vous aimeriez trouver sur foie.ca. Veuillez indiquer la page dont il est question dans la ligne d’objet de votre email.

1. Lebovics E, Rubin J. Non-alcoholic fatty liver disease (NAFLD): why you should care, when you should worry, what you should do. Diabetes Metab Res Rev. 2011;27(5):419-24. doi:10.1002/dmrr.1198.
2. Duan X-Y, Zhang L, Fan J-G, Qiao L. NAFLD leads to liver cancer: do we have sufficient evidence? Cancer Lett. 2014;345(2):230-4. doi:10.1016/j.canlet.2013.07.033.
3. Anstee QM, Day CP. The genetics of NAFLD. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2013;10(11):645-55. doi:10.1038/nrgastro.2013.182.
4. Butt P, Beirness D, Stockwell T, Gliksman L, Paradis C. Alcohol and Health in Canada : A Summary of Evidence and Guidelines for Low-Risk Drinking. Ottawa; 2011:66.
5. Loomba R, Sanyal AJ. The global NAFLD epidemic. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2013;10(11):686-90. doi:10.1038/nrgastro.2013.171.
6. Public Health Agency of Canada, Canadian Institute for Health Information. Obesity in Canada.; 2011:62.
7. Bellentani S, Scaglioni F, Marino M, Bedogni G. Epidemiology of non-alcoholic fatty liver disease. Dig Dis. 2010;28(1):155-61. doi:10.1159/000282080.
8. Vernon G, Baranova a, Younossi ZM. Systematic review: the epidemiology and natural history of non-alcoholic fatty liver disease and non-alcoholic steatohepatitis in adults. Aliment Pharmacol Ther. 2011;34(3):274-85. doi:10.1111/j.1365-2036.2011.04724.x.
9. Angulo P. GI epidemiology: nonalcoholic fatty liver disease. Aliment Pharmacol Ther. 2007;25(8):883-9. doi:10.1111/j.1365-2036.2007.03246.x.
10. Tuyama AC, Chang CY. Non-alcoholic fatty liver disease. J Diabetes. 2012;4(3):266-80. doi:10.1111/j.1753-0407.2012.00204.x.
11. WHO. Waist Circumference and Waist-Hip Ratio: report of WHO Expert Consultation. Geneva; 2011:39.
12. Marchesini G, Marzocchi R, Sasdelli AS, Andruccioli C, Domizio S Di. Dietary factors in the pathogenesis and care of patients with fatty liver disease. In: Non-Alcoholic Fatty Liver Disease: A Practical Guide. John Wiley & Sons, Ltd; 2013:248-259.
13. Anstee QM, Targher G, Day CP. Progression of NAFLD to diabetes mellitus, cardiovascular disease or cirrhosis. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2013;10(6):330-44. doi:10.1038/nrgastro.2013.41.
14. Levene AP, Goldin RD. The epidemiology, pathogenesis and histopathology of fatty liver disease. Histopathology. 2012;61(2):141-52. doi:10.1111/j.1365-2559.2011.04145.x.
15. Ovchinsky N, Lavine JE. A critical appraisal of advances in pediatric nonalcoholic Fatty liver disease. Semin Liver Dis. 2012;32(4):317-24. doi:10.1055/s-0032-1329905.
16. Loomba R, Sirlin CB, Schwimmer JB, Lavine JE. Advances in pediatric nonalcoholic fatty liver disease. Hepatology. 2009;50(4):1282-93. doi:10.1002/hep.23119.
17. Sargent S. Liver diseases: an essential guide for nurses and health care professionals. 1st ed.; 2009:1-359.
18. Barshop NJ, Sirlin CB, Schwimmer JB, Lavine JE. Review article: epidemiology, pathogenesis and potential treatments of paediatric non-alcoholic fatty liver disease. Aliment Pharmacol Ther. 2008;28(1):13-24. doi:10.1111/j.1365-2036.2008.03703.x.
19. Wong VW, Chan HL. Non-invasive methods to determine the severity of NAFLD and NASH. In: Non-Alcoholic Fatty Liver Disease: A Practical Guide. John Wiley & Sons, Ltd; 2013:112-121.
20. Takei Y. Treatment of non-alcoholic fatty liver disease. J Gastroenterol Hepatol. 2013;28 Suppl 4:79-80. doi:10.1111/jgh.12242.